Mise au point – Des libertés éditoriales… à géométrie variable ?

3 singes rien entendu rien dit rien vu J’ai été interpellé par des amis à propos de mes tribunes libres envoyées à la presse. Ils m’ont demandé si j’avais décidé d’un traitement particulier selon les sites de presse, en un mot si j’avais omis, volontairement ou non, de l’adresser à certains organes de presse.

Ma réponse a été on ne peut plus claire : il est hors de question que j’adresse mes tribunes libres ou courriers de lecteurs en omettant les sites, ou journaux, qui représentent à mes yeux le bien le plus précieux de toute société démocratique.

Il ne s’agit pas d’une « affaire d’Etat ». Mais je souhaite relater ce qu’il se passe pour montrer combien il est difficile de mettre en œuvre la citation prêtée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »

Ainsi, lorsque je décide de faire partager mon point de vue par voie de presse, j’envoie par mail le contenu aux adresses suivantes :

Pour le Journal de l’Île : courrier@jir.fr

Pour le journal Le Quotidien : courriersdeslecteurs@lequotidien.re

Pour le site de Témoignages : redaction@temoignages.re ou manuelmarchal@temoignages.re

Pour le site de Zinfos974 : contact@zinfos974.com

Pour le site de Imaz Press : ipr@ipreunion.com

Pour le site de Inforéunion.net : redaction@inforeunion.net

Pour le site de Infospolitiques.net : infopolitique974@gmail.com

Pour le site 7lameslamer, je me rends sur le site et je poste l’article dans la rubrique Courrier des internautes.

J’ai donc adressé à la presse une première tribune libre relative à la problématique de co-développement pour notre île, à l’occasion de la venue de l’Ambassadeur de France en Afrique du Sud, son Excellence Mme Barbier. Cette tribune avait pour titre « Réunion-Afrique : un pont trop loin ? ».

Cette tribune est passée fin mai, début juin, dans tous les journaux et sites… sauf un : Témoignages.

Et cela peut surprendre, quand on sait que cet organe de presse a subi par le passé la censure à un degré « inimaginable », puisqu’il a été saisi 44 fois !

Mais peut-être s’agissait-il d’un oubli, et non d’une volonté de déni d’une expression qui d’ailleurs n’avait dans son contenu aucune critique quelconque vis-à-vis de Témoignages ni du PCR.

A la mi-juin, j’adresse une nouvelle tribune libre, cette fois consacrée à l’important dossier de la réforme territoriale. Le titre est le suivant : « Réforme territoriale : quelle solution réunionnaise ? »

Là encore, l’ensemble de la presse a fait paraître celle-ci, sauf un site. De nouveau, il s’agit de Témoignages. Cela me paraît d’autant plus incompréhensible que le sénateur Paul Vergès a multiplié les invitations auprès des politiques à s’emparer de cette question primordiale pour la gouvernance de notre île dans un proche avenir.

Je me dois de rajouter que le site imaz press, et le site inforeunion.net, avaient pour leur part fait paraître cette tribune libre le 19 juillet.

Que leurs responsables en soient remerciés… sauf une petite remarque : à la fin de cette tribune libre, je formulais le vœu que « la présidente du Département de la Réunion porte la voix réunionnaise lors de la réunion de l’Assemblée des Départements de France (ADF) le 25 juin, afin d’obtenir une démonstration de solidarité des départements de France à l’égard de notre île, à l’aube de ce “big bang” territorial initié par le gouvernement »…

Avouez que faire paraître cette tribune libre plus d’un mois après l’avoir reçue, et surtout 24 jours après le 25 juin, peut interpeller.

Le 19 juillet, j’adresse une nouvelle tribune libre sur un sujet ô combien sensible, celui de l’avenir de la filière Canne-Sucre, intitulée « Plaidoyer auprès du Président de la République pour la sauvegarde de l’agriculture réunionnaise ».

Là encore, la presse fait paraître cette contribution au débat… sauf le site imaz press (sans doute la publiera-t-il dans un mois, on ne sait jamais), et surtout Témoignages.

Un ami, membre du PCR, a avancé que probablement, les « camarades » ne souhaitaient pas participer à favoriser une tribune émanant d’un politique ayant pris ses distances avec le « Parti ».

Je lui ai alors rétorqué que si cela s’appliquait à tous celles et ceux qui ont pris du recul avec le PCR, je pourrais comprendre le raisonnement, bien que ne le partageant pas.

Mais quand je constate que le journal Témoignages ouvre ses colonnes à un psychiatre, Jean-François Reverzy, au demeurant respectable, qui a ouvertement pris position pour Huguette Bello, et surtout exprimé des critiques vives contre le PCR, je me dis que les voies de la politique version PCR « reconstruit » me deviennent de plus en plus impénétrables.

Je n’ai aucune animosité contre telle ou telle organisation ou telle ou telle personne. Mais il n’en demeure pas moins que je ne peux rester indifférent devant une telle attitude qui ne saurait procéder d’un oubli aussi répété.

Pour finir, je citerai cette fois Milan Kundera, qui dans son roman « L’identité », paru en 1997, disait ceci :

« Mais contre les sentiments personne ne peut rien, ils sont là et ils échappent à toute censure. On peut se reprocher un acte, une parole prononcée, on ne peut se reprocher un sentiment tout simplement parce qu’on n’a aucun pouvoir sur lui. »

Article vu 1 246 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web