Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (14 / 30) – Une allocation d’études pour les jeunes

 

Avant-propos – Les responsables politiques réunionnais, je dis bien responsables, doivent envisager de marquer d’une empreinte Réunionnaise le projet présidentiel de 2012, projet alternatif à la politique du Gouvernement Sarkozy et de ses « obligés péi ».

Mais cela ne peut se concevoir que si nous justifions notre volonté d’un traitement différencié, du fait de nos singularités,  par la prise en compte d’orientations stratégiques nationales, dont les effets doivent asseoir notre appartenance à l’ensemble républicain.

 

Vous avez tous entendu parler du projet du Parti Socialiste pour 2012. Je vous propose une série d’articles concernant ce projet.

Avant dernière mesure du chapitre « pouvoir d’achat, salaires, pensions ». Elle concerne les jeunes.

« Pour aider les jeunes adultes à réussir leurs études, à se loger, à se soigner et à accéder à l’emploi, nous créerons une allocation d’études sous condition de ressources dans le cadre d’un parcours d’autonomie.

Un droit à la formation initiale différée sera accordé à ceux qui ont quitté le système scolaire de manière précoce ».


Là encore, on y voit une « reprise » du programme Ségolène Royal de 2007 qui prévoyait de :

« Créer une allocation autonomie pour les jeunes sous condition de ressources avec un contrat pour faciliter les études et l’entrée dans la vie active ».

Cela passait par la création d’un « service public d’orientation pour que les jeunes soient informés pleinement des débouchés offerts par chaque filière », et la mise en place d’une « carte santé jeune 16/25 ans ouvrant droit à la gratuité d’une consultation par semestre ».


Si la réponse n’est pas innovante, la problématique posée est récurrente. Des syndicats comme l’UNEF ou le mouvement des jeunes socialistes le soulignent régulièrement.

 

Alors qu’il était premier ministre, Lionel Jospin avait fait étudier la proposition de cette allocation. Mais le montant l’avait dissuadé d’appliquer la mesure.


L’allocation jeune proposée par le PS pour 2012, c’est le regroupement des dispositifs existants, bourses, et aides au logement notamment.

Mais cette proposition ne prend pas la mesure de la situation.


En effet, les chiffres de l’INSEE sont significatifs :

 

« En 2005, environ 5 millions de jeunes âgés de 18 à 29 ans ne vivent plus chez leurs parents.

Pour ces jeunes adultes, la pauvreté en termes de conditions de vie est plus présente que dans l’ensemble de la population.

 

Les problèmes liés au logement sont fréquents et touchent même ceux qui ont une situation financière confortable.

Les retards de paiement et les découverts bancaires sont eux aussi fréquents.

 

En revanche, les jeunes décohabitants ne déclarent pas plus de restrictions de leur consommation que le reste de la population.

Parmi les jeunes n’habitant plus chez leurs parents, les chômeurs et les inactifs qui ne sont pas étudiants cumulent toutes les difficultés.

 

Au contraire, à autres caractéristiques égales, ceux qui ont déjà un emploi stable et les couples sans enfants ont les situations les plus favorables.

Les difficultés financières vécues à l’adolescence ressurgissent fréquemment chez les plus pauvres ».


Enfin,  le droit à la formation initiale différée  accordé à ceux qui ont quitté le système scolaire de manière précoce, s’apparente à l’école de la 2e chance.

 

Celle-ci est l’une des initiatives européennes proposées dans le Livre Blanc « Enseigner et apprendre : vers une société cognitive », présenté par Edith Cresson lors du sommet des chefs d’Etat de Madrid de décembre 1995, puis adopté par les ministres de l’Education des Etats membres.


Depuis, l’ex ministre a créé la « Fondation des écoles de la 2e chance ».

Aujourd’hui les Ecoles de la Deuxième Chance forment 7.800 stagiaires sur 63 sites implantés dans 14 régions et 33 départements.

                                                                                    

Article vu 2 338 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires sur

Le projet socialiste 2012 – Un nouveau modèle de développement ? (14 / 30) – Une allocation d’études pour les jeunes

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    je nuance: la proposition est intéressante, car elle va permettre à des jeunes de sortir d’une situation extrêmement difficle, une allocation globale est une bonne chose, pour la simplification des démarches notamment. et déjà ça, c’est intéressant
    mais comme pour les autres mesures, elles ne sont pas chiffrées – (le projet dans sa globalité l’a été) et cela n’indique pas non plus d’où viendra la somme versée, sur quels postes budgétaires déjà existants le PS puisera lorsqu’il sera au pouvoir

  • ArsinoéNo Gravatar |

    concernant le logement pour les étudiants, c’est aussi les capacités d’hébergement insuffisantes, obligeant les jeunes à checher dans le privé, à des prix plus chers. les cités u ne sont pas suffisamment nombreuses
    concernant les jeunes travailleurs, il y avait – et il y a encore au Port – un foyer des jeunes travailleurs. l’idée de généraliser la structure devrait êtré étudiée

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web