Grands projets et solidarité État-Région (volet 1) – Et s’il n’y avait pas eu la Route des Tamarins ?


   Nous avons vu que la note de lecture présentée aux conseillers régionaux en assemblée plénière du 1er décembre 2009 (voir le dossier Tram Train – Eléments de financement) indiquait les éléments suivants :

 

– un  coût des études et travaux de 1 286 055 K€

 

– auquel il faut ajouter le coût du matériel roulant (108 224 K€),

 

– et des frais de maîtrise d’ouvrage (104 706 K€). €).

  

Soit 1 498 985 K€,auquel il convient de rajouter le coût de l’indexation (104 207 K€), pour un total de 1 603 192 K€.

 

Sans portage par le groupement des dépenses durant l’exécution des travaux, du fait des avances sur rémunérations versées par la Région, il n’y aurait pas eu de coûts financiers supportés par le groupement, dont le montant était de 306 545 000 €.

  

Les subventions de l’Europe (70 000 K€ du FEDER), et de l’Etat (435 000 K€ du Protocole de Matignon) laisse donc un effort résiduel de 1 098 192K€ (1 603 192 000 – 505 000 000).

 

Quand on sait que la Région a supporté 87 %, soit 997 020 K€, du coût de la route des Tamarins (1 146 000 K€), cela veut dire que 

sans cette route, la région aurait pu supporter la quasi-totalité de l’effort résiduel concernant le projet tram train.

 

Il aurait fallu à la Région compléter cet effort résiduel  (1 098 192 K€ – 997 020K€) par la mobilisation d’une partie seulement(101 172 K€) du prêt sur fonds d’épargne autorisé par le Protocole de Matignon.

 

Ainsi aurait été « neutralisée » la rémunération R1, qui représente entre 50 et 60 % de coût de la redevance, soit environ 57 750 K€ , pour un coût moyen de redevance annuelle de 105 000 K€, une fois déduites les recettes annexes (notamment les recettes de fréquentation clientèle).

 

Cela veut dire que la Région aurait été dans la situation budgétaire actuelle avant d’aborder l’autre grand chantier avec les crédits obtenus pour la Nouvelle Route du Littoral.

 

Ces crédits auraient été  augmentés par le solde disponible des prêts sur fonds d’épargne soit 398 828 K€ (500 000 K€ – 101 172 K€, au lieu des 150 000 K€ prévus par le Protocole de Matignon pour la Route du Littoral).

 

Et la Région aurait été dans la capacité d’assumer les frais d’exploitation du Tram Train, représentant le solde de la redevance non « neutralisée » au groupement, soit 47 250 K€, identifiée de la manière suivante :

 

R2 – Gros entretien et renouvellement des infrastructures et du matériel roulant

R3 – Exploitation du réseau et maintenance

R4 – Frais de la société de projet).

  

Ainsi, c’est cette somme de 47 250 K€ qui aurait pu servir de base pour une dotation de type ferroviaire (elle aurait pu s’appeler « dotation transport de développement durable », peu importe !), et l’effort aurait été partagé par l’Etat et la Région Réunion.

 

Article vu 2 370 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web