Exclusif- Lu sur le blog de Geoffroy Géraud Legros – Seychelles: les dernières pi(è)treries de l’IRT

 

Je ne résiste pas à faire une place à un article paru ce lundi 7 mars 2011 sur le blog (TRÈS INTERESSANT) de Geoffroy Géraud Legros – traverses.over-blog.org – sous le titre « Les dernières pi(è)treries de l’IRT ».

 

Il nous montre combien ce qui était reproché à tort à l’ancienne équipe que je dirigeais est la marque en à peine un an de la nouvelle équipe : bat karé, voyager, sans aucune retombée pour notre Île.

 

Attention à la mauvaise image que ce genre d’élus sont en train de donner de La Réunion… lecture !


 

J’apprends par une source seychelloise que l’IRT, sa directrice Faveur-lacroix, l’inévitable Jacqueline Farreyrol, la famille et la cour de cette dernière  se sont « incrustés » dans le carnaval qui se tient cette semaine à Victoria, capitale des Seychelles.

 

Absents des programmes validés par le Seychelles Tourism Board (STB), les artistes rongent leur frein.

Pendant ce temps-là, les autres font la bringue et profitent des meilleurs hôtels.

Retombées pour La Réunion : nulles. Nouveau carton rouge pour l’IRT…


« Vous en avez, vous, de l’argent à dépenser » s’esclaffe au téléphone mon amie seychelloise  V… qui, à l’instar de plusieurs milliers de ses compatriotes, est venue assister au carnaval des Seychelles.

Pas certain en revanche  que nos concitoyens réunionnais riront autant lorsqu’ils apprendront le coût exorbitant de l’escapade seychelloise de l’IRT.

« Incrustée » à la dernière minute, l’institution a tout payé de sa poche (c’est-à-dire, Ô lecteur, de la tienne et de la mienne) comme elle l’avait d’ailleurs déjà fait lors du déplorable festival d’Adélaïde, qui s’était terminé par le fiasco que l’on sait.


30 participants pour l’IRT, qui a payé les billets et l’hébergement.


La délégation réunionnaise – qui n’en est pas véritablement une, puisqu’elle n’est mentionnée nulle part dans le programme officiel et reste inconnue des organisateurs locaux- compte 20 artistes réunionnais, musiciens et moringueurs.

Eux, auraient mérité  toute leur place dans ce grand évènement culturel de l’Océan indien.


Aujourd’hui, pourtant, ils ne cachent pas, me rapporte-t-on, leur mécontement : ils ne sont pas cités du tout par l’organisation du Seychelles Tourism Board, ne sont pas mentionnés par le programme officiel.

Dommage, mais normal : les services de l’IRT n’ont pas accompli les démarches nécessaires à l’intégration des artistes dans les festivités.

En pleine session parlementaire, Mme Farreyrol part faire un petit carré aux Seychelles…


Jacqueline Farreyrol est de la partie (nous sommes, rappelons-le, en pleine session parlementaire).

En sa compagnie, une dizaine d’accompagnateurs et d’accompagnatrices.

 

Au nombre de ces dernier-e-s, sa cousine, trois ou quatre employés de l’IRT et…Miss Réunion.

Une présence que n’ont pourtant mentionné ni le responsable du STB Alain Saint-Ange, ni le Président James Michel, lors de l’inauguration.


Madame Farreyrol ne figure pas  à la Tribune officielle : seul un groupe de La Rivière Saint-Louis, le Waki band, a été cité par les officiels comme représentants de La Réunion au carnaval (voir affiche).

Il est vrai que les musiciens disposaient, eux, d’une invitation en bonne et due forme.

De ce fait, l’orchestre en cuivre riviérois s’est retrouvé en tête de défilé, où il a reçu les ovations du public… tandis que le coûteux « char de La Réunion »  (intégralement payé par l’IRT) dérivait  en queue de cortège.

Invité en bonne et due forme, le Waki Band a recueilli les ovations du public seychellois


Anecdote révélatrice : désœuvrés, les musiciens réunionnais se délassent en animant l’hôtel où ils séjournent.

Amateurisme, gaspillage…on se demande quelles retombées positives pourraient découler d’une si piètre prestation.

D’autant plus, dit-on que les médias seychellois ont eu tôt fait de repérer en Jacqueline Farreyrol l’auteure des propos relatifs au créole « KK ».

 


Un point de vue qui a peu de chance d’être apprécié au cours de cérémonies où les discours sont prononcés en Anglais et en Kréol Sésélwa (en Kréol dans le texte).

Cela, dans le cadre d’un Etat indépendant, dont bon nombre de citoyens ont des origines réunionnaises.


Car il faut sans doute le rappeler à Mme Farreyrol et aux  officiels de l’IRT : les Seychelles sont bien un Etat indépendant, non une province arriérée de la France ou un canton de La Réunion, où leur présence se suffirait à elle-même.

Nos grands voyageurs en ont été pour leurs frais (et pour les nôtres) ; même les articles envoyés par les journalistes emmenés en voyage de presse ne parviennent pas à dissimuler le trouble  dans lequel se trouve la « délégation » improvisée.

Le bel hôtel 5 étoiles où la délégation de l’IRT mal conduite se reposera jusqu’à mercredi…le festival, lui, prendra fin dimanche


Mais ne nous inquiétons pas outre mesure pour les officiels de l’IRT : ils pourront se délasser dans la beauté des paysages seychellois et le luxe des hôtels, le temps de se remonter le moral.

En effet,  la « délégation » restera sur place jusqu’à mercredi prochain, alors que le carnaval s’achève dimanche.

 

Commentaire : au moment où certains font un tintamarre sur le concept des « Îles Vanille » qui au départ excluait l’Île de Mayotte, il est à se demander si nos bricoleurs et bricoleuses de l’IRT ne veulent pas que La Réunion se distingue en devenant Île « patate » !

                                                                                                                                                                                 

Article vu 2 482 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web