Courrier de lecteur – Trans Eco Express, Pierrefonds : Didier Robert a du mal à finaliser ses projets

 

   Trans eco express, aéroport de Pierrefonds : sur deux de ses engagements électoraux, Didier Robert vient de faire coup une même amère expérience : le « président » qu’il est doit compter avec d’autres partenaires ou co-décisionnaires (Etat, Département, EPCI) qui, comme lui, ont droit de parole.

 

 

Le Chef de l’exécutif régional éprouve  donc toutes les tracasseries résultant du mille-feuilles administratif français avec de multiples stades de décision.

Chacun veut rester maître de ses prérogatives, surtout lorsqu’il y a en jeu des financements asssortis…

 

Or, sur son projet de TEE, Didier Robert était prévenu : on lui avait répété qu’il fallait  compter avec le Département et les EPCI.

Il n’a pas tenu compte de l’avertissement. Dans les deux cas, l’amateurisme du député-maire étonne.

 

Sur Pierrefonds, il se heurte à la toute-puissance de l’Etat qui dit niet au développement de l’aéroport sudiste.

Le même État dit non à la solution réunionnaise de traitement des déchets.

 

Il est en contradiction avec lui-même : après avoir soutenu le projet de tram-train il a tiré argument des résultats des régionales pour dire que les Réunionnais n’en veulent plus et pour le remettre en cause.

 

Il n’est pas logique avec lui-même, acceptant, quand cela l’arrange, le choix des réunionnais et, le contestant  pour le plan d’élimination des déchets ou l’aménagement de Pierrefonds.

 

Le financement envisagé pour l’équipement sudiste aurait été puisé dans les crédits du Protocole de Matignon.

 

Gouvernement et Didier Robert ayant déclaré qu’aucun euro ne sera perdu pour La Réunion, après le refus de l’Etat, il faut que le Président de Région présente rapidement un projet alternatif de même envergure.

 

Malheureusement, La Réunion va prendre encore du retard dans ses grandes réalisations.

Or, confrontée à un diktat de l’Etat l’obligeant à revoir sa copie, la majorité régionale n’en tire aucun enseignement.

 

À  son tour, elle cherche à imposer son projet de Trans eco express.

Obligée de passer par le Département et les EPCI, elle manie la carotte et le bâton.

 

Elle cherche à les amadouer en faisant miroiter des projets de désengorgement de la circulation à l’entrée des villes ou en proposant des financements pour l’achat de bus « propres ».  

 

Sinon, elle donne le sentiment de vouloir tout régenter en cherchant à imposer la création d’un syndicat mixte regroupant les autorités organisatrices de transport, en voulant fixer de nouvelles règles de fonctionnement pour les transports en commun.

 

Cette volonté totalitaire est notamment exprimée par Mme Couapel, élue chargée du TEE, dans l’interview publiée sur le site du Conseil régional. Ici, elle ne relève pas ici de l’amateurisme mais particpe bien de cette intention d’imposer aux autres ce que l’on ne peut faire soi-même.

 

Marc Salmon

 

Article vu 2 225 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

12 Commentaires sur

Courrier de lecteur – Trans Eco Express, Pierrefonds : Didier Robert a du mal à finaliser ses projets

  • ArsinoéNo Gravatar |

    l’idée d’une structure regroupant toutes les AOT n’est pas mauvaise en soi, j’y vois deux raisons:
    la première cela va permettre une homogénéité du transport, toutes les communes pouvant dès lors être desserives de la même manière (il serait stupide de mettre des bus de saint-pierre à saint-denis si depuis st-denis, on ne peut pas aller à Bellepierre, par exemple)
    la deuxième, c’est que cela va permettre de mutualiser les moyens financiers, les EPCI ne croulant pas sous l’or (pas plus que le Département, d’ailleurs)

    autre précision: Didier Robert député maire ne voulait pas transférer sa compétence transport à son EPCI (c’est la seule commune dans ce cas), mais le président de conseil régional Didier Robert estime que ce sont ces EPCI qui sont les plus efficaces

    amateurisme, quand tu nous tiens

  • tikok974No Gravatar |

    La fin de l’état de gra…isse… Quand les Réunionnais vont s’apercevoir qu’ils ont été bernés par la frimousse de Didier Robert il sera trop tard. A moins que les milliers de chomeurs se rassemblent pour demander des comptes à ceux qui ont détruit ce qui existait !

  • SINAMA EddyNo Gravatar |

    Avec le vent que fait Robert et l’air que brasse Couapel-Sauret Fabienne, il y a de quoi faire tourner autant d’éoliennes que de girouettes.

    Plus qu’à convaincre VERGOZ…et vu le bien qu’il veut aux éoliennes c’est pas gagné.

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Marc a raison quand il parle de leur volontaire totalitariste, de tout gérer par eux mêmes, et d’imposer sans concertation.

    la gestion de telles structures, ce n’est pas leur fort, souvenez-vous de l’effondrement des SEM mises en place par le SIVOM puis la CIVIS (la version originale) : des instruments déployés à des fins personnelles, avec des scandales financiers à la clé

    donc je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi, Arisnoé, pour cette simple et bonne raison : si cette super structure est gérée par ceux qui sont au pouvoir à la région, ça n’avancera pas, car cette équipe n’a aucune vision du développement

  • Géraud LegrosNo Gravatar |

    Une divergence avec l’auteur du courrier:

    Il faut se rendre compte que Didier ROBERT appartient à une nouvelle génération de politiciens « de droite » à La Réunion .

    Je veux dire par là, qu’à l’inverse de ses prédecesseurs tels que les Lagourgue, Legros et cie, il n’a ni l’intention, ni même le projet, de développer l’outil de production et les infrastructures ici.

    C’est un néolibéral: son but est de fiche en l’air tout ce qui est public ou à vocation à l’être, pour permettre aux intérêts dominants de reprendre la main. Et de faire baisser le coût du travail, fut-ce par le recours au chômage.

    Dès lors, il me semble que Didier Robert et son alter ego féminin Mme COUAPEL, n’a aucun mal à « finaliser » ses projets. Ses projets, justement, consistent à tout démolir, tout aplanir, et à renforcer les monopoles et les féodalités économiques:

    – la casse du Tram-train & du développement durable arrangent le lobby du pétrole
    – la casse d’Air Austral favorise le monopole aértien « historique » et son cartel
    -le silence sur les APE prépare le déferlement de la mondialisation libérale.

  • ArsinoéNo Gravatar |

    pas d’accord avec toi, Géraud,
    DR appartient certes à la catégorie des jeunes néo libéraux , c’est une chose, je suis d’accord,
    qu’il n’ait pas de vision du développement, là aussi, je suis d’accord
    qu’il casse ce que les autres ont construit est justement la réponse à ce vide sidéral qui lui tient lieu de projet
    politique
    néanmoins, parmi les idées qu’il a avancées lors de la campagne électorale, il y avait la mise en place des 2000 bus et le développement de Pierrefonds
    ce que Marc explique c’est qu’il n’est même pas capable de mener ces projets à leur terme. il n’est même pas soutenu par son propre camp politique
    quant au reste de ses actions et de ses réalisations, c’est du bling bling,

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    je ne suis pas non plus d’accord avec toi, Géraud
    c’est prêter beaucoup plus de talent, de pouvoir et de compétence à DR que de penser qu’il puisse a lui seul influer de quelque manière que ce soit sur le puissant lobby du pétrole
    doucement avec les mots, camarade,
    « cartel » pour parler d’Air France, c’est prendre un tank pour écraser un nid de fourmis
    tu retardes, la mondialisation libérale, on est en plein dedans,
    que DR cause ou se taise sur les APE, cela ne changera rien au fait que la mondialisation va tous nous étouffer
    il n’en reste pas moins qu’il ne ressort aucune ligne stratégique pour permettre à La Réunion de limiter les effets pervers de ce qui se trame autour de nous (APE)

  • Jacques MardémoutouNo Gravatar |

    La création d’une strcuture regroupant toutes les AOT avec une sorte d’unification des pratiques -dont celle des tarfis- est en soi une bonne chose. Mais, cela suppose que tout le monde soit sur un pied d’égalité. Or, historiquement le TCO est le premier regroupement de communes à avoir mis en place un système de transports en commun (d’abord avec la SEMITELL sous l’ex-SIVOMR puis KAr’Ouest récemment) alors que d’autres EPCI accusent dénormes retards. Ce sont ces dernières qui sortiraient gagnantes au détriment de celles qui ont fait l’effort depuis longtemps.

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    est il juste que les citoyens paient l’incompétence de leurs élus ?
    dans certains EPCI, comme tu le dis, Jacques, rien n’a été fait. ou alors avec un retard tel qu’ils ne pourront jamais offrir les mêmes prestations. C’est valable pour le transport, ça l’est aussi pour la collecte des déchets etc.
    comme tu le dis, le SIVOM’R avait vu juste depuis le début. mais la structure a évolué (le TCO accueille aujourd’hui 3 Bassins, commune qui était un peu à la traîne jusque là) et l’intégration de cette commune au TCO s’est faite dans la douceur. le TCO leur octroie même une partie des recettes de la TP me semble t il. cela a t il enlevé quelque chose au Port, à la Possession ou à Saint-Paul?
    toutes proportions gardées, la répartition des fonds européens n’est il pas la même chose: le principe de solidarité. Bon d’accord, y’en a qui triche (cf la grande bretagne pour l’agriculture), mais quand même

  • Géraud LegrosNo Gravatar |

    @arsinoé & Jean-Jacques

    Je ne « prête » pas trop à Didier Robert. Je dis simplement qu’il est un produit de l’histoire de son temps.
    Et que, à l’image de ce qui se passe dans le monde, il est -en miniature si vous y tenez- un représentant de cette bourgeoisie que l’on nomme « compradore ».
    C’est à dire, celle qui vit non plus de l’exploitation de la plus-value sur « son » marché,avec « ses » usines, « sa classe » ouvrière, mais de « l’ouverture » des marchés et de la spéculation. Et attention: je ne dis pas que lui-même fait partie de cette classe sociale, mais qu’il en est le porte-parole politique.
    Le fait qu’il ait promis 2.000 bus ne change rien à l’affaire: ce sont les règles de la compétition politique, il faut faire mine d’avoir un projet.
    Mais j’attire votre attention sur un point: en voyant dans la politique de Robert de « l’incompétence », on manque l’essentiel dans l’analyse de la période, qui est marquée par le laminage du capital réunionnais. Et de la destruction à venir de l’économie de services par la mondialisation, dont il est l’agent, conscient où non.
    On se tromperait à croire que son arrivée au pouvoir est le fruit d’un accident de l’histoire: elle est le produit d’un rapport de forces sociales. Et c’est ce qu’il faut avoir à l’esprit pour le combattre, au lieu de s’en tenir à sa personnalité, et combattre un individu. Car c’est exactement ce qu’il souhaite.

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    A Géraud : précise ta pensée quand tu dis que son élection a été « le produit d’un rapport de forces sociales »

  • ArsinoéNo Gravatar |

    @ Géraud
    le laminage du capital réunionnais? c’est la vente de la filière sucre? je ne pense pas que tu fasses allusion aux péripéties économiques des grands groupes (Caillé, Foucque etc.)
    c’est la perte par La Réunion de ses propres outils de production. donc c’est l’introduction de capitaux étrangers dans l’économie réunionnaise, c’est par exemple Hayot (pour ne citer que lui) et ça commence à dater
    DR est il réellement le « porte parole politique » de la bourgeoisie? je n’en suis pas convaincue du tout

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web