Alerte-Urgent – Biodiversité : danger majeur à Madagascar (volet 1)

 

   À la conférence de Johannesburg a été évoqué il y a quelques semaines le cas dramatique de la perte de la biodiversité à Madagascar.

 

Ainsi, de large sections de la biodiversité unique de Madagascar pourraient disparaître – potentiellement pour toujours et à un coût inestimable pour les populations malgaches et pour le monde – en raison de la suspension continue des financements pour l’environnement liée à la crise politique en cours, selon un nouveau rapport de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), principal bailleur de fonds de ce secteur.

 

« En dépit du succès de nombreux projets, l’état de l’environnement aujourd’hui à Madagascar s’est considérablement dégradé par rapport à il y a 25 ans », a noté Paradise Lost, un rapport de l’International Resources Group (IRG) commandé par l’USAID.

 

Le rapport fait le point sur un quart de siècle d’interventions de l’USAID en tant qu’acteur principal de l’élaboration et la mise en œuvre du Plan d’action environnemental national dans cette immense île de l’Océan Indien, un plan suspendu « en raison du coup d’Etat de 2009 ».

 

Madagascar est réputé pour sa faune et sa flore exceptionnelles, dont 80 pour cent n’existent nulle part ailleurs dans le monde, mais les écologistes ont noté que le pays risquait de perdre son statut de l’un des endroits les plus riches de la planète sur le plan biologique.

 

Des groupes tels que le World widlife fund (WWF), l’Environmental investigation agency (EIA) et Conservation international (CI), ont dit que l’exploitation de bois et le commerce de faune et flore illégaux avaient explosé à la suite de la crise politique qui a vu Andry Rajoelina, actuel dirigeant de la Haute autorité de transition, remplacer le président Marc Ravalomanana.

 

« Depuis le coup d’Etat en mars 2009, les sites riches en biodiversité, et les communautés qui en dépendent, ont été la cible d’attaques de profiteurs sans scrupules… 

 

Cette exploitation illégale de bois a maintenant atteint des niveaux jamais égalés… Environ 400 arbres sont abattus chaque jour dans certaines régions », a noté Niels Marquardt, ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, dans les avant-propos du rapport.

 

« Des animaux menacés, y compris plusieurs espèces particulièrement rares et en danger de lémuriens et de tortues, ont été capturés pour l’exportation et pour la [consommation] alimentaire à un rythme qui garantit leur extinction dans la nature, à moins que cette tendance puisse être inversée ».

 

Une enquête menée par EIA et Global witness (GW), qui surveille l’exploitation et le commerce illégaux de ressources naturelles, a révélé qu’au cours des mois qui ont suivi le coup de force, des bois tropicaux exotiques tels que le bois de rose, le palissandre et l’ébène étaient collectés chaque jour dans des parcs nationaux et ères protégées, pour une valeur évaluée entre 88 000 et 460 000 dollars.

 

Leur rapport, publié fin 2009, a noté « un sérieux recul de L’État de droit – voire une connivence active entre les autorités chargées de l’application de la loi et les trafiquants illégaux de bois ».

 

Le rapport de l’USAID a cité les méthodes d’agriculture sur brûlis des « fermiers très pauvres » comme l’une des principales menaces auxquelles les forêts de Madagascar sont confrontées, mais a estimé qu’il y avait peu de chance de pouvoir protéger les forêts sans s’attaquer à « des problèmes économiques fondamentaux qui maintiennent les populations rurales dans une pauvreté abjecte ».

                                                                                                                                                                 

Article vu 3 170 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

7 Commentaires sur

Alerte-Urgent – Biodiversité : danger majeur à Madagascar (volet 1)

  • Audrey R.No Gravatar |

    ma réaction est un peu décalée par rapport à l’article

    Madagascar regorge d’une richesse floristique et faunistique hors du commun. ces plantes sont utilisés dans la médecine traditionnelle et les anciens connaissent leurs vertus exceptionnelles. Aujourd’hui, ce savoir a été transmis aux jeunes générations. C’est bien.
    mais ce qui est plus embêtant, l’utilisation qui a été faite de ces plantes par des boîtes pharmaceutiques européennes ou américaines. Car ces plantes sont aujourd’hui utilisées par la médecine moderne. c’est bien, mais si les entreprises reconnaissent que les plantes médicinales de Madagascar ont ouvert la voie à la fabrication de nouveaux médicaments performants et efficaces, elles oublient de dire qu’elles ont purement et simplement pillé les ressources, utiliser les recettes sans jamais en reverser « les roylaties » ou autres dividendes aux « tisaneuses » malgaches

  • ArsinoéNo Gravatar |

    Les océans toujours plus acides : Depuis le début de l’ère industrielle, les océans sont devenus 30 % plus acides, atteignant un niveau inégalé depuis au moins 55 millions d’années. Cette acidification rapide des océans, qui absorbent plus du quart du CO2 émis par l’homme, inquiète les chercheurs qui redoutent ses effets sur les coraux, les mollusques et d’autres espèces marines.

  • Arsinoé (bis)No Gravatar |

    Les feux polluent l’Arctique : Les incendies de forêt et feux agricoles d’Amérique du Nord et d’Europe de l’Est contaminent la chaîne alimentaire en Arctique, révèle une étude norvégienne réalisée d’après l’observation d’incendies survenus en 2004 et 2006. Selon les travaux, ces feux libèrent les polluants organiques persistants stockés dans le sol, lesquels, portés par le vent, viennent polluer l’atmosphère de l’Arctique.

  • Arsinoé (ter)No Gravatar |

    Effet de serre, l’UE renonce : La Commission européenne, sous la pression des États et de l’industrie, a renoncé à une réduction unilatérale de 30 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne. «Faire passer ou non de 20 % à 30 % notre objectif est une décision politique que les dirigeants de l’UE devront prendre lorsque le calendrier et les conditions s’y prêteront», a déclaré la commissaire européenne Connie Hedegaard.

  • pascal legleyeNo Gravatar |

    C’est toujours délicat de s’ingérer dans les affaires d’un pays souverain, surtout quand on est, de fait, une ancienne puissance colonisatrice et de lui dire ce qu’il faudrait faire ou ne pas faire…
    Aider Madagascar à s’en sortir… à condition que cette aide parvienne sans être détournée .
    C’est un magnifique pays.
    Tout passe par l’éducation. Mais il faut ici, en plus, développer les infrastructures, routes, hôpitaux, habitat, sanitaires, eau, …
    Des opérations bénévoles, ponctuellement, agissent dans ce sens. A la Réunion, les origines malgaches du peuplement motives à ce genre d’opérations. Mais c’est une goutte d’eau face à l’ampleur du chantier. Seule l’aide internationale massive et contrôlée dans son utilisation et son aboutissement est à la mesure du défi.
    La préservation de la biodiversité de la grande île est une chance
    pour l’humanité et son avenir. La communauté intrenationnale doit en prendre conscience et y mettre les moyens.
    Cela n’empêche pas les action plus ciblées de petites organisations. Ni d’édicter des règles de bonne conduite et gouvernance…

  • MIKAEL RANDERANo Gravatar |

    Madagascar est une île qui n’est pas seulement ménacée par cette pauvreté qui pousse la population à sur exploiter sa richesse naturelle. Mais sa déforestation et selon des rumeurs l’empoisenement de ses eaux par l’exploitation
    minière d’une grande société d’exploitation qui profite de sa pauvreté pour encore mieux l’apauvrir au profit du grand capitalisme est le plus grand danger qui plane au dessus de la tête des Malgaches et ça personne n’en parle,même pas les écologiste,il suffit de jetter un coup d’oeil sur leurs chantiers pour comprendre que le carnage a déjà commencé.

    L’ex président était l’un des plus grand exportateur de bois précieux,mais ça aussi personne n’en parle. Le mondeest responsable de cette dégradation et continue a faire semblant de ne rien voir tout en jettant la responsabilité sur ceux qui trinquent toujours dans ce cas là,les pauvres pillards de la nature.

  • Tcherno-BillNo Gravatar |

    Je ne vois pas de solution pour Madagascar!
    à l’instar de Haiti , ces pays ne parviendront jamais à se tirer d’affaire par eux mêmes car les aides apportées sont insuffisantes ou pire , détournées .Une intervention extérieure d’une ampleur significative par rapport au travail à y accomplir relèverait de la mise sous tutelle donc du colonialisme le plus rétrograde…

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web