Feuilleton – Les dialogues (presque) imaginaires – 14e épisode

 

Au bar  au petit Nicolas, les conversations oscillent entre la philosophie et la géométrie.

 

Patrick Solange : Hé, collègue, on prend de l’avance, chez nous. On a déjà les candidats pour les prochaines élections.

 

Pierre Charles Rivière : Vous vous présentez à Sainte-Suzanne ?

 

Patrick Solange : Mais non, mon collègue, aux élections législatives…

 

Ève Émilie Le Vent : Moi qui suis jeune et belle, pas comme vous les politiques, je peux vous dire, que nous aussi on s’agite. Notre ministre va venir nous voir.

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment,  c’est pour parler des requins. Nous on protège les baleines, bien évidemment.

 

Pierre Charles Rivière : On pourrait aussi mettre à l’ordre du jour de cette visite la question de la mer et le problèmes des incendies !

 

Patrick Solange : Hé, collègue, les incendies, il y en a de partout. Même à Sainte-Suzanne, non ?

 

Pierre Charles Rivière Y a-t-il vraiment le feu ? Moi je dirais qu’il y a de l’électricité dans l’air !

 

Patrick Solange : Hé, collègue, c’est l’élève qui défie le maître.

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, moi je peux dire que quand l’élève est meilleur, il gagne toutes les élections, bien évidemment !

 

Pierre Charles Rivière Gagner, c’est une chose. Gagner dans le respect de la parole donnée, cela en est une autre. Un engagement est un engagement.

 

Patrick Solange : Hé collègue, l’essentiel c’est d’être fidèle à soi même. On peut commencer avec des idées plutôt à droite, passer au centre et finir à gauche.

 

Daluce Salomon : Ah, le centre ! Il n’y a que cela de vrai. C’est l’équilibre parfait. On peut s’ouvrir dans tous les sens !

 

Patrick Solange : Hé, collègue, de quel centre tu parles ? Celui de droite ? Celui de gauche ? Celui du centre ? Le nouveau centre ? L’ancien centre ? Le centre libéral ? Le centre démocratique ?

 

Pierre Charles Rivière Des centres concentriques. Les centres, c’est compliqué. En algèbre, le centre d’un groupe désigne le sous-groupe des éléments commutant avec tout élément du groupe.

 

Daluce Salomon : C’est tout à fait ça. On commute avec tous les éléments ! 

 

Urbain Charles Lebeau : Enfin, presque tous, Daluce. On veut regrouper sans diviser. Car on est situé à égale distance de chacun. C’est comme dans un cercle, ou un disque…

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, sur le plan du disque, nous on en connaît un rayon. Bien évidemment, au rayon de l’ouverture, nous aussi, on adhère.

 

Pierre Charles Rivière Quelle ouverture ? Tout le monde ouvre. Reste à savoir si au nom de cette ouverture, on reste fidèle à soi-même et à la parole donnée. C’est bien cela qui nous différencie : il y a ceux qui veulent prendre la place de leur maître, l’écarter, l’éliminer de la scène politique et ceux qui décident de faire un bout de chemin ensemble dans le respect des règles du jeu et des autres.

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, il y a des divorces partout. Bien évidemment, il y a des réconciliations.

 

Daluce Salomon : Il ferait beau voir que l’on puisse freiner toute velléité électorale d’un ambitieux politique. On a le droit de s’exprimer.

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, c’est normal de se servir de son Parti pour se faire élire.  Bien évidemment, c’est normal de  cacher après l’étiquette de son parti dans sa poche. Bien évidemment, c’est normal de faire un autre parti.

 

Patrick Solange : Hé collègue, c’est de l’amateurisme, de l’opportunisme. Nous, on a le vent en poupe. On a notre candidat pour la présidentielle. On a nos candidats pour les législatives.

 

Ève Émilie Le Vent : Moi qui suis jeune et belle, pas comme vous les politiques, je peux te dire que tu es macho. Les femmes en politique, pour toi, ça n’existe pas ?

 

Patrick Solange : Hé collègue, il y a aussi trois femmes.

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, nous aussi on aura des femmes. On aura 7 femmes.

 

Pierre Charles Rivière : Uniquement des suppléantes ?

 

Ulric Michel Payet : Bien évidemment, on réfléchit. Nous, on procède par étape. D’abord les présidentielles. Après les législatives. Bien évidemment. Nous, on est pour ouvrir toutes les voies. Bien évidemment, six voies, cela ne nous gêne pas.

 

Pierre Charles Rivière : Six voies ? Mais si c’était 6 voix ? De toutes façons, une route à 6 voies… ça ne se fera pas ! C’est moi qui te le dit !

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits existant ou ayant existé est fortuite… mais… mais quoi ? Chutttt…

 

Article vu 3 183 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Feuilleton – Les dialogues (presque) imaginaires – 14e épisode

  • SophieNo Gravatar |

    C’est bien de revenir à des principes simples, afin qu’on se retrouve un peu dans ce galimatias : respect de la parole donnée, respect de l’autre, tout simplement !

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web