Transports – Là où il y a une volonté, il y a un chemin : l’exemple de Singapour

 Sous le titre « Singapour investit dans les transports en commun », le site greenetvert.fr nous montre comment la cité Etat envisage de poursuivre sa politique de déplacements durables.

 

Il faut noter que Singapour abrite une population de 5 312 400 habitants – chiffres 2012 – (soit 6 fois plus que la population de notre île)  sur un territoire de  647,8 km2 (soit 4 fois… moins que la superficie de La Réunion).

 

Une politique audacieuse depuis plusieurs décennies 

 

Depuis les années 1970, Singapour multiplie les initiatives pour fluidifier la circulation et limiter la pollution.

Le plan d’urbanisation rapproche systématiquement habitat, lieux de services et de travail, pour minimiser la longueur des trajets.

 

Des panneaux informatisés renseignent les conducteurs sur l’état du trafic dans le centre des affaires.

 

Depuis 1998, un nouveau système de péage routier entièrement électronique, l’ERP (pour Electronic Road Pricing en anglais) a vu le jour, remplaçant l’ancien système de péage à distance (ALS), mis en place en 1975.

  

Le péage urbain 

 

Plus rapide mais aussi plus flexible, l’ERP définit différents tarifs en fonction du type de véhicule, des lieux et des périodes.

Depuis sa mise en place, la vitesse des voitures est maintenue à un niveau optimal, de 45-65 km/h pour les voies rapides et de… 20-30 km/h pour les axes du centre-ville.

 

A l’image de Singapour qui fut la première ville à adopter ce système, d’autres villes dans le monde utilisent désormais le principe de péage urbain : Oslo, Stockholm, Bergen ou encore Trondheim.

 

Le péage urbain de Londres a été mis en place en 2003 après que des officiels londoniens aient visité Singapour et observé le fonctionnement de l’ERP.

 

L’approche sélective dans l’utilisation des véhicules 

 

Depuis 1991, le « Week-end car scheme » favorise – avec des réductions sur les taxes d’importation et d’enregistrement du véhicule – les conducteurs n’utilisant leur automobile que durant les jours de congé. Ils peuvent acheter au besoin des permis de circuler en semaine.

 

Les taxes d’importation et d’enregistrement, très élevées, limitent l’achat de véhicules.

De plus, elles augmentent avec la cylindrée.

 

Les importations sont d’ailleurs soumises à des quotas globaux et le droit d’acquérir un véhicule s’achète aux enchères.

Ce système, appelé le Vehicle Quota System (VQS), a été mis en place en mai 1990 pour contrôler la croissance du nombre de véhicules.

 

En parallèle du système de quota VQS, les automobilistes doivent obtenir un certificat pour pouvoir enregistrer leurs véhicules, à travers un processus très compétitif d’enchères.

 

Un développement exceptionnel des alternatives à l’automobile 

 

Pour compenser ces restrictions, Singapour met à disposition de ses habitants un système particulièrement efficace de transport collectif, à base de bus en voie propre.

 

La cité a ainsi réussi à contenir le trafic et la pollution locale dans des limites acceptables malgré une situation géographique défavorable.

 

Un nouvel élan pour un objectif 2030 

 

La cité Etat va doubler son réseau de métro, ajouter des voies réservées au bus, inciter financièrement les usagers à circuler hors des heures de pointe, … Afin de disposer d’un des systèmes de transport en commun les plus efficaces au monde en 2030.

 

Ces annonces du ministre des transports Lui Tuck Yew ont été applaudies de toutes parts.

Et il a garanti que les utilisateurs n’auront pas besoin d’attendre 2030 pour constater les améliorations.

 

Selon le ministre, le plan prévoit de pouvoir répondre au besoin d’une population de 6,9 millions d’habitants d’ici 2030, et de fournir des transports de qualité dès les années qui viennent.

 

« Vu la situation actuelle, je comprends que certains soient sceptiques sur notre capacité à gérer une population de 30% supérieure à aujourd’hui.

Mais ce plan va bien se réaliser grâce notamment à la multiplication par deux de la longueur des lignes de métro.

Les améliorations pour les usagers seront très sensibles dans les 5 années qui viennent ».

 

Doublement des lignes existantes 

 

9 lignes supplémentaires vont être ajoutées aux 4 lignes existantes.

Cela va porter le réseau à une longueur totale de 360 kilomètres.

 

« Grâce par exemple à la ligne du centre (Downtown line), nous pourrons dès 2017 acheminer 70% de passagers en plus chaque jour vers le centre d’affaires.

Je ne pense pas que l’affluence progresse autant en quelques années.

Cela signifie des voitures moins bondées pour les voyageurs ».

 

En dehors de ces lourds investissements dans le réseau du métro, Singapour va aussi se consacrer à améliorer le service des bus.

 

Des centaines de bus suppémentaires ( pas 2000 comme promesse réunionnaise « bidon »)  

 

190 véhicules supplémentaires vont être mis en service d’ici la fin de l’année, permettant d’ajouter plusieurs lignes et d’augmenter la fréquence sur les lignes existantes.

 

A l’horizon 2017, ce seront 550 nouveaux bus qui seront mis à la disposition des usagers.

Une trentaine de kilomètres de voies dédiées aux bus va aussi être créée.

 

Autre chantier visant à améliorer la qualité des transports à Singapour, un système d’incitation à utiliser les services en dehors des heures de pointe.

 

« Les usagers peuvent économiser 50 centimes sur chaque parcours s’ils sortent du réseau dans plusieurs stations bondées aux heures de pointe avant 7H45 du matin.

Sur les stations pilote où nous avons mené l’expérience, c’est un vrai succès.

3 à 4% des voyageurs déplacent leurs horaires et sortent ainsi des heures les plus fréquentées » explique le ministre Lui.

 

Amélioration des adresses desservies, rames moins fréquentées, réseau propre et performant : voilà certainement de quoi inciter les automobilistes à abandonner leurs véhicules particuliers.

Qu’une grande ville telle que Singapour investisse dans un réseau de transports en commun de qualité, voilà un exemple qui devrait être repris ailleurs !

 

Sources :

http://www.greenetvert.fr

http://www.michelinchallengebibendum.com/fr 

 

Article vu 2 208 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web