TNT – Quand le CSA gruge l’outre-mer !

 

  Selon le CSA, la télévision numérique devait permettre de « recevoir plus de chaînes, dans de meilleures conditions ». Pour l’outre-mer, il n’en sera rien.

 

Pour la France métropolitaine, deux régions ne sont pas encore passées au tout numérique : Midi Pyrénées (passage le 8 novembre) et le Languedoc Roussillon (passage le 29 novembre).

 

Outre-mer, sont déjà passés au numérique : la Polynésie (20 septembre), la Nouvelle Calédonie, Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna (27 septembre). Guadeloupe, Martinique, Guyane, Saint-Martin et Mayotte y passeront le 29 novembre.

 

Une demi TNT outre-mer

 

France Antilles Martinique a publié un article le 21/10/2011 dans lequel il explique :

« Après le lancement du 1er multiplex et de la TNT en novembre 2010, il semble que la perspective d’obtenir le deuxième (qui était annoncé à l’époque) s’éloigne de plus en plus.

C’est désormais une certitude pour les professionnels de la place antillo-guyanaise même si le CSA reste très discret sur ce point ».

 

Pour mémoire, ce « premier bouquet », était composé de France 2, France 3, France 4, France 5, France Ô, France 24, Arte et RFO télé (Réunion 1e, Martinique 1e, etc.).

 

À cette date, le CSA et le gouvernement avaient donc promis un deuxième multiplex. Celui-ci devait être consacré aux projets locaux. 

 

Il avait également été dit qu’il pourrait inclure au moins une chaîne publique en haute définition.

 

En mars 2010, les chaînes privées de l’Hexagone (TF1, M6…) avaient fait savoir qu’elles ne souhaitaient pas, dans l’immédiat, intégrer la TNT outre-mer.

 

Elles avaient mis en avant l’importance des dépenses auxquelles elles seraient confrontées si elles souhaitaient intégrer la TNT (acheminement des programmes sur place, traitement du décalage horaire…), en contrepartie d’un marché publicitaire trop étroit.

 

Enfin, le CSA avait proposé que, après l’arrêt de la diffusion analogique de la télévision, un troisième multiplex pourrait être créé. Il serait constitué de chaînes nationales privées, si elles le souhaitent.

 

Le déploiement de ces chaînes se ferait sur les fréquences actuellement utilisées par la chaîne Tempo, qui disparaîtra alors des écrans.

 

Un sur trois !

 

C’était à peu près les positions du rapport Méar :

  

– La première vague serait constituée d’un multiplex précurseur composé, dans chaque collectivité, de la télé pays de RFO, de la principale chaîne locale et de 8 chaînes métropolitaines publiques.

 

Ce multiplex pourrait être disponible dans les collectivités ultramarines, dès la fin de l’année 2009, ou, au plus tard, à la fin du premiertrimestre 2010, si le Gouvernement donnait le « top départ » en septembre prochain.

 

– Le deuxième multiplex, serait constitué des autres chaînes privées locales qui exerceraient leur droit de reprise, de nouvelles chaînes locales sélectionnées.

 

Cela se ferait au terme d’un appel aux candidatures organisé par le CSA et d’une ou deux chaînes publiques métropolitaines en haute définition (France 2 ou Arte).

 

– Enfin, la troisième vague serait composée des chaînes métropolitaines privées de la TNT gratuite qui feront acte de candidature pour être présentes dans les outre-mers, et éventuellement, d’ultimes nouveaux projets locaux.

 

Les collectivités territoriales seront consultées sur ce processus en trois temps et sur le périmètre de l’offre de chacune des trois vagues ».

 

Trop cher !

 

Mais de 2e bouquet – et de 3e bouquet – il n’y aura donc pas.

 

Et France Antilles de noter :

« La confirmation qu’il a donné de cette information reste laconique et absconse, comme pour mieux se dédouaner : 

« Les dernières chaînes analogiques qui n’ont pas été lancées en TNT en novembre 2010 ont été autorisées en numérique avant l’été et devraient se lancer en TNT d’ici à la fin de l’année (en même temps que l’extinction de l’analogique).

Il s’agit d’Eclair TV et de Zouk TV, respectivement en Guadeloupe et en Martinique.

On attend que  des porteurs de projets privés ou publics se fassent connaître pour lancer un nouveau multiplex. »

 

France Antilles rajoute :

« Or, on sait maintenant que TF1 et M6 ne s’embarquera pas dans cette aventure, ni d’ailleurs les petites chaînes de la TNT, comme Direct 8, NT1 ou W9…

C’est bien trop cher (pour prétendre à avoir au multiplex en Guyane, le CSA rappelait aux postulants à une fréquence de télé locale qu’il en coûtait 120 000 € par an !) ».

 

Le journal précise :

« Alors, pour que les chaines comme Eclair TV en Guadeloupe et Zouk TV en Martinique puissent émettre après l’extension de l’analogique, il leur faudra s’équiper de simplex, c’est-à-dire qu’ils devront investir dans leur propre émetteur numérique.

Il en coûte quelque 25.000 € pour un émetteur de 500 watts.

Conscient des difficultés pour les chaînes locales, le gouvernement leur a accordé une aide à la diffusion pour trois ans.

La première année, elles devraient toucher 90%, 70% la deuxième année et 30% la troisième.

Il faut dire que là encore tout n’est pas bien net ».

 

Entre meilleurs ennemis !

 

France Antilles conclut :

« C’est la société ROM 1 (Régie Outre-mer 1), émanation de France Télévisions, qui est chargée de ce dossier de la diffusion.

Le problème est que TDF voudrait faire payer l’hébergement des équipements aux opérateurs de télé locale privée.

Et ça, ça rend furax la Fédération des télés privées que dirige Jean-Claude Asselin de Beauville».

 

À La Réunion, le passage à la TNT c’est aujourd’hui. 

À grand renfort de slogan, on nous a dit que le déploiement de la TNT outre-mer était «  au cœur des préoccupations du Conseil supérieur de l’audiovisuel ».

 

On voit le résultat : une fois de plus, l’outre-mer est laissé pour compte.

 

S’il y a une part indiscutable de responsabilité du gouvernement dans ce dossier, tout n’est pas pour autant à porter à son débit.

En effet, le rapport Mear expliquait :

 

« le Conseil suggère, à défaut du maintien de l’accès de RFO aux marchés publicitaires locaux, formule qui aurait sa préférence, l’adoption, pour les collectivités où existe une offre télévisuelle concurrente de celle de RFO, d’une solution débouchant sur une disparition progressive et lissée de la publicité des écrans du réseau ultramarin.

Cette démarche pourrait emprunter la forme d’une diminution, à raison de 2 minutes par an, ou d’une minute par an, à compter de l’arrivée du multiplex précurseur, ou à l’expiration d’un délai d’un an à partir de cette arrivée, du contingent autorisé de 8 minutes de publicité par heure ».

 

Il semble donc qu’il s’agisse aussi d’une affaire de gros sous, d’un gâteau que l’on veut se partager, entre amis ou « meilleurs ennemis ».

 

Et le fait que le CSA vienne  d’annoncer le lancement de l’appel à candidatures portant sur l’ouverture de six nouvelles chaînes  haute définition (HD) sur l’offre TNT (télévision numérique terrestre) gratuite ne changera pas la donne : ce sera toujours pour la France métropolitaine.

                                                                                                                                                                                                                

Article vu 7 534 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

4 Commentaires sur

TNT – Quand le CSA gruge l’outre-mer !

  • AnonymeNo Gravatar |

    question : antenne Réunion pique les programmes de TF1 : si TF1 arrivait gratuitement dans l’île: que programmerait donc Antenne?

  • HUGONo Gravatar |

    La TNT c’est le plus grand entourloupe de la CSA pour l’OUTRE MER. Des chaînes gratuites qui deviennent payantes chez certains. Des chaînes payantes qui disparaissent et qui faut payer encore plus pour les revoir. Et sans compter les investissements à faire dans cette période de crise…

  • lolNo Gravatar |

    Pfff ! Déjà que les programmes des télés sont souvent des rediffusions de rediffusions, avec ces nouveaux investissements elles n’auraient même pas les sous pour des rediffusions de rediffusions de rediffusions…

  • ùXBäNo Gravatar |

    c’est vrai qu’il y a de l’abus mais comment défendre cet instrument de crétinisation ?
    vive le net et la lecture !

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web