Corée du Sud : la lutte pour l’égalité des sexes est un si long chemin

 

   Une amie lectrice du blog m’a demandé de publier cet article sur la situation des femmes en Corée du Sud.

 

Rédigé en anglais, la traduction a été faite par une charmante étudiante, que je remercie ici. Bonne lecture !

 

« Savez-vous que vous devez tout faire pour devenir présentatrice télé ? » Ces paroles ont coûté à Yong Kang-seok, un membre du Parlement de la Corée du Sud, son appartenance au Grand Parti national au pouvoir en Juillet.

 

Son insinuation selon laquelle une femme doit absolument tout faire pour travailler à la télévision a gêné ses collègues et déclenché un débat national sur le sexisme.

 

Les femmes qui travaillent en Corée du Sud gagnent 63% de ce que gagnent les hommes.

 

Ce n’est pas que ces résultats sont tous dus à la discrimination, mais c’est tout de même le cas d’une grande partie d’entre eux.

Les femmes sud-coréennes font face à la pression sociale et cessent de fumer lorsqu’elles ont des enfants, ce qui rend difficile de rester sur une voie rapide de carrière.  

 

De nombreuses grandes entreprises n’ont pas de femmes aux emplois de niveaux supérieurs.

Cela crée une opportunité évidente.

 

Si le talent des femmes est sous-évalué, il devrait être abondant et relativement bon marché.  

 

Les entreprises qui embauchent plus de femmes devraient en tirer un avantage concurrentiel.

Et en effet, il est évident que c’est ce que fait un certain type d’employeur.

  

______________________________________________________

Recrutées par les multinationales étrangères

______________________________________________________

 

Jordan Siegel, de la Harvard Business School rapporte que les multinationales étrangères recrutent un grand nombre de femmes coréennes instruites.

 

En Corée du Sud, augmenter la proportion de femmes cadres d’une entreprise de dix pour cents augmente son rendement d’un pour cent, selon des estimations de M. Siegel.

 

La Corée du Sud est l’environnement idéal pour l’arbitrage entre les sexes.

Le lieu de travail est peut être sexiste, mais le système éducatif est très méritocratique.  

 

Beaucoup de femmes diplômées et intelligentes entrent sur le marché du travail chaque année.

Avec le temps, leur carrière sont éclipsées par celles des hommes qui n’ont pourtant pas plus de capacités.

 

Cela les rend vulnérables.

Goldman Sachs, une banque d’investissement américaine, a plus de femmes que d’hommes dans son bureau de Séoul.

 

Seulement 60% des femmes sud-coréennes diplômées, âgées entre 25 et 64 ans, font partie des femmes instruites les plus sous-employés des pays de l’OCDE.  

 

Cela peut cependant changer.

Le mariage et les taux de fécondité ont chuté.

Il y avait 10,6 mariages pour 1.000 habitants en 1980, et seulement 6,2 l’an dernier.

 

Les femmes sud-coréennes ont une moyenne de seulement 1,15 enfant, l’un des taux les plus bas du monde.

Cela a des répercussions inquiétantes pour le pays, mais devrait aider les femmes dans le milieu du travail.

 

Les entreprises auront à utiliser tout le talent qu’ils peuvent trouver. S’ils ne le font pas, leurs rivaux le feront.

                            

Article vu 10 917 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Corée du Sud : la lutte pour l’égalité des sexes est un si long chemin

  • EricNo Gravatar |

    j’ai relevé cette phrase:
    Les femmes sud-coréennes font face à la pression sociale et cessent de fumer lorsqu’elles ont des enfants, ce qui rend difficile de rester sur une voie rapide de carrière.
    j’avoue rester perplexe quant à son contenu et son sens !!!!

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web