Transports – Ma délégation de vice-président : Renouvellement des contrats de transport Car Jaune et Z’éclairs ou l’occasion de bâtir un vrai réseau de transport en commun (1er volet)

 

   Depuis 2007, le Département a mis en place des contrats pour l’organisation des « Cars jaunes » et des bus « Zéclairs ».

Ceux-ci, signés d’une part avec le GIE Activ’, groupement de 10 entreprises de transport et d’autre part, avec Véolia Transport Services Réunion (VTSR), arriveront à terme fin avril 2013.

 

Dans ce cadre, le Département lance la réflexion sur les transports interurbains de demain.

 

Aujourd’hui, le réseau Car Jaune comprend 17 lignes desservant 22 communes, principalement les villes situées sur le littoral et les hauts l’Ouest.

Pour couvrir le réseau, 120 bus roulent, en express, semi express et cabotage.

 

En 2010, ils ont transporté 5.789.550 personnes et parcouru 8.276.000 km.

La fréquentation a augmenté de 31% par rapport à 2007 et de 36% par rapport à 2005.

 

Quant à la clientèle du réseau Car Jaune, elle est une clientèle majoritaire féminine, et la moitié a moins de 30 ans.

 

L’arrivée à échéance des contrats doit être l’occasion de réfléchir à une desserte plus efficace, concertant toute l’île.

L’ensemble de La Réunion est couvert par des Périmètres de Transport Urbain.

 

Ce sont des schémas définis par les Autorités Organisatrices de Transport Urbain (AOTU) : aujourd’hui les EPCI (établissements publics de coopération intercommunale) que sont les communautés d’agglomération.

Ces communautés sont au nombre de 5 : CINOR, CIREST, TCO, CIVIS et CASUD. 

 

Afin de répondre aux besoins des populations vivant sur le territoire, ces AOTU ont mis en place des réseaux « locaux « .

Mais, parfois, ceux-ci font double emploi avec ceux des Cars jaunes.

 

Et dans le même temps,d’autres secteurs ne sont pas desservis.

Ce sont des éléments qui pénalisent le développement du transport en commun et provoquent gêne ou mécontentement chez les voyageurs.

 

C’est cela que nous devons réorganiser.

 

Remettre à plat 

 

La signature de nouveaux contrats doit donc être l’occasion de remettre les choses à plat.

C’est aussi l’occasion d’établir un partenariat renforcé entre toutes les collectivités chargées du transport :

 

– la loi donne au Département la compétence d’organisation de services réguliers de transports routiers de voyageurs non urbains,  

– et il appartient aux communes ou à leurs regroupements d’organiser les transports par bus au sein des villes ou structures intercommunales.

 

C’est dans cet état d’esprit que le Département prépare le renouvellement de ces contrats.

Trois idées orientent ses réflexions :

 

1 – redéfinir les services du réseau Car Jaune à partir de la vocation interurbaine (entre les villes) ; en clair : redonner au réseau Car Jaune sa  vraie vocation, les lignes express et éviter le « cabotage ». 

 

2- améliorer la qualité de service : vitesse commerciale, confort dans les cars ou les gares routières, sécurité, facilité de passage d’un réseau à l’autre,

 

3 – amener une nouvelle clientèle en proposant de nouveaux abonnements, services, en revoyant le cas échéant la tarification.

 

Pour le Département, tout cela doit se faire dans la concertation avec les autorités organisatrices de transport urbain.

Mais pour le Département, tout cela doit se faire dans le souci permanent de ne jamais pénaliser l’usager.

 

Il y a donc un important travail à mener avec les partenaires (mairies, EPCI, Région).

Ceux-ci se réuniront au sein du club AOT existant.

 

Ils travailleront également au sein du comité technique (pour le suivi du projet) et du futur comité de pilotage (pour la validation des décisions prises).

C’est donc l’ensemble des AOT qui devront travailler à la mise en place d’un vrai « maillage » entre les réseaux.

 

L’objectif est de parvenir à la complémentarité et la coordination, tant en termes d’itinéraires que d’horaires, de facilité de passage d’un réseau à l’autre que de tarifs.

C’est donc une nouvelle orientation des transports collectifs par bus à La Réunion qui est en passe de voir le jour, à travers un projet collectif de transport.

 

Bien sûr, cela doit se faire en adéquation avec les préconisations du Schéma Régional des Infrastructures et Transports, en cours d’élaboration par la Région.

Mais avec un impératif : que cela corresponde aux attentes de la population.

 

Encore faut-il que celle-ci puisse définir ses besoins, attentes, et envies.

 

Avec la population

 

Certes, il y a bien une enquête Ménages Déplacements dont les résultats sont attendus… seulement après le renouvellement des contrats.

Donc un peu trop tard.

 

En fait, la région, qui n’a pas la moindre petite ligne de transport, voulait la responsabilité de l’étude (!).

Le département, quant à lui, souhaite partager la responsabilité avec les AOTU, qui participeraient financièrement à une hauteur raisonnable, la région pouvant s’associer à ces entités, pour peu qu’elle participe aussi au financement.

 

D’où la nécessité de travailler dès maintenant à cette problématique.

Comme il est d’usage de le faire, dans de telles circonstances, le Département souhaite renforcer son équipe (chef de projet et son staff) par deux Assistances à Maîtrise d’Ouvrage (AMO).

 

La première AMO aura en charge la conduite de projet, l’assistance technique, juridique et financière.

La seconde la gestion de l’image et de la communication. Donc le travail avec les utilisateurs d’aujourd’hui et de demain.

 

C’est ce travail que je développerai demain dans un prochain article.

 

Article vu 3 667 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web