La « coopération décentralisée » et les collectivités locales

 

Les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) ont publié une contribution de Charles Josselin, ancien ministre de la coopération et Président de Cités Unies France. Lecture !


« La coopération internationale exercée à partir des collectivités locales joue un rôle décisif dans le contexte de la mondialisation.

La coopération décentralisée est, pour de nombreux élus de toutes appartenances politiques, un terrain d’action de proximité.


Les collectivités territoriales de toutes tailles peuvent y mettre en œuvre des principes de solidarité liés à leurs champs de compétences quotidiens que sont la santé, l’éducation, la lutte contre la pauvreté, l’aide sociale…

Les opérations de développement économique et d’aménagement entreprises par les collectivités locales sur les cinq continents prennent un poids de plus en plus décisif.

 

Depuis 2009, les montants cumulés mobilisés par les communes, les départements et les régions sont du même ordre que ceux débloqués par l’État, voire supérieurs.


STIMULER LES ÉCONOMIES DU SUD DANS LE RESPECT DE LEURS PRIORITÉS

 

Les collectivités territoriales françaises ont été pionnières dans cet effort initié dès la création de Cités Unies France en 1975.

À la suite de mon prédécesseur Bernard Stasi – disparu en mai dernier -, qui fut un ambassadeur ardent d’une autre vision du monde de l’après colonisation, je défends à mon tour, inlassablement, une conception imaginative de la coopération.


C’est dans cet esprit que se sont inscrites, en ce début de mois de juillet, les deux journées orchestrées à Paris par Médéric Petit, délégué général du Forum, et Bertrand Gallet, directeur général de Cités Unies France.

Si elles rassemblent plus d’un millier d’élus, experts, banquiers, scientifiques ou économistes venus de tous les horizons et de tous les pays, c’est qu’elles correspondent à une volonté de construire ensemble des modèles de développement qui stimuleront les économies du Sud dans le respect de leurs priorités.


Mais cette logique d’échanges permanents ne saurait se limiter à un axe Nord-Sud. Il doit aussi irriguer les relations des collectivités françaises avec celles des pays émergents et même des États-Unis. La coopération décentralisée, décidément, est plus que jamais une idée neuve et sans frontières. »

 

Commentaires : idée intéressante.

Sauf que l’emploi du mot « coopération » est révélateur d’un état d’esprit. On aurait préféré le mot « co développement ».

Sauf que « la santé, l’éducation, la lutte contre la pauvreté,… » ne relèvent pas des collectivités territoriales, mais de l’Etat, et qu’en prenant ces exemples, le propos est quelque peu faussé.

Enfin, il est satisfaisant de voir que l’on peut envisager l’idée de « construire ensemble des modèles de développement », ensemble entre collectivités françaises et « anciennes colonies » (notamment).

Mais que quelque part, au vu de l’état du dispositif législatif d’une part, du contexte mondial d’autre part (OMC, APE etc.), les champs d’action sont limités. Peut-être que le vrai chantier serait celui-ci !

 

Article vu 5 377 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

La « coopération décentralisée » et les collectivités locales

  • EricNo Gravatar |

    Effectivement pour construire un nouveau « modèle de développement », encore faudrait-il que certains paramètres tombent : mais le rapport de forces est il aujourd’hui suffisamment installé pour que cet objectif soit atteint?

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web