Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (6 / 30) – Pour un protectionnisme environnemental

 

Avant-propos – Les responsables politiques réunionnais, je dis bien responsables, doivent envisager de marquer d’une empreinte Réunionnaise le projet présidentiel de 2012, projet alternatif à la politique du Gouvernement Sarkozy et de ses « obligés péi ».

Mais cela ne peut se concevoir que si nous justifions notre volonté d’un traitement différencié, du fait de nos singularités,  par la prise en compte d’orientations stratégiques nationales, dont les effets doivent asseoir notre appartenance à l’ensemble républicain.

 

Vous avez tous entendu parler du projet du Parti Socialiste pour 2012. Je vous propose une série d’articles concernant ce projet.

La 6e proposition socialiste pour l’élection présidentielle porte sur l’Europe, qu’il faut renforcer, protéger… un protectionnisme « environnemental ». Explications :

 

La proposition de Ségolène Royal était, en 2007 :

« Maîtriser la mondialisation en oeuvrant  à une plus grande transparence et efficacité des instruments de régulation ; introduire à l’OMC une hiérarchie des normes qui équilibre les mesures de nature commerciale par le respect des normes sociales et environnementales ; réformer profondément le FMI et la Banque mondiale pour en faire des instruments au service du développement humain ; mettre en place une taxe sur les flux financiers de type Tobin ».


En 2012,  le PS, dans sa 6e proposition, explique :

« Pour protéger les intérêts de l’Europe, de ses savoir-faire et de ses salariés dans la mondialisation, pour mieux réguler le commerce, nous agirons pour augmenter les droits de douane sur les produits provenant de pays ne respectant pas les normes internationales en matière sociale, sanitaire ou environnementale».

 

L’idée d’une fiscalité européenne tenant compte des normes sociales et environnementales continue donc à faire son chemin. Y compris à Bruxelles et Strasbourg.

 

Le commissaire européen à la fiscalité veut une révision de la directive sur la fiscalité de l’énergie (sujet depuis longtemps évoqué).

 

D’où la réapparition de la fameuse taxe carbone.

C’est déjà un premier pas.

 

Le 2e pas, c’est « l’harmonisation de l’assiette fiscale de l’impôt sur les sociétés ».

 

Puis, c’est « la création d’un statut commun des fonds de capital-risque pour faciliter l’accès au financement des PME » ou « une simplification des normes comptables pour les PME ».

 

Autre idée prônée par le PS et qui continue à se développer : « rééquilibrer la politique de change de l’Europe en faveur de la croissance et de l’emploi et d’imposer la réciprocité dans l’échange commercial ».

 

Le commissaire européen Barnier a affirmé, lui, vouloir permettre « aux acteurs du marché unique de profiter pleinement des opportunités qu’il offre » et ainsi de créer « des gisements supplémentaires de croissance ».

 

Il balaye large : création d’un brevet européen unique, délivrance d’une carte professionnelle européenne pour certains métiers, définition d’un système européen de résolution des conflits en ligne pour favoriser l’e-commerce, une directive pour l’accès au service bancaire de base, un projet de portabilité des retraites pour ceux qui travaillent dans plusieurs pays européens etc.


C’est une sorte de plan de relance du marché européen, en panne depuis quelques années.

 

Article vu 2 027 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (6 / 30) – Pour un protectionnisme environnemental

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    mais le problème n’est- il pas que les plus gros concurrents des pays européens … sont les pays européens? certes, la Chine est un exportateur imporant et l’Europe importe beaucoup de ses productions. il semble donc que ce soit la Chine qui soit plus ou moins visée dans la proposition socialiste.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web