Alerte-Urgent- Attention, danger ! Diego : armes nucléaires au nom de l’exception

 

Lu cet article, paru ce jour, sur le site mauricien de l’Express, signé Venen Paratian.

Un peu long, certes (nous avons choisi d’insérer des intertitres, pour faciliter la lecture), mais qui amène à ce constat : l’océan Indien, donc La Réunion, n’est pas à l’abri d’une catastrophe nucléaire.


Chaque citoyen de la région du sud-ouest de l’océan Indien a une épée de Damoclès suspendue sur la tête en raison de la très probable présence des armes nucléaires stockées sur la base militaire de Diégo Garcia.

 

Un tel propos serait passé probablement inaperçu avant les événements récents au Japon.

 

Mais, aujourd’hui, à la lumière de l’incapacité des super puissances de maîtriser leurs propres technologies, devenues des monstres à plusieurs têtes, chaque citoyen devrait se poser la question : Et quand viendra notre tour ?

 

L’enjeu de déclarer l’océan Indien zone exempte d’armes nucléaires a des conséquences politico–militaires de grande envergure.

 

Tout comme on vient de déclarer une aire marine protégée dans l’archipel des Chagos en excluant la base militaire, on en fait de même dans le cadre de l’accord de Pelindaba avec une réservation en bas de page (foonote) !

 

Pas plus tard que le 14 mars 2011, la Russie a ratifié l’accord de Pelindaba avec des réserves en raison de la présence de la base militaire de Diego Garcia et le “footnote“ anglais sur cet accord.

 

Sergei Ryabkov, vice ministre des Affaires étrangères, a fait ressortir que son pays a émis des réserves en ratifiant l’accord signé déjà en 1996 parce que les Etats Unis ont déclaré la base militaire de Diego Garcia comme étant une exception à l’esprit de Pelindaba.


POSSIBILITÉ D’UNE GUERRE NUCLÉAIRE


Ceci voudrait dire clairement que même si le African Nuclear Weapon-Free Zone Treaty appelé aussi «Pelindaba» est ratifié, Diego Garcia restera toujours une exception.

 

Donc exception pour exception, les Etats Unis et la Russie s’arrogent le droit de mener une guerre nucléaire dans cette zone.

 

Regardez plutôt. Les intentions de la Russie sont limpides à la lumière de la déclaration de son vice-ministre des Affaires étrangères :

« Russia signed the treaty with a number of reservations, Ryabkov said.

They stipulate that we do not assume the obligation not to use nuclear weapons against states that are part of the zone free from nuclear weapons in Africa in situations where they have allied commitments to other nuclear states and may participate in military actions using nuclear weapons against Russia, or are members of the corresponding coalitions.”


Ce qui revient à dire que même si Maurice a signé et ratifié l’accord de Pelindaba, notre pays restera dans le giron d’une guerre nucléaire potentielle ou être en proie des accidents nucléaires.

 

Elle fait donc exception, malgré elle, de la politique de non-prolifération des armes nucléaires prônée par les super puissances.

 

Le secret entourant la présence des armes nucléaires sur la base de Diego Garcia ne pourra jamais être levé et les hommes de lois du Foreign Commonwealth Office de Londres, du Département d’Etat de Washington et le BIOT ont fait du bon boulot pour laisser cette porte de sortie dans ledit accord.

 

Tout rondement, on se déclare solidaire avec le concept de zone de paix mais toujours à l’exception de Diego.


IL Y A DES ARMES NUCLÉAIRES À DIEGO GARCIA


Selon toute probabilité et en recoupant des informations qui filtrent des études sur la prolifération nucléaire, il est fort à parier que Diego Garcia recèle bien des armes nucléaires.

 

Comme les américains avaient insisté auprès de l’Agence internationale de l’Énergie Atomique (IAEA), pour que des inspecteurs statuent sur l’existence des armes de destructions massives en Irak sous le régime Bush, n’est-t-il pas venu le moment de demander cette même inspection pour Diego Garcia ?

 

Les Anglais jouent bien leur rôle de bouclier dans cette affaire.


Des déclarations chimériques et épistolaires que la base n’abrite pas d’armes nucléaires n’ont pas dissipé le doute qui persiste à cet effet.

Mais on n’est pas dupe.

Les rideaux sont tirés.

 

Sinon où sont passés les 387 Bunker busters ramenés de Californie pour attaquer l’Iran ?

 

Et les 195 Smart bombes Blu, les 110 guidées au laser, les 195 énormes bombes blu-177 de 2 tonnes sans compter les B-52 et tout un arsenal d’équipements sur mer, sous mer et sur terre ?


Si la diffusion de la radioactivité au Japon a été provoquée par un tremblement de terre, suivi d’un tsunami, personne ne pourra prédire que Diego Garcia restera à l’abri de tout accident nucléaire.

 

Auquel cas, les Anglais et les Américains et la population de quelques milliers de personnes de Diego pourront être mis à l’abri.

 

Mais qu’en est-il de notre sort ?

Des populations de Madagascar, de Afrique de l’Est et des autres îles du sud ouest de l’océan Indien ?


L’OCÉAN INDIEN, ZONE DE PAIX ?


C’est sur cette plate-forme qu’on devrait attendre nos politiciens prôner une politique cohérente au niveau régional et international.

 

Il devient encore plus ridicule à la lumière des événements qui se déroulent à travers le monde, qu’on vienne nous parler aujourd’hui d’un Marine Protected Area avec de gros sous marins nucléaires parqués à Diégo Garcia tandis que, selon eux, le retour des Chagossiens viendront souiller cette aire marine.


Et puisque la radioactivité ne connaît pas de frontière, de quoi parle-t-on quand on dit que la zone océan Indien doit être une zone de paix dépourvue d’armes nucléaires ?

 

Si tel est le cas, il devrait pas y avoir de place pour des exceptions !

 

Comme on peut le constater, les autorités britanniques ont toujours tergiversé sur la question de l’archipel depuis 1965. 

À chaque fois que la justice a essayé de rendre justice, les experts légaux ont trouvé des brèches pour y échapper.


Les exemples abondent : affaire Bancoult, décret de sa Majesté, décision de la House of Lords, barrière Commonwealth pour aller à la Cour de la Haye, délai de la Cour européenne des droits de l’homme pour rendre un jugement, indemnisation de la honte, politique infecte du Marine Protected Area etc.

 

La carte du monde est en pleine mutation et aujourd’hui l’avenir du nucléaire est en sursis.


Et si demain, dans un élan sans précédent et en utilisant la technologie de l’information et de communication, les citoyens du monde épris de justice se soulèvent contre cette politique d’occupation à connotation nucléaire dans l’océan Indien et si les jeunes anglais et américains commencent eux-mêmes à sérieusement interroger la politique de leur gouvernement et l’occupation honteuse de ces îles, l’occupation illégale à travers des mensonges, des manipulations des faits historiques, du déni du droit humain, alors les cartes commenceront à tomber.


EXPLICATIONS EXIGÉES


C’est l’opinion mondiale qui aura raison des politiques destructrices de notre monde.

Il est devenu possible aujourd’hui d’atteindre des millions grâce à une touche de clavier. C’est notre arme à nous.

 

De ce fait, le moment est venu plus que jamais de monter cette croisade et on comprendra qu’un tsunami humain est plus redoutable que toute autre arme.

 

Si on intervient en Libye au nom de la justice et du droit humanitaire, le gouvernement britannique et les Etats-Unis devront alors sérieusement songer que le retour des Chagossiens et la souveraineté totale de Maurice relève aussi du même esprit de droit et de justice.


Entre temps, qu’on demande à M. Cameron de s’expliquer sur cette affaire. Et, dans la foulée, à Barack Obama, comment il tolère une menace nucléaire et une domination colonialiste sur le continent où son père a pris naissance.

 

Article vu 3 852 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Alerte-Urgent- Attention, danger ! Diego : armes nucléaires au nom de l’exception

  • jean-JacquesNo Gravatar |

    Ce n’est pas la première fois que vous faites état de la présence de missiles nucléaires ou de bâtiments militaires à portée nucléaire (réparation / entretien etc.) la menace devient de plus en plus réelle,

    mais pourquoi n’y a t il que sur votre blog que l’on en parle? que le JIR n’en dise rien, c’est anormal mais ce n’est pas sa tasse de thé. au Quotidien, ce n’est pas la joie en ce moment, à cause des licenciements;
    mais Témoignages n’en parle pas? pourquoi?
    enfin – et surtout – il est complètement surréaliste de n’entendre aucun autre homme politique, à part vous, se pencher sur cette question.

  • InquietNo Gravatar |

    La Namibie veut construire une centrale nucléaire afin d’assurer son indépendance dans la crise énergétique. La décision politique a déjà été prise et ils y travaillent avec les Américains, les Français et les Sud-africains.

    ça fait beaucoup, pour l’océan Indien, puisqu’il faut rajouter l’Inde, le Pakistan… qui ont l’arsenal nucléaire

  • InquietNo Gravatar |

    Deux navires porteurs de nucléaire, l’un français «Le Triomphant» et l’autre britannique «HMS-Vanguard» sont entrés en collision en 2009 (au début de l’année). il n’y avait pas eu de dégât (officiellement)
    faut-il attendre qu’il y ait des morts pour s’emparer de la question? la COI, et les autres organisations n’ont elles pas leur mot à dire?

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web