Budget 2012 : ce sera un budget d’injustice sociale

 

   Députés et sénateurs n’ont pu se mettre d’accord, lundi soir, en Commission mixte paritaire (CMP) sur le budget 2012 : le Sénat l’avait largement transformé pour montrer qu’une alternative était possible.

C’était sans compter sur l’autisme du gouvernement qui campe sur ses positions d’austérité.

 

In fine, c’est l’Assemblée nationale  qui aura – malheureusement –  le dernier mot.

Malheureusement, parce que les députés de droite – majoritaires pour l’instant – vont annuler toutes les modifications faites par le Sénat.

 

Et dès mercredi, les députés auront une nouvelle fois à travailler sur un document réactionnaire et d’injustice sociale.

Et vous verrez : ils le valideront !

 

Le gouvernement Sarkozy avait, pour le dernier budget de son quinquennat, intégré plusieurs mesures de rigueur :

 

– taxe sur les sodas,

– imposition exceptionnelle (à la fois faible et de court terme) pour les hauts revenus,

– suppression du dispositif Scellier,

– indexation de la revalorisation des aides au logement sur la croissance,

– rabotage de niches fiscales,

– coupe de 1,5 milliard d’euros dans les dépenses publiques.

 

Les sénateurs de gauche, majoritaires au Sénat, avaient notamment supprimé :

 

– la première loi emblématique du quinquennat de Nicolas Sarkozy, la loi Tepa de 2007 (défiscalisation des heures supplémentaires, allègement des droits de mutation…),

– la taxe sur les sodas,

– la fiscalisation des indemnités d’accidents du travail et une journée de carence pour maladie pour les fonctionnaires. Celle-ci avait été introduite par le gouvernement dans le cadre du plan de rigueur n°3.

 

Les Sénateurs avaient également intégré des mesures symboliques :

 

– taxe sur les transactions financières ;

– tranche d’impôt supplémentaire de 45% sur le revenu ;

– suppression du bouclier fiscal et de l’allègement de l’impôt sur la fortune (ISF).

 

C’était donc une rupture avec la logique d’austérité du Gouvernement et sa politique de casse sociale.

 

Qu’adviendra-t-il de l’amendement Vergès, visant à maintenir la prime COSPAR pendant 6 ans ?

Le gouvernement n’a pas caché son intention de la supprimer et de la remplacer par un « amendement maison » de Marie-Luce Penchard. Nettement moins favorable, bien évidemment.

 

Réponse ce soir, à l’issue des discussions à l’Assemblée nationale, et l’attitude de nos députés péi.

 

Article vu 5 719 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...

2 Commentaires sur

Budget 2012 : ce sera un budget d’injustice sociale

  • EricNo Gravatar |

    on peut toujours se consoler en se disant que le budget n’est que pour 6 mois, dans 6 mois, c’est un collectif budgétaire, un autre budget qui sera voté par des députés de gauche,

  • RobertNo Gravatar |

    L IRT n en rate pas une…
    Dans le cadre de ses recrutements et suite au licenciement de madame Benard, l IRT a recrute dans un premier temps une responsable de communication amie de qui vous savez… comme d’ habitude…cette dernière étant incapable d assumer la charge de travail de son prédécesseur, une attachée de presse vient d’ être recrutée. Arrivée de Belgique pour ce nouveau poste, car évidemment on aurait pas pu trouver localement une personne compétente… La direction de l IRT a juste oublie de préciser permis de conduire indispensable, résultat la chargée de communication doit servir de chauffeur a l attachée de presse pour ses déplacements. Ca ne s invente pas… Et ce serait risible s il ne s agissait pas de gaspillage de subvention.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web