Ma tribune libre envoyée à la presse – Transports collectifs: fausses économies et vrais problèmes à venir

image Chères lectrices et chers lecteurs, vous trouverez ci-dessous ma tribune libre envoyée aux médias évoquant mes inquiétudes quant aux risques de régression dramatique dans l’offre de transports collectifs à La Réunion suite à des mesures envisagées par des collectivités ou établissements publics au nom de la rigueur budgétaire.

TRIBUNE LIBRE

TRANSPORTS COLLECTIFS : FAUSSES ÉCONOMIES ET VRAIS PROBLÈMES À VENIR

Pierre Vergès2 J’ai fait savoir en début d’année que je faisais une pause au plan électif, en ajoutant que je me réservais le droit, en tant que citoyen et ancien élu, d’intervenir dans le débat politique. Près de neuf mois ont passé depuis la mise en place du nouveau réseau Car jaune. Il me paraît utile, en tant qu’ancien vice-président du Département en charge des transports, de faire un premier constat, où apparaissent des motifs de satisfaction, mais aussi des sujets d’inquiétude.

Un bref rappel s’impose, pour mieux comprendre mes inquiétudes.

PDT 1°- Le plan départemental des transports (PDT) a été validé fin 2012 par tous les élus du Conseil général, après une année de concertation avec la Cirest, la Cinor, le Tco, la Civis et la Casud, autorités organisatrices des transports urbains (AOTU). Ce plan comprend des orientations qui, mises en œuvre, exigent des mesures d’accompagnement.

image 2°- La délégation de service public relatif au Car jaune a mis en œuvre ces orientations. Le contrat, prévu pour les dix prochaines années a été là encore approuvé mi-2014 par l’ensemble des conseillers généraux membres de la commission permanente.

L’exemple le plus frappant de ces orientations concerne la réorganisation des lignes interurbaines. Le Département ne souhaitait plus assurer des services des AOTU qui, contrairement au Département, perçoivent des recettes du versement transport de plusieurs millions d’euros. Du coup, les nouvelles lignes Car jaune ne desservent plus tous les arrêts qui relèvent de la desserte strictement urbaine.

carte de La Réunion réseau transports car jaune Des mesures devaient être mises en œuvre par les AOTU. Le Département lui-même devait être vigilant sur l’évolution de la fréquentation de la clientèle.

Une constante apparaît : la progression de cette fréquentation. A telle enseigne que la recette annuelle prévue contractuellement au bénéfice du Département est supérieure dès cette année 2015 de plus de un million d’euros.

Fabienne Couapel Sauret C’est réjouissant, mais cela signifie que sur certaines lignes, et à certaines heures, les cars sont saturés et on peut apercevoir tous les jours à des arrêts qu’une partie des usagers reste en rade. Aussi, j’avais précisé ceci dans une tribune libre du 7 mai 2015 : « Gageons là encore que la demande de subvention de 10 grands bus et de 5 bus de 20 places faite en mars auprès du Président de Région trouvera rapidement une issue favorable, comme me l’avait assuré la vice-présidente de la région Fabienne Couapel-Sauret. » (sur mon blog avec le lien suivant http://blog.pierreverges.fr/contribution-au-debat/tribune-libre/ma-tribune-libre-envoyee-a-la-presse-a-propos-de-la-carte-reunipass#more-23962).

image Un raisonnement surprenant serait opposé au renforcement du réseau par une augmentation des fréquences avec de nouveaux bus : « hors de question de mettre un euro de plus ». Je n’ose croire qu’un tel raisonnement prospère, surtout quand on connaît la détermination de la présidente du Département à offrir un service de qualité en instaurant des bus neufs sans le moindre euro de subvention de la Région, accessibles aux « personnes à mobilité réduite », en maintenant la tarification sociale, et en proposant une carte « Réuni’Pass valable sur tous les réseaux.

photo photo humour découpage cantonal 7 En effet, il s’agit d’une recette annuelle supplémentaire qui n’était pas prévue. Cette augmentation risque d’être identique voire supérieure les années suivantes si la fréquentation continue à progresser. La sagesse dicte donc de réaffecter cette somme dans l’acquisition de nouveaux bus. Ne pas le faire conduira inévitablement à la répétition de frustrations d’usagers restant à terre, ce qui va à l’encontre du but recherché de poursuivre les efforts pour offrir une réelle alternative à la voiture par des transports collectifs de plus en plus performants.

image Soyons clairs : ce n’est pas la seule exigence. En effet, s’agissant des AOTU, il leur revenait de prendre les dispositions pour accompagner du mieux possible les usagers qui, du fait de lignes plus directes du nouveau réseau Car jaune, doivent prendre des correspondances sur des lignes des réseaux locaux.

Et du fait de l’attractivité du réseau Car jaune et de l’incitation à opter pour des abonnements plus intéressant financièrement, la fréquentation va augmenter sur les réseaux locaux. Il sera donc là aussi impératif de renforcer le réseau avec plus de bus, plus de lignes, et une fréquence de passage plus importante. Cela concerne les réseaux Estival, Citalis, Kar’Ouest, Alterneo et Carsud.

image Or, en début d’année, le TCO a validé pour le réseau Kar’Ouest, desservant le Territoire de la Côte Ouest, que des portions de lignes seraient supprimées, et que la fréquence de passages serait réduite. C’est là une régression dans l’offre de service public de transports.

Cette situation dommageable pénaliserait les usagers en général, mais surtout les populations :

image – de La Possession, dont une adjointe est membre du Syndicat mixte des transports de La Réunion (SMTR),
image – du Port, dont le maire s’était plaint que le Département n’effectue plus… gratuitement (!) le service relevant du TCO donc de sa commune,
image – de Saint-Paul, dont l’importante population sur un territoire très vaste mérite un meilleur service,
image – de Trois-Bassins, dont le maire souligne la nécessité de renforcer le réseau au profit de sa commune excentrée,
image – de Saint-Leu, particulièrement touchée par la réorganisation du réseau Car jaune, et dont la population aurait à gagner avec un… renforcement du réseau Kar’Ouest.

Hélas, il n’y a pas que le TCO qui envisage cette régression de l’offre. La démarche serait identique du côté de Citalis en cours de renouvellement de DSP.

image Bien d’autres défis restent à relever. Citons pêle-mêle la mise aux normes de l’accessibilité des bus urbains et des gares, au-delà d’un embellissement justifié, des arrêts avec des abri-bus, la centrale de mobilité pour informer les usagers, l’opportunité d’un accompagnateur dans chaque bus pour la sécurité et la convivialité dans un espace partagé, l’implication des taxiteurs pour la prise en charge du « dernier kilomètre », selon le terme employé dans ce domaine. Et je ne parle pas du partage des voies de circulation, aux entrées de villes et à l’intérieur de celles-ci, avec des voies réservées au bus.

panneau danger  Mais si, au nom du rigorisme budgétaire, qui n’est justifié que partiellement par la baisse des dotations de l’Etat, les élus renoncent dans le domaine des transports durables, même pas la peine d’entretenir l’espoir, et tous les efforts déployés auront été vains. Et ce seront de fausses économies et de vrais problèmes à venir.

Pierre Vergès

 

Article vu 1 706 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...

8 Commentaires sur

Ma tribune libre envoyée à la presse – Transports collectifs: fausses économies et vrais problèmes à venir

  • ChloeNo Gravatar |

    Vue à court terme par le petit bout de la lorgnette ! Faire des économies (supposées) dans un domaine qui est l une des grandes difficultés pour La Réunion c est ahurissant ! Cela n enlève rien au fait que les départements sont dans des situations financières alarmentes ! Dure réalité de la politique d austérité ! Mais répondre à l austérité ainsi c est tout à fait contre productif et surtout très loin de ce que la population attend de ceux / celles qui sont élus : élues !

  • OlivyeNo Gravatar |

    Mr Vergès,
    Vous faites un constat certes juste. Mais aujourd’hui c’est toute la façon que la politique régit notre vie. La COur des Comptes pointait du doigt la prédominance du secteur public sur le secteur privé. Pourquoi ne laissons-nous pas les acteurs privés offrir des services et aux collectivités de jouer le role d’arbitre et de régulateur? Pourquoi toujours le politique veut-il mettre son nez dans tout alors que 30% de notre population est au chomage? Le politique a bien une raison de laisser ce public sans emploi… ce sont des électeurs qui sont à leur merci. Je peux paraître hors sujet mais je vais plus loin que vous dans votre démarche parlant de mobilité interne et des transports en commun. Je ne connais pas le modèle économique des transports réunionnais mais je suis sur que si on se penche on a possibilité de faire un « auto-rail » construit par des privés et que ca coute peu cher à la collectivité et même d’avoir un réseau de transports en commun sur toute l’ile à moindre frais.
    Libéralisons la Réunion de nos chaines… »fictives »

  • Pierre VERGESNo Gravatar |

    Présomptueux celui qui décide de ce qui est hors sujet, quand on sait que tout, ou presque, est lié. Vous posez un vrai problème. Cependant, comme vous le reconnaissez, le domaine des transports est complexe. Et les collectivités laissent le privé faire, c’est le cas pour le Car jaune par un contrat de 10 ans avec un groupement privé. MAIS, comme il s’agit d’un service PUBLIC de transports, les collectivités DOIVENT jouer un rôle de régulateur, et proposer des lignes et des fréquences de passage. Au groupement privé d’apporter des suggestions pour améliorer l’offre, dans un domaine où le public concerné est souvent le plus démuni, ce qui explique la tarification sociale (à la charge de la collectivité, et pas du privé, cela va de soi). TOUTEFOIS, quand c’est le public LUI-MÊME qui décide de réduire l’offre, le privé s’exécute et s’adapte, mais ne peut corriger l’erreur qui relève de la responsabilité du public. Enfin, c’est un secteur où la rentabilité est faible, puisque les recettes sont moins fortes que les dépenses. Pour conclure, je vous invite à vous renseigner sur la catastrophe pour les usagers en Angleterre, l’Etat ayant décidé de privatiser les transports. Résultat : ce qui est rentable et rapporte du fric, ok, mais pour le reste, les écarts, les heures creuses, où il y a quand même des gens qui se déplacent, supprimer le service. Kom di kréol, bon marché i arvien cher !

  • OlivyeNo Gravatar |

    Il faut revoir la façon de réguler. Tout système est perfectible. Je vois des acteurs, toujours les mêmes depuis 30 ans se partager le marché (et leurs fils reprendre et/ou se partager ses lignes, et on supposerait que les marchés sont biaisés: le privé s’aligne sur le public pour le prix alors qu’il peut pour moins cher). Je tente à croire que le marché semble porteur sinon des faillites aurait lieu ou un phénomène de concentration s’opérer, ce qui n’est pas le cas hormis 1 ou 2 acteurs.
    Il y a aussi une incohérence entre l’offre et la demande. Si j’habite au moufia et que je dois travailler au Port, dois-je faire 2heures de transport en commun alors que je peux le faire en moins de 45 min habituellement en voiture?
    Chaque AOT garde son pré-carré et ne s’occupe que de cela…il faudrait un acteur régional qui centralise tout et coordonne l’offre et la demande. Mais c’est le système Français qui pêche.

  • Pierre VERGESNo Gravatar |

    « Tout système est perfectible. »: évidemment, je ne peux pas le contester. Ainsi, pour toute DSP, il y a un plafond de dépenses que le Département a fixé, pour la bonne et simple raison qu’il existe d’autres priorités et que l’Etat (avec Sarkozy comme avec Hollande) a diminué les dotations aux collectivités. Et pourtant, nous avons pu améliorer l’offre : plus de 1 millions d’euros de recettes non attendues.
    « Je vois des acteurs, toujours les mêmes depuis 30 ans se partager le marché » : je rappelle que l’appel d’offres pour cette DSP a fait l’objet d’une publicité au plan… européen ! il y a même d’autres groupements, pas installés à La Réunion, qui ont retiré le dossier.
    « Je tente à croire que le marché semble porteur » : ce n’est pas le marché le plus porteur, ceux concernant les transports scolaires sont bien plus rentables, et de loin.
    « Il y a aussi une incohérence entre l’offre et la demande. Si j’habite au moufia et que je dois travailler au Port, dois-je faire 2heures de transport en commun alors que je peux le faire en moins de 45 min habituellement en voiture? » : le problème est celui de l’adaptation des réseaux locaux au réseau « armature » Car jaune. Et, je dois le reconnaître, dans de nombreux cas, cela n’a pas été fait. Cela dit, tant que les bus ne seront pas mis sur le même pied d’égalité que la voiture, ils seront pénalisés, d’autant que les bus marquent des arrêts, et non la voiture pour un même trajet. Et tant qu’il n’y aura pas de voies réservées pour les bus en ville et aux entrées de ville, ça ira de mal en pis. Un exemple qui marche : le transport en commun en site propre (TCSP) du Chaudron au centre ville de Saint-Denis. A certaines heures de forte circulation et malgré les arrêts du bus, le bus arrive avant la voiture, prise dans les embouteillages, pour le même trajet.
    « Chaque AOT garde son pré-carré et ne s’occupe que de cela… » : c’est hélas vrai dans de nombreux cas, malgré le Syndicat mixte créé et regroupant toutes les AOT.
    « il faudrait un acteur régional qui centralise tout et coordonne l’offre et la demande. » : à condition que cet acteur ne favorise pas tel ou tel territoire et oublie par exemple l’extrême sud et l’est.
    « Mais c’est le système Français qui pêche. » : et pourtant, il existe des solutions, la mutualisation des moyens, mais les AOT préfère comme vous dîtes, garder leur pré-carré.
    Il viendra bien un jour où la population de plus en plus en proie à des difficultés avec la voiture (coût du carburant, assurances, entretien, embouteillages de plus en plus nombreux…) s’intéressera plus à l’alternative tous modes doux : transports collectifs, vélos à assistance électrique, etc. J’ai fait des articles à ce sujet sur mon blog.

  • FontaineNo Gravatar |

    Vous avez fait votre travail.
    A chacun ses compétences. A chacun ses responsabilités. Le département ne doit pas payer pour les communautés de communes.
    Un moment il faut changer nos habitudes et voir plus loin que le bout de son nez. …

  • FontaineNo Gravatar |

    Vous êtes sure que 30% de la population est au chômage.????

  • FontaineNo Gravatar |

    Les cars « jaunes » interurbains devraient être gare routière à gare routière suivant un itinéraire avec certains arrêts. ..L’intérieur, ce sont les bus urbains des communautés d’agglomération. ..
    Monsieur Verges citez nous les noms des élus qui ont voté lors de l’assemblée. …et les communautés qui ont été d’accord pour faire leur travail.
    A bon attendent salut.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web