De l’innovation en agriculture : vive le… « rose » !

 Le film nouvelle génération de la société « PhotoFuel » pour les serres plastiques se dénomme « P-Film ».  Les innovations sont assez rares dans le milieu horticole ou maraîchers, et ce film entend apporter une vraie différence. En effet, P-Film est doté d’une innovation technique, qui, en modifiant le spectre de la lumière, permet d’optimiser le rayonnement à l’intérieur de la serre en améliorant le processus de photosynthèse. Ceci se traduirait directement par une meilleure productivité des cultures, avec des gains allant de +10% à +30% selon le type de cultures. 

http://www.agriavis.com

 

J’ai eu l’occasion, jeudi dernier 30 mai 2013, de visiter une propriété agricole d’un jeune Réunionnais, Jérôme Hoareau, qui s’est lancé dans l’activité agricole.

 

Merci Jérôme Hoareau, et bonne continuation !    

 

Je veux ici lui exprimer mes plus vifs encouragements, et adresser mes sincères remerciements à toutes celles et tous ceux qui l’ont accompagné, et continuent à le faire.

 

Bien sûr, les services du Conseil général, et l’Europe par le biais du FEADER (Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural).

 

Mais je n’oublie pas les services de la DAAF (Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt ) et de la Chambre d’agriculture, et les acteurs de l’organisation professionnelle VIVEA.

 

Il serait juste de saluer aussi les encouragements des proches  de ce jeune agriculteur, notamment de ses parents qui, en l’hébergeant dans la maison familiale qui se trouve à cinq minutes de son exploitation, lui permettent d’espérer durant une période de développement, déjà longue, où il touche à peine le SMIC, compte tenu des charges de son exploitation.

 

Accompagner, et encourager    

 

Cela témoigne du courage que peut avoir des jeunes, s’ils sont accompagnés et encouragés.

Le mérite est d’autant plus grand que ce jeune n’est pas issu d’une famille d’agriculteurs.

 

Jérôme HOAREAU est un jeune agriculteur de 30 ans qualifié en Agriculture Raisonnée installé sur la commune de l’Etang-Salé, à Maniron.

 

Propriétaire d’un terrain de 3.20 ha à Etang-Salé, il s’est lancé dans l’activité :

 

– des cultures maraîchères (tomates et mini concombre sous abris et ananas plein champs)

– et de pépiniériste.

 

La volonté de « grandir »    

 

Jérôme HOAREAU, après avoir obtenu un bac « S » et un diplôme BTSA au Lycée d’Enseignement Général et Technologique Agricole de Saint-Paul, s’est lancé dans une exploitation « plein champ » sur un espace agricole utile de 2 hectares environ.

 

En 2008, il a bénéficié d’une subvention de 15 025.00 euros pour la mise en place d’une structure légère de 629 m2 destinée à la culture de tomates sous abris.

 

En 2010, une subvention de 20 265.00 euros (12 159 euros d’aide européenne au titre du FEADER et 8 106 euros du Conseil Général) lui a été attribuée à l’agriculteur pour la mise en place d’une nouvelle structure légère de 854.08 m2, toujours destinée à la culture de tomates sous abris.

 

Grâce à une bonne maîtrise technique, Jérôme HOAREAU obtient des rendements qui peuvent atteindre 30kg par mètre carré pour les tomates.

Le suivi technique et la commercialisation de sa production sont assurés par l’OP VIVEA.

  

L’auto suffisance et l’innovation    

 

La démarche partenariale et la volonté résolue des différents acteurs du monde agricole témoignent de la capacité des Réunionnaises et des Réunionnais à relever le défi de tendre vers l’auto suffisance dans le domaine alimentaire, pour peu que ne soit pas remises en causes les aides financières pour y parvenir.

 

Et c’est par l’innovation que nous gagnerons ce pari, entre autre parce que nous sommes sur un espace insulaire contraint notamment par le relief, l’urbanisation et la protection des espaces naturels à préserver.

 

À propos d’innovation, je voudrais saluer la contribution d’une chroniqueuse qui, quotidiennement sur RTL, relayée par Radio Festival aux environs de 6H50, nous incite à réfléchir sur notre devenir, dans l’émission intitulée « C’est notre planète ».

 

Et l’émission du 24 mai concernait les innovations concernant des cultures sous serres, cultures qui, rappelons-le, ne font pas forcément appel aux produits chimiques parce qu’elles sont sous serres.

 

Parce que la PBI (Protection biologique intégrée) permet justement de s’affranchir des produits chimiques destinés à combattre les organismes nuisibles, justement parce qu’avant d’être des abris à légumes, ce sont des abris à plantes.

 

C’est notre planète » de Virginie Garrin    

 

Voilà ci-dessous la retranscription du billet de Virginie Garrin http://www.rtl.fr/emission/c-est-notre-planete.

 

 « Ce sont des abris à légumes « rose bonbon ».

Dans la campagne, c’est très joli.

On peut en voir à Valbonne, dans les Alpes-Maritimes, ou Cergy Pontoise, près de Paris. 

Ce sont en fait ces grands tunnels sous lesquels poussent des légumes. 

En général, ils sont blancs ou opaques. 

Là, ils sont tout roses, et en dessous, les rendements de salades, de tomates ou de courgettes augmentent de 10 à 30 %. 

Alors pourquoi ? 

La lumière est composée de différentes couleurs. 

Les plantes, pour pousser, ont besoin surtout du « « bleu et du « rouge ». 

En revanche, elles absorbent très mal le « vert ». 

Elles le réfléchissent. 

C’est pour ça d’ailleurs, qu’on voit les plantes vertes. 

Donc, cette PME française qui s’appelle « PhotoFuel », a conçu un plastique qui filtre la lumière. 

Il laisse passer le « bleu » et le « rouge », les couleurs qui font pousser les légumes. 

En revanche, ce plastique contient une poudre chimique qui absorbe le « vert » et le réfléchit en « rose ». 

Donc, sous ces tunnels roses, la luminosité est idéale pour les plantes. 

Quatre maraîchers les testent depuis deux ans, et ça marche. 

Leurs salades sont mieux formées, et leurs courgettes sont plus grosses. 

Ces films plastiques sont commercialisés depuis quelques mois. 

Ils coûtent 40 % plus chers, mais le surcoût est amorti en moins d’un an. 

Et les 5 ingénieurs qui ont créé « Photofuel » espèrent vendre leurs abris à légumes « roses » dans le monde entier. 

Ces plastiques sont garantis 4 ans. 

Et quand ils sont abîmés, ils sont recyclables en sacs poubelles. »

 

 « Photoniques ». Au-delà d’être un excellent exercice d’articulation, ce terme désigne les matériaux capables de moduler le spectre solaire pour améliorer l’efficacité des technologies de conversion énergétique du soleil. Un secteur de marché sur laquelle souhaite s’imposer PhotoFuel. Créée en 2009, cette start-up française développe des films, plaques et tubes plastiques destinés aux marchés du photovoltaïque, des microalgues ou bien encore des serres agricoles. Sa promesse : l’augmentation très significative des rendements ; de + 4% pour les panneaux cSi classiques à + 30 % pour certains types de panneaux et systèmes photosynthétiques. 

http://www.cleantechrepublic.com

 

Article vu 4 271 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

De l’innovation en agriculture : vive le… « rose » !

  • vitrerie 91No Gravatar |

    Très beau Blog Bravoo et trés bon article.Merci

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web