Rétrospective 10 – Alerte-Urgent- Va t-on vers une crise mondiale du sucre ? (3 février 2011) Vu 830 fois

 

   14 mai 2010 – 27 juin 2012

Voilà maintenant plus de deux ans que je partage avec vous mes points de vue sur ce blog.

Plus de 1000 visites quotidiennes, parfois jusqu’à près de 3500.

 

J’y trouve là motif à poursuivre mon exercice, qui nécessite d’une part approfondissement de mes connaissances, et d’autre part effort de présentation pour vous les restituer le plus fidèlement possible.

 

J’éprouve un grand plaisir à tenter de diversifier les rubriques, et de rester fidèle à une ligne de conduite : ne pas succomber à la facilité, ne pas tomber dans l’excès de langage, ne pas me laisser aller à l’invective.

 

Vous comprendrez donc aisément que je me refuse à publier des commentaires dont les auteurs s’égareraient dans ces chemins de traverse.

 

Jusqu’au 24 juillet, j’ai décidé de procéder quotidiennement à une rétrospective des articles parus sur mon blog, en choisissant un article pour chaque mois de mai 2010 à décembre 2011, et en mentionnant pour l’article concerné le nombre de fois où il a été vu.

 

Je m’aperçois que ces articles gardent tout leur intérêt sur le plan de l’actualité.

À vous de juger. Bonne lecture !

 

*****

 

Les stocks mondiaux de sucre seront-ils pas suffisants pour compenser une deuxième année consécutive de déficit en 2009/2010 ?

Une question que certains producteurs, comme l’Australie, se pose.

 

Quant aux professionnels du secteur, ils s’attendent à ce que  les prix continuent à grimper.

« Si le sucre a fini l’année à un niveau de prix très élevé, un certain nombre de facteurs haussiers identifiés en 2009 n’ont pas encore été pris en compte par le marché », ont affirmé les experts d’une maison de courtage londonienne.

 

Ces experts précisent :

« La forte hausse des prix du sucre en ce début de 2010 montre que les investisseurs semblent ne prendre que maintenant la pleine mesure des problèmes d’approvisionnement, qui ont déjà provoqué le doublement des prix en 2009″.

 

Et de conclure : « Les principaux pays producteurs de sucre ont dû puiser dans leurs stocks l’année dernière ».

 

Le déficit mondial devrait atteindre 13,5 millions de tonnes (Mt) en 2009/2010.

Le marché devrait ainsi connaître une 2e  année de production insuffisante, après une saison 2008/2009 marquée par un déficit de 15,8 Mt, selon les prévisions de l’agence de courtage.

 

Mais, « du fait de la fin des récoltes dans l’hémisphère Sud, ces estimations dépendent de la production dans l’hémisphère Nord, où de nombreux producteurs ont déjà indiqué qu’ils ne voyaient pas se confirmer la reprise attendue. (…).

 

D’ailleurs, les rendements plus faibles que prévu, de la Thaïlande au Mexique, pourraient entraîner une diminution de la production par rapport à l’an passé ».

 

Fin d’une époque

 

La demande reste soutenue, et par effet mécanique, les prix du sucre devraient ainsi connaître de nouveaux sommets, même si ces pics étaient de courte durée.

« Il semble que l’ère du sucre peu cher est bel et bien terminée » conclut le cabinet.

 

Le cyclone Yasi, classé en catégorie maximale, qui a frappé la côte nord-est de l’Australie pourrait favoriser cette situation : le secteur agricole pourrait être gravement touché.

Une nouvelle catastrophe pour cette région qui a déjà subi il y a quelques semaines de très importantes inondations.

 

Deux produits sont surtout concernés : le sucre et la banane.

 

Les Australiens, 4e exportateur mondial de sucre, (1,7 milliard de dollars expédiés chaque année vers le Japon, la Corée du Sud et la Malaisie) estiment que ce serait plus de 50% de leur production qui serait anéantie, se basant en cela sur les dégâts causés par le cyclone Larry (2006).

 

De graves menaces pèsent aussi sur la banane

 

En ce qui concerne le secteur de la banane, là aussi les risques de sous production sont envisagés par les Australiens, mais dans une mesure moindre.

 

Une information à mettre en parallèle avec ce qu’annoncent les media antillais : pour ce produit, les droits de douane devraient être ramenés à 75 euros la tonne.

 

Selon l’agence de presse GHM, « La Colombie et le Pérou ont obtenu de l’Union européenne une diminution supplémentaire du tarif douanier appliqué aux bananes exportées par ces deux pays vers l’Europe : les négociateurs de la Commission ont en effet accordé un tarif douanier final d’un montant de 75 euros/tonne au lieu des 114 prévu dans l’accord de Genève. »

 

Elle rajoute : « Ce traitement différencié entre les pays producteurs de banane, consenti dans le cadre d’accords bilatéraux, mécontente l’Equateur et le Guatemala : ils réclament (comme avant la signature de cet accord multilatéral) un traitement douanier égalitaire à l’entrée sur le marché communautaire, sous peine de recourir à l’OMC. »

 

« Par ailleurs, dans le cadre de la reprise des négociations avec le Mercosur, le Brésil demande un contingent de 200.000 tonnes de banane à  taux zéro (sans aucun tarif douanier). »

 

« Dans ce contexte, l’ensemble des producteurs européens de bananes (Canaries, Guadeloupe, Madère et Martinique) réunis au sein de l’Association des Producteurs Européens de Bananes (APEB) s’inquiètent de ces accords bilatéraux qui menacent leur production sur le marché européen de la banane, alors que se profile un probable adoption, par le Parlement Européen, de l’accord de Genève censé mettre fin à la  guerre de la banane ».

 

Quelle position à la réunion ?

 

Si cette question de la banane ne concerne pas directement La Réunion, peut-être serait-il intéressant de voir quelles vont être les positions du gouvernement français vis à vis de Bruxelles ?

 

C’est, derrière cet exemple, la question de la régulation du marché mondial qui est posée, tout comme l’est celle de la politique agricole commune.

 

En ce qui concerne le sucre, La Réunion est concernée.

L’industrie sucrière de La Réunion (car peut-on encore parler d’une industrie sucrière réunionnaise ?) est-elle préparée à cela ?

 

Les errements du gouvernement sur la bagasse (ou plus récemment sur la biomasse) ne sont pas de nature à rassurer une filière déjà fragilisée économiquement et mis à mal à cause des aléas climatiques.

 

On attend la position de « monsieur développement endogène » sur cette question… comme sur toutes les autres (énergies renouvelables, nouvelles technologies… labellisées secteurs stratégiques ! Sans rire !)

 

Décidément, la crise dans de nombreux secteurs, conjugué à une stratégie gouvernementale inadaptée en matière de développement durable, n’a pas fini de produire ces effets dévastateurs.


Article vu 1 747 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Rétrospective 10 – Alerte-Urgent- Va t-on vers une crise mondiale du sucre ? (3 février 2011) Vu 830 fois

  • jpNo Gravatar |

    c’est toujours pareil le sucre, le prix s’effondrera ensuite
    si au moins ça pouvait faire baisser la consommation les budgets de l’assurance maladie ne s’en trouveront que mieux

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web