Rétrospective 5 – Vanessa Miranville ou comment dire une chose et son contraire ! (22 septembre 2010) Vu 645 fois

 

   14 mai 2010 – 27 juin 2012

Voilà maintenant plus de deux ans que je partage avec vous mes points de vue sur ce blog.

Plus de 1000 visites quotidiennes, parfois jusqu’à près de 3500.

 

J’y trouve là motif à poursuivre mon exercice, qui nécessite d’une part approfondissement de mes connaissances, et d’autre part effort de présentation pour vous les restituer le plus fidèlement possible.

 

J’éprouve un grand plaisir à tenter de diversifier les rubriques, et de rester fidèle à une ligne de conduite : ne pas succomber à la facilité, ne pas tomber dans l’excès de langage, ne pas me laisser aller à l’invective.

 

Vous comprendrez donc aisément que je me refuse à publier des commentaires dont les auteurs s’égareraient dans ces chemins de traverse.

 

Jusqu’au 24 juillet, j’ai décidé de procéder quotidiennement à une rétrospective des articles parus sur mon blog, en choisissant un article pour chaque mois de mai 2010 à décembre 2011, et en mentionnant pour l’article concerné le nombre de fois où il a été lu.

 

Je m’aperçois que ces articles gardent tout leur intérêt sur le plan de l’actualité.

À vous de juger. Bonne lecture !

 

*****

 

Hier matin, invité des matinales de RFO Radio, Vanessa Miranville, porte parole d’Europe Ecologie Réunion, a fait des déclarations convenues, mais surtout contradictoires.

 

En effet, celle qui est présentée par certains comme l’étoile montante des écolos (il est plus difficile de durer en politique… surtout quand on rentre vraiment dans « la fosse aux lions »), a en moins de 10 minutes prouvé qu’elle peut dire une chose et son contraire.

 

Il est vrai que ce n’est pas facile de se justifier après avoir participé, indirectement, à la victoire de Didier Robert.

Ainsi, elle a préféré condamner la liste de l’Alliance, comme la Fédération Socialiste, en appelant à voter Michel Vergoz.

 

Elle sait qu’une fusion des listes Alliance et PS au 2ème tour aurait mathématiquement conduit la liste de l’Alliance à avoir, en cas de victoire, moins de 23 élus, les socialistes étant alors les partenaires obligés pour les décisions à la Région.

Cela est incontestable.

 

Aussi, hier matin, à une question du journaliste sur l’abandon du Tram Train par l’équipe de Didier Robert, Vanessa Miranville a exprimé ses « regrets » que le projet soit abandonné, et souhaité qu’il soit « remis sur rail » prochainement. Dont acte.

  

Oui au tram train… non au grands travaux (sic) !

 

Mais là où le bât blesse, c’est lorsqu’elle répond au journaliste qui lui demande son sentiment sur le plan de relance de la Région.

 

Elle avertit qu’il serait de mauvaise politique de faire de nouveau des grands travaux, au risque de faire connaître au BTP la même mésaventure que celle que ce secteur subit aujourd’hui.

 

De deux choses l’une :

ou elle ne sait pas ce qu’elle dit, car comment mettre en oeuvre un projet Tram Train sans faire de grands travaux,

ou elle le sait, et veut « manger à tous les râteliers », en étant pour le Tram Train (ça fait « tendance ») mais contre de grands travaux, car elle veut faire croire que « gouverner c’est prévoir »…

 sans penser qu’après le 1er tronçon de Ste-Marie à St-Paul, il aurait été impératif de poursuivre l’extension vers l’Est jusqu’à St-Benoît, et vers le Sud jusqu’à St-Joseph.  

 

Au nom de l’égalité collective ! Ce qui nous aurait amené en 2027.

 

Il faudra que Mademoiselle « muscle » un peu plus son discours si elle veut « paraître »… sérieuse !


Article vu 1 427 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web