2011 : année de l’outre-mer ? Même pas du vent !

 

Personne ne peut ignorer que l’année 2011 est l’année des outre-mers.

Mettre en valeur les territoires ultramarins est, en soi, un exercice intéressant.

 

Encore faut-il que cela soit réel.

Comme pour les études sur les consommations d’énergie dans les régions, l’outre-mer ne figure pas non plus dans les projets gouvernementaux pour les énergies renouvelables.  

 

Et pas n’importe lesquelles : les éoliennes en mer.

Sarkozy vient de présenter les modalités d’un appel d’offres destiné à implanter 600 éoliennes au large des côtes françaises.

 

Comprenez : les côtes françaises de France métropolitaine, pas les côtes  de l’outre-mer.

Il est évident pour ces messieurs que l’outre-mer n’a pas de rivages… ni de vent.

 

Alors, comment l’outre-mer pourrait-elle participer à la production d’une puissance de 3.000 mégawatts ?

3,5 % de la consommation française d’électricité produite grâce à des éoliennes en mer, et cela, à l’horizon de 2020 !


Le gouvernement préfère installer les 600 turbines au large des côtes de la Manche et de l’Atlantique (l’Aquitaine, le Languedoc-Roussillon ont été éliminés au 2e tour).

 

Au passage, cela va créer de l’activité, de l’emploi, favoriser les recherches, dynamiser une vraie filière… Trop bon pour l’outre-mer, tout ça vraisemblablement.

 

Côté investissement, là, le gouvernement va trouver les 10 milliards d’euros nécessaires, malgré les timides avertissements lancés par  Bercy :

« Nous ne sommes pas certains que les industriels français aient la capacité de répondre à un appel de 3.000 MW ».

C’est vrai qu’en quelques années, il y a eu des progrès réalisés.


Juste pour rire un peu, en 2004, le premier appel d’offres lancé par le gouvernement sur l’éolien en mer n’avait donné aucun résultat.

                                                                                                                                                                                                  

Article vu 2 233 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

2011 : année de l’outre-mer ? Même pas du vent !

  • palhumourNo Gravatar |

    A Paris, sait-on que les DOM sont 3 fois sur 4 des îles, donc qu’il y a de l’eau et qu’en plus, il y a du vent?
    cette discrimination est lamentable.
    ainsi donc, à partir d’une idée intéressante, le gouvernement UMP arrive à faire une vraie catastrophe.
    vivement 2012

  • EricNo Gravatar |

    C’est incroyable: Sarkozy parlait de faire de La Réunion l’exemple même d’une île utilisant toutes les énergies renouvelables, quelques mois plus tard, il taxe le photovoltaïque, et après un voyage aux Antilles, au cours duquel il explique que la France et l’outre-mer sont étroitement unis, il oublie ces îles
    cela relève soit du médical (Alzeimer) ou de la psychiatrie (dédoublement de la personnalité)

  • communication du sénatNo Gravatar |

    Bonjour

    Suite au Colloque sur les outre-mer ayant eu lieu au Sénat le mercredi 9 février, venez découvrir les interviews du sénateur de la Martinique Serge Larcher, du commissaire de l’année des outre-mer Daniel Maximim et de Justin Daniel, directeur du centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe. L’occasion de mener une réfléxion sur la situation dans les outre-mer et sur l’impact de la réforme territoriale dans ces départements.

    http://www.dailymotion.com/video/xgz66g_colloque-les-collectivites-francaises-situees-outre-mer_news

    http://videos.senat.fr/video/videos/2011/video7626.html

    Cordialement

    Le service communication du Sénat

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web