France – Comores : le dialogue sur l’immigration rompu

 

Lu dans L’Express de Madagascar : « Le début des négociations sur l’immigration qui étaient engagées entre l’ambassade de France et le gouvernement comorien a connu un coup d’arrêt.Tout a capoté au moment de signer le document final.


Les pourparlers qui étaient en cours entre le gouvernement comorien et l’ambassade de France n’ont pas pu aboutir.

Un projet d’accord devait être signé entre les deux parties dimanche (27 mars).

  

Mais la signature a été reportée à la dernière minute, faute d’un consensus sur le document final. »

Les deux parties s’accusent mutuellement d’être à l’origine de ce report.


L’ambassade de France « regrette l’attitude dilatoire du gouvernement comorien ».

 

Réponse de Fahmi Saïd Ibrahim, ministre des relations extérieures :

« l’ambassade de France a transmis un rapport de réunion que nous avons estimé ne pas être conforme à la nature de nos préoccupations.

Nous avons transmis notre rapport. Manifestement, ça a déplu. On a dit non, c’est pourquoi c’est dilatoire ».


En tous cas, ce report a fait encore monter la tension d’un cran.

 

L’ambassade de France a durci les sanctions qui pèsent contre l’État comorien et ses ressortissants.

Elle a étendu, dès le lundi 28 mars, la suspension de la délivrance de visas pour le territoire français à tous les types de passeports.

 

Le ministre Saïd Ibrahim affirme que

« le gouvernement comorien (…) regrette que les Comores soient sanctionnées parce qu’elles ont appliqué le droit international, cela en protégeant ses ressortissants et en luttant contre la piraterie dans la région ».


Pour rappel : le 15 mars dernier, dans une note de service, le ministère comorien de la défense a indiqué qu’une pièce d’identité

« est exigée à tout passager empruntant un avion ou un bateau à l’entrée comme à la sortie des postes frontaliers des Comores pour des raisons de sécurité ».


Cette note signée par le directeur de la sûreté du territoire est destinée aux compagnies aériennes, comme maritimes, qui desservent Mayotte et qui sont susceptibles de transporter des personnes expulsées de cette île.

 

En clair, il est fait interdiction à ces compagnies de ramener les Comoriens des trois îles, refoulés de Mayotte vers Anjouan.


Et l’ambassadeur de France à Moroni avait, par la suite, brandi la menace de ne plus accorder de visas aux ressortissants comoriens. Une menace qui s’est donc concrétisée après l’échec des négociations franco-comoriennes, dimanche.

 

Article vu 4 042 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

France – Comores : le dialogue sur l’immigration rompu

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    la diplomatie française dans cette région du monde (mais aussi partout ailleurs…), ça craint.
    j’ai un copain qui veut faire venir sa maman résidant à Madagascar… on lui a demandé une liste considérable de documents prouvant qu’il avait un emploi, un logement, on lui a demandé une « caution » de 2,000 euros…. et on a refusé le visa à sa mère.
    ce « on »… l’ambassade de France à Tana.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web