Feuilleton – Les dialogues (presque) imaginaires – 2ème épisode

 

   Le « Petit Nicolas ‘ bar » sert toujours des sodas, mais aussi de l’alcool. Et des cigarettes. Tant qu’il peut. Quant aux clients, ils continuent à décortiquer l’histoire réunionnaise.

 

Ulric-Michel Payet dit « Ump » : Pas trop de temps de causer, aujourd’hui, bien évidemment. Bien évidemment,  je vais au ciné Cambaie… bien évidemment le 17…

 

Eve Émilie Le Vent : Moi, jeune et belle, je ne suis pas comme vous les politiques. « Pour cowboys et envahisseurs » ? C’est bien trouvé comme choix. Mais comme on dit, « toute ressemblance avec des personnes existant…. ».

 

Pierre Charles Rivière : Si vous êtes partis dans le 7e art, moi je dis simplement : « La guerre est déclarée »… Ou tout du moins, elle va l’être.

Parce que ton séjour à Cambaie, ce ne serait pas pour une réunion autour de qui tu sais, avec qui tu sais… Histoire seulement de préparer le 25 septembre. ?

 

Ulric-Michel Payet : Bien évidemment. Ben oui, tous avec Mimi et Didi. Bien évidemment.

 

Patrick Solange : Mon collègue… Et mamie, ne l’oublie pas ! Mais ton champion, là, il ne serait pas un peu surmené ou… à cran, ces jours ci ?

 

Ulric-Michel Payet : Non, pour lui ça roule… Bien évidemment.

 

Patrick Solange : Mon collègue… il n’y a bien que pour lui ! Nous, mon collègue, on ne roule plus. Notamment sur la route du littoral.

 

Ulric-Michel Payet : Bien évidemment, ce dossier va être traité de manière transparente, tout est prêt.

 

Pierre Charles Rivière : Ah bon ? Je croyais qu’une commission avait émis des réserves ! Il va passer outre ?

 

Ulric-Michel Payet : Tu verras bien. Bien évidemment. Pour l’instant, l’objectif, c’est le 25 septembre. Bien évidemment.

 

Eve Émilie Le Vent : Moi, jeune et belle, je ne suis pas comme vous les politiques. Moi, je pensais que l’on pouvait causer de ce projet de nouvelle route du Littoral avec tes amis.

Ils nous avaient invités ! Bon, on n’a pas pu aborder le sujet. Celui qui devait nous expliquer la situation n’était pas là.

Je comprends, ça représente du boulot ! Mais on est quand même très contents de ce qu’on a entendu.

 

Patrick Solange : Ma chère Elodie… tu permets que je t’appelle Elodie ? Je ne te croyais pas comme ça ! Ma dalonne, c’est peut être seulement pour toi aussi, un coup de fatigue !

Mon collègue Ulric… soyons sérieux !  La route ? On verra bien, après tout.

Mais pour les élections, tes copains parisiens semblent ne pas apprécier toute tentative d’affirmation personnelle.

Mon dalon, y’en a un qui vient de se retrouver dehors, parce qu’il écrasait les plates-bandes des copines du grand calife.

 

Urbain-Charles Lebeau : Ne mélangeons pas tout. Faisons preuve de pragmatisme.

On peut être en confiance et vouloir la relève, tout en étant droit dans ses bottes.

C’est seulement une question de géographie ! Le passage de l’équateur tend parfois à vous retourner un problème !

 

Patrick Solange : Mes collègues, ne nous égarons pas. C’est sérieux, la politique. C’est un projet pour notre pays.

 

Ulric-Michel Payet : Bien évidemment, moi, je dis comme Didi : Il n’y a pas de politique ambitieuse sans un choix délibéré envers des secteurs d’activités locomotives.

 

Pierre Charles Rivière : Tiens, tiens… « Locomotive ». Le mot ne manque pas d’humour dans sa bouche… Peut être un peu de honte à avoir fait dérailler le projet ?

 

Patrick Solange : Tiens, moi aussi, je vais aller à Cambaie, mon collègue. Parce que, ça m’évoque bien quelque chose « Présumé coupable », je vais penser à notre collègue qui va quitter son mandat, et je vais aller voir « Une séparation ». Et pour moi, je me réserve « Case départ ».

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits existant ou ayant existé est fortuite… mais… mais quoi ? Chutttt…

      

Article vu 2 197 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires sur

Feuilleton – Les dialogues (presque) imaginaires – 2ème épisode

  • palhumourNo Gravatar |

    Té Patrick, mon collègue…
    la « case départ »… c’est pas pour le Sénat c’est le départ… à la retraite !!!!!

  • TwiggyNo Gravatar |

    Etre en confiance, tout en voulant la relève et en étant droit dans ses bottes ! Ca c’est de la gymnastique ! Bravo pour cette haute voltige !

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web