Logement – Scandaleux : une mère de famille expulsée d’un 4m² durant la trêve hivernale

 Expulsée d’un 4m² durant la trêve hivernale (http://www.europe1.fr )

Je ne peux m’empêcher de vous faire partager cette information traduisant la réalité scandaleuse d’un monde où les valeurs fondamentales de respect de l’être humain se désagrègent.

 

Il se trouve que cela intervient au moment où sévit une vague de froid terrible.

 

En effet, le site Europe 1 ( http://www.europe1.fr ), sous la plume de Gaétan Supertino, dans un article du 20 janvier 2013, nous informe qu’une « mère de famille a été expulsée de son logement parisien, au loyer de 200 euros par mois » 

 

La fondation Abbé Pierre a dénoncé l’expulsion d’une mère célibataire de son appartement du 14e arrondissement parisien.

Un appartement ?

 

Pas vraiment, car ce logement, dans lequel cette trentenaire élevait seule son enfant depuis avril 2010, a une surface de… 4 m2 !

Cet « appartement », d’une superficie illégale de 4m², était loué 200 euros par mois.

 

Le propriétaire, déjà dans l’illégalité, n’a rien trouvé de mieux que d’expulser quelqu’un pendant la trêve hivernale, ce qui est strictement interdit, et de louer un appartement de moins de 9 m², ce qui est là encore interdit !

Motif de sa décision stupide : près trois mois d’impayés.

 

Et pour montrer son degré de bêtise et d’inhumanité, il a décidé, selon ce que rapporte Le Parisien, de changer la serrure et de déposer les affaires de la locataire dans des sacs poubelles dans le couloir de l’immeuble. 

 

Le quotidien explique que la situation de cette mère célibataire était connue depuis le mois de juin 2012 par la Préfecture de police et la Fondation Abbé Pierre.

Mais l’arrêté interdisant au propriétaire de le louer n’est pas encore entré en vigueur.

 

Incroyable mais vrai : 1,56 m² pour 300 euros par mois ! 

 

Patrick Doutreligne, délégué Général de la Fondation Abbé Pierre, contacté par le journal regrette ainsi : 

« la préfecture a mis sept mois à réagir après que nous l’avons prévenue ».

 

Le propriétaire risque désormais des poursuites pour « hébergement incompatible avec la dignité humaine.

Ce qui ne serait que justice.

 

En attendant, il doit également trouver une solution de rechange pour la locataire.

Celle-ci a trouvé refuge auprès de son oncle, évitant ainsi de subir dangereusement la période de grand froid.

 

Il y a tout juste trois jours, la Fondation Abbé Pierre avait mis en lumière le cas d’un homme qui avait vécu 17 ans dans un logement de 1,56 m², payant 300 euros par mois.

 

La Fondation estime que 20% des dossiers qu’elle traite concernent des logements inférieurs aux 9 m2 réglementaires.

 

Article vu 1 463 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web