Feuilleton – Les dialogues (presque) imaginaires – 1er épisode

 

Le bar « Le petit Nicolas » vient d’ouvrir ses portes.

Si l’on y boit beaucoup de sodas (avant qu’ils ne soient surtaxés par le gouvernement Sarkozy), on s’agite aussi beaucoup autour d’idées… notamment sur les prochaines élections sénatoriales.

 

Ulrick Michel Payet dit « ump » : C’est reparti pour des élections. Bien évidemment ! Cette fois… les sénatoriales. Tu parles d’une parité. Bien évidemment ! pas une liste n’a mis une femme en tête…

 

Eve Émilie Le Vent : Faux, il y en a une.

 

Patrick Solange : Mes collègues, ah oui, celle qui conduit une liste qui n’est même pas complète au jour d’aujourd’hui.

 

Pierre Charles Rivière : Quelle importance, du moment que la parité s’applique ? Mais surtout, il faut savoir si, même en tête, une femme pourra être élue. Je vote plus pour des idées que pour une personne selon son sexe…

 

« Ump » : Bien évidemment ! ce n’est pas pour rien que l’on est intronisé…

 

Pierre Charles Rivière : Intronisé ? Rien que ça ! C’est le retour de la royauté ?

 

« Ump »: Bien évidemment ! Ne joue pas sur les mots ! Bien évidemment ! Notre candidat a été investi par notre parti, un point c’est tout !

 

Pierre Charles Rivière : Notre candidat ? Trop fort, ton commentaire. Tu viens de confirmer publiquement ce que l’on sait : tu n’auras qu’un seul candidat… et encore !

 

Patrick Solange : Mes collègues, c’est vrai que vous avez joué une très belle carte, avec que des noms connus ! Mon dalon, des gens en poste déjà ! Mon collègue, tu sais qu’on ne peut pas être députée et sénatrice, les deux à la fois ?

 

« Ump » : Bien évidemment ! Vous n’avez rien compris : nous faisons l’union, le rapprochement, le rassemblement… Bien évidemment ! Tous unis derrière un candidat… demain est un autre jour. Bien évidemment !

 

Patrick Solange : Mon collègue, cela va au moins lui donner un peu de répit par rapport à d’autres préoccupations !

 

Eve Émilie Le Vent : Comme disait une jeune qui n’a pas d’ambition et qui y pense tous les matins en se rasant « On a vu pire ! ». Dis, Pierre Charles, ça fait un peu réchauffé, ta liste !

 

Pierre Charles Rivière : Parce qu’elle propose un homme et une femme d’expérience ? Compare les réalisations et les projets des têtes de liste ! Tu ne vois pas de différence entre eux ? Si tu ne la vois pas, alors il faut te recycler !

 

« Ump » : Bien évidemment ! Mais c’est pas mieux pour la liste que tu soutiens, Patrick… Bien évidemment ! Le sénat comme voie de recyclage pour les déchus de la politique ? Bien évidemment ! Votre liste, ça me rappelle ce que mon mouvement avait fait pour les cantonales. Bien évidemment ! La place aux jeunes et aux inconnus.

 

Eve Émilie Le Vent : Ça a bien marché, ton truc. Vous avez perdu combien de sièges ? Rappelle-moi qui avait eu cette lumineuse idée ?

 

« Ump » : Bien évidemment ! Vous ne voyez que le court terme. Bien évidemment ! Lui, notre jeune premier de la classe – vous ne trouvez pas qu’il ressemble à Xavier Bertrand ?- il voit loin. Bien évidemment ! Et ça va payer, un jour ou l’autre…

 

Patrick Solange : Mes collègues, soyez sérieux ! Ce sont des choses graves dont on parle. Il y va de l’avenir de La Réunion !

 

Eve Émilie Le Vent : Tiens, tu parles comme quelqu’un qui t’est proche….

 

Monsieur De Sans Réserve : Hé, les gars. Vous oubliez qu’il y a quelqu’un d’autre en course.  Koup’ pa li !

 

Patrick Solange : Lui ? Mais il ne nous dérange pas du tout ! Il n’a pas beaucoup de chances pour retrouver son fauteuil. Sa suppléante non plus, d’ailleurs.

 

Pierre Charles Rivière : je le répète, regardez chaque nom de chaque liste, faites des comparaisons et vous verrez bien. Si dans certains cas, on connaît la chanson, dans d’autres, on est toujours à contretemps. Il y a ceux qui dansent sur la musique des autres. 

Il y a aussi ceux qui donnent le tempo et qui n’ont jamais dansé sur la musique des autres !

De toute façon, rendez-vous le 25…

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits existant ou ayant existé est fortuite… mais… mais quoi ? Chutttt…

      

Article vu 2 795 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Feuilleton – Les dialogues (presque) imaginaires – 1er épisode

  • PalhumourNo Gravatar |

    Ben, j’ai envie de dire…. pas mal vu !

  • RobertNo Gravatar |

    Je souhaite intervenir sur un autre sujet, car comme les collaborateurs de D Robert ont le vent en poupe ( M. Cadet), pour revenir sur une information diffusée sur une radio locale avant hier matin et dont l accroche était : Du rififi a l IRT et dont plus personne ne fait mention. Les relations salaries direction sont devenues tellement délétères que les syndicats ont demande officiellement une enquête sur le mode de management de la direction et sur l omniprésence sur les dossiers du compagnon de la Secretaire Generale. Si l IRT n obtempère pas un préavis de grève sera dépose. Aux dernières nouvelles, la medecine du Travail devrait prendre le relais avec l inspection du Travail. L arrivée de la palanquée d’ enfants de conseillers municipaux du Tampon ainsi que certains membres de la famille et des proches du President de Region n y serait pas étrangère. L IRT a actuellement une centaine de salaries soit une augmentation d’ un tiers du personnel depuis l arrivée de JF a la présidence de l association…
    Depuis le renvoi de la chargée de Pole communication et du DAF la SG mettrait la société de son concubin sur toutes les opérations générant des commissions… A tel point qu ils sont surnommes les Tenardiers de l IRT.

  • SophieNo Gravatar |

    Bien évidemment, on ne reconnaît pas du tout les différents personnages… Il y aura une suite ?

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web