Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (27 / 30) – De l’immigration et du droit des étrangers

 

Avant-propos – Les responsables politiques réunionnais, je dis bien responsables, doivent envisager de marquer d’une empreinte Réunionnaise le projet présidentiel de 2012, projet alternatif  à la politique du Gouvernement Sarkozy et de ses « obligés péi ».

Mais cela ne peut se concevoir que si nous justifions notre volonté d’un traitement différencié, du fait de nos singularités,  par la prise en compte d’orientations stratégiques nationales, dont les effets doivent asseoir notre appartenance à l’ensemble républicain.

 

Vous avez tous entendu parler du projet du Parti Socialiste pour 2012. Je vous propose une série d’articles concernant ce projet.

Dans le chapitre visant à « Rassembler les Français et retrouver la promesse Républicaine », le PS propose :

 

« Pour une politique juste et efficace en matière d’immigration, nous voterons tous les trois ans une loi d’orientation et de programmation qui sera élaborée en concertation avec les partenaires sociaux et les territoires qui assurent l’accueil et l’insertion des migrants ;

Nous renforcerons la lutte contre les employeurs qui ont recours au travail clandestin et contre les trafiquants ;

Nous créerons un vrai contrat d’accueil et d’intégration, fondé sur des obligations réciproques et insistant sur la maîtrise de la langue et la compréhension des droits et des devoirs républicains.

Nous accorderons le droit de vote aux étrangers aux élections locales ».


En 2007, Ségolène Royal voulait :

 

« Instituer un visa permettant des aller-retour multiples sur plusieurs années, afin que les migrations s’adaptent aux besoins réels du marché du travail » ;

« Rétablir la règle des 10 ans comme critère de régularisation » ;

« Régulariser les sans papiers à partir de critères fondés sur la durée de présence en France, la scolarisation des enfants et la possession ou la promesse d’un contrat de travail ».


Le projet du PS 2012, dans sa version longue, dit également que « le Parlement dressera le bilan de notre politique migratoire et décidera de ses orientations futures, notamment en matière de critères de régularisation ».

 

Cette approche socialiste, sous couvert d’humanisme (les immigrés sont des «des personnes avant tout»), de générosité, est néanmoins très économique. Une loi triennale permettra donc de fixer des « quotas » – (une provocation au moment où le foot français est confronté à cette réalité).


Toujours est-il qu’on est bel et bien dans le schéma d’une immigration  «maîtrisée et concertée avec nos partenaires européens mais aussi avec les pays d’avenir».

 

La référence aux « partenaires européens », c’est une réponse à Lampedusa, actuellement sous les feux des projecteurs du fait de l’arrivée de Libyens ou de Tunisiens. D’ailleurs,  c’est bien déjà de qu’a tenté de faire Nicolas Sarkozy.


Rappelons-nous la question de la remise en cause de l’espace Schengen (victime de « non gouvernance », selon le chef de l’Etat) et de la demande formulée par le gouvernement français à Bruxelles.

 

La Commission européenne s’était déclarée prête à plaider pour un contrôle aux frontières de l’Union européenne plus ferme, si les pays européens acceptaient davantage de gouvernance commune au lieu de se soupçonner mutuellement de laxisme.


Ce qui avait provoqué la réaction socialiste : une vision à «très courte vue», puisqu’il s’agissait d’une «proposition disproportionnée» face à un «afflux ponctuel» d’immigrants.

 

La suspension de l’application des accords de Schengen «signifierait concrètement le rétablissement d’une frontière et la fin de la libre circulation des personnes, droit fondamental garanti aux citoyens de l’UE depuis vingt ans. Le rétablissement des frontières internes de l’UE n’est pas une solution», renchérissait la secrétaire nationale à l’immigration.


En outre, si les drames vécus dans cette petite île italienne sont inacceptables, ceux que l’on connaît tous les jours au large de Mayotte le sont tout autant.

 

Enfin, qui sont ces « pays d’avenir » évoqués par le PS ? Les puissances émergentes du style Inde ou Chine ? ou les pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient ? d’Amérique latine ?


Par ailleurs, la question de la régularisation des sans-papiers est nettement en deçà des propositions non seulement de Ségolène Royal en 2007 mais de celle de Martine Aubry en 2009 qui souhaitait une «régularisation large».

 

En souhaitant un «contrat d’accueil et d’intégration en faisant porter un effort majeur sur la maîtrise de la langue et la compréhension des droits et des devoirs républicains», le PS ne fait que rappeler certaines propositions… de droite. Tout en renforçant ce qui se passe plus ou moins aujourd’hui.


La proposition socialiste est nettement plus mesurée que les déclarations formulées par le PS, après le discours de Sarkozy à Grenoble. Pierre Moscovici avait déclaré :

 

« Qu’est-ce que ça veut dire, Français de souche et Français d’origine étrangère ? Faudra-t-il bientôt porter un signe distinctif pour le savoir? ».                                      

                                                                                                                                                     

Article vu 1 625 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (27 / 30) – De l’immigration et du droit des étrangers

  • EricNo Gravatar |

    Les propos tenus hier soir sur France 5 (C dans l’air, je crois) par François Hollande se démarquent un peu de la ligne PS
    et ses options en « politique internationale » (éventuelle aide des USA pour la libération des otages, par exemple), est tout aussi surprenante

  • ArsinoéNo Gravatar |
  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    il y a le projet. il y a aussi les hommes et les femmes; comme on pouvait s’y attendre, c’est la foire d’empoigne, gentiment camouflée néanmoins au PS
    pour avoir un autre regard sur les primaires socialistes, à lire sur 20 minutes: »Primaires socialistes: François Hollande
    n’app récie pas son statut de favori dans les
    sondages »

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web