Tourisme : les élucubrations anti-Alliance sur le site pro Région Zinfos974

 

   Je ne résiste pas à l’envie de partager avec vous une analyse critique d’une certaine Mme Hoareau, parue sur le site de la Région, Zinfos974,  d’un « essai », non transformé, vous le constaterez, de faire porter le poids de toute la politique touristique, et des freins au développement de ce secteur stratégique, sur les seules « épaules » de… l’Alliance.

Rien que ça !

 

Pour la lisibilité de mon analyse, à chaque extrait, mis entre guillemet, en italique, et précédé d’un point, de cet « essai critique », que je vous livre en intégralité, je vous donne mon commentaire, en gras. C’est parti !


. « L’Alliance inventeur du concept de décroissance touristique

Mme HOAREAU | Samedi 18 Décembre 2010″

 

« L’Alliance inventeur du concept de décroissance touristique »

 

Commentaire : ça commence bien !

Voilà l’Alliance, et la Région avant 2010, bombardée responsable, et coupable des résultats en matière touristique,

alors qu’il s’agit, jusqu’en 2007, d’une compétence PLUS QUE partagée avec l’État ET SURTOUT le Conseil Général… dirigée par la droite seule jusqu’en 2008 !


. « L’Alliance ne rate pas une occasion de condamner la nouvelle politique touristique régionale. »

 

Commentaire : quelle politique ?

Quel est le document sur lequel s’appuie la nouvelle politique touristique régionale ?

Le SDATR (Schéma de Développement et d’Aménagement Touristique de La Réunion) est-il remis en cause ?


. « En réalité, l’Alliance tente de faire oublier la terrible médiocrité du bilan touristique de la présidence Verges et sa lourde responsabilité dans le retard pris par la Réunion. »

 

Commentaire : jugement de valeur sans fondement, ni élément précis !


. « Rappelons qu’en 2000, la Région a élaboré son schéma régional du tourisme (voté en 2005) qui est devenue sa bible de référence. Mais la montagne de prescriptions contenues dans ce schéma épais comme un annuaire n’a trouvé aucune traduction concrète. »

 

Commentaire : il faut donner ces prescriptions pour une critique rigoureuse, sinon ça n’a pas de sens.

C’est vrai que tout un chacun constatera, en toute objectivité,

que tout n ‘a pas été mis en œuvre, et pour cause, on le verra plus loin,

parce qu’il doit s’agir d’un travail « partenarial »,

mais que la Région n’est pas restée sans agir pour ce qui la concerne.


. « Qu’a-t-on vu apparaître au fil des années ? Rien ! Aucune création de lodges de montagne, de resorts balnéaires, de centre international de congrès, de golfs. »

 

Commentaire : parce que ça dépend de la Région, ou des investisseurs privés ?


. « Les sites touristiques les plus visités comme le Maïdo n’ont même pas été dotés du minimum d’équipements d’hygiène décents. »

 

Commentaire : cette personne connait-elle les prescriptions règlementaires contraignantes à ce sujet ?


. « Et les Réunionnais n’ont pas été mieux lotis : pas de campings nouveaux pas plus que de bassins de baignades autour de l’île. »

 

Commentaire : cette personne fustige-t-elle par exemple 

l’équipe d’Alain Bénard à la mairie de St-Paul jusqu’en 2008, compétente pour les campings (et non la Région !),

et l’État qui impose des prescriptions dans le SMVM (Schéma de Mise en Valeur de la Mer) et par la loi Littoral des prescriptions strictes pour les bassins de baignade (là encore, la Région ne peut pas imposer quoi que ce soit !) ?


. « Pire encore ; un patrimoine touristique entier patiemment constitué au fil des décennies a été laissé en déshérence (gîtes publics de montagne (1),  sentiers de randonnée (2), sites de loisirs sportifs (3),  Thermes de Cilaos (4), Maison du volcan et Stella Matutina (5),  grands hôtels balnéaires de bord de mer (6) ). »

 

Commentaire : les points 2 et 4 dépendent du département et non de la région,

précisez les points 1 et 3,

pour le point 5 des efforts ont été faits et la fréquentation a remonté,

quant au point 6, on n’est pas dans un cadre collectiviste, aux privés de gérer leur établissement !


. « Durant cette période, elle a confondu la coopération régionale dans l’Océan Indien et les business à réaliser : ainsi toute velléité d’action commune avec Maurice a été dédaigneusement rejetée. »

 

Commentaire : c’est sous ma présidence qu’a été envisagée une coopération touristique inter-îles, notamment avec Maurice,

par le biais d’une Charte de destination touristique entre l’État, la Région et le Département,

À CONDITION  que l’État nous mette sur un pied d’égalité avec Maurice

en supprimant les tracasseries administratives pour l’accessibilité des étrangers

par l’allègement dans la procédure de délivrance des visas – l’Etat a refusé ! -,

et d’autre part le contrôle à l’arrivée à La Réunion pour les passagers en provenance de France continentale

– il vient il y a quelques jours de l’accepter…   mieux vaut tard que jamais !


. « Jamais le président de Région n’est allé faire le siège des tours opérateurs ou celui des grands groupes touristiques internationaux. Pourtant les ministres de toute les grandes destinations touristiques le font » .

 

Commentaire : je croyais qu’il fallait laisser ce travail professionnel aux privés, faudrait savoir !


. « En réalité à aucun moment les responsables régionaux ne se sont sentis investis du rôle de manageurs porteurs de projets touristiques. »

 

Commentaire : du bla bla !


. « La même impéritie a présidé au sort du comité régional du tourisme abandonné aux mains de dirigeants incapables de structurer les filières touristiques défaillantes, incapables aussi d’animer des réseaux de professionnels découragés par tant d’inertie. La diversification sans cesse promise du tourisme sur les marchés étrangers ayant fait chou blanc. L’objectif ambitieux de 600 000 touristes fixé par son schéma régional du tourisme pour 2010 n’a jamais été atteint. Une diversion trouvée : c’est évidemment la faute de l’Etat qui n’a pas accordé de visas notamment pour la clientèle asiatique. »

 

Commentaire : en 2 ans, nous avons retrouvé quasiment le meilleur chiffre de fréquentation (422 000) d’avant la crise du chik (432 000).

Arrêtez votre mauvaise foi ! L’Afrique du Sud n’est pas en Asie !

Résultat des incohérences de l’État : des australiens ont une entrée à La Réunion facilitée, pas les sud-africains…

ce qui fait que la ligne Air Austral a un bon taux de remplissage dans le sens Réunion-Johannesburg, et faible dans l’autre sens !


. « Mais la gestion de l’image touristique de la Réunion a donné lieu à des errements encore pire : un panel d’experts internationaux de L’INTA réunis en juin 2010 sur l’île a fait part de son étonnement professionnel devant le bricolage de signatures successives dont l’empilement a contribué à affaiblir la marque du produit Réunion et à brouiller un peu plus son image et sa notoriété : « l’île intense », « Mille voyages en un voyage », « une île, un monde », « l’île au grand spectacle », « 360° de plénitude », « chez nous c’est comme chez vous », etc… « 

 

Commentaire : les changements de slogan existent aussi à Maurice ! Comme quoi c’est un faux problème !


. « Autre point noir de la période : la crise du chickungunia de 2006. Elle n’a été surmontée que grâce à la vitalité du marché intérieur réunionnais et à l’aide massive de l’Etat qui a injecté 35 millions d’euros de soutien aux entreprises touristiques sinistrées. Dans le même temps, la Région incapable de mettre en place une communication touristique de crise – contrairement aux Mauriciens- est restée inerte, ne donnant aucune suite aux propositions de l’Etat en matière de restructuration de l’offre touristique défaillante et ne voulant participer que de manière marginale- et conflictuelle – aux Etats généraux du Tourisme organisés par celui-ci. Le président de Région n’ayant en cette occasion fait aucun des gestes symboliques de solidarité que des professionnels en détresse attendaient de lui « 

 

Commentaire : je ne souhaite pas revenir sur le retard de l’État dans la gestion de la crise du chik,

ni sur les non réponses des professionnels sollicités par l’IRT pour préparer ensemble les états généraux du tourisme,

à part celle du Medef (représente-t-il les professionnels, des grandes comme des petites structures ?).

En revanche, l’augmentation du budget de l’IRT a été saluée par les acteurs du tourisme,

tant publics que privés (pour de l’investissement en promotion et marketing,

pas, je le concède, pour du fonctionnement comme le fait actuellement la Région à hauteur de 6 millions d’€ pour le recrutement de plus d’une dizaine de personnes

comme Linda Tarby pour s’occuper… du protocole ( ! )

ou Monica Govindin pour s’occuper du changement de statut de l’IRT (défense de rire !), et j’en passe !).


. « Cette inertie structurelle, cette absence de professionnalisme ont conduit à une véritable débâcle touristique : en six ans le tourisme d’agrément a littéralement dégringolé pour passer de 208 000 en 2003 à 143.000 en 2009. Près de 1.000 chambres d’hôtels classées ont disparu dans la même période. Cette chute drastique a fait rétrograder l’Ile de la Réunion -avec 2.200 chambres disponibles seulement – en queue du peloton des îles de l’Océan Indien et des régions françaises. La conséquence est cruelle : le tourisme ne représente aujourd’hui que 2 % du PIB de la Réunion contre 6% en moyenne aux Antilles et 12% à Maurice. Alors que le tourisme augmentait partout dans l’Océan Indien et dans le monde pendant ces années, il n’a fait que régresser à la Réunion. »

 

Commentaire : la question principale est là.

Faut-il un tourisme « haut de gamme », avec des grosses structures hôtelières,

ou une politique incitative visant à la multiplication de petites structures de types « bed ans breakfast » ?

Comme l’investissement relève du privé, et surtout l’amortissement des infrastructures relève là encore du  privé,

dans un cadre où la législation sociale est française (et non pas étrangère, mauricienne par exemple),

c’est l’économie qui dictera notre politique.

 

L’avenir nous dira si les incantations de certains pour l’augmentation des capacités d’hébergement en chambres… d’hôtel

– en ignorant le rôle de plus en plus déterminant des petites structures qui ont énormément gagné en qualité -,

trouveront un écho.

Quant à prendre pour modèle Maurice, qui devra se préoccuper un jour de ses problèmes d’environnement, ou mieux, les Antilles, c’est prendre ses rêves pour des réalités !

 

Enfin, les chiffres de l’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme) et ceux de l’INSEE viennent démentir ce qui est avancé :

La Réunion est la destination Océan Indien qui a connu en 2009 la plus forte progression en terme de fréquentation !

 

Certes, la part des affinitaires est importante.

Et heureusement, car pendant longtemps encore, il faudra compter sur eux pour soutenir ce secteur économique réunionnais !

D’ailleurs, le secrétariat dÉtat au tourisme se réjouit d’avoir en France continentale un tourisme affinitaire qui accompagne les autres catégories de touristes.

 

Enfin, quand l’OMT vise l’Espagne, elle ne fait pas de distinction entre les touristes… espagnols (!) qui représentent 84 % des touristes en Espagne, et les étrangers !

 

Dois-je rajouter, à ce propos, vous le soulignez vous-même, que nous ne remercierons jamais assez les réunionnais qui ont par leur fréquentations touristiques soutenu ce secteur après la crise du chik ?

 

Ce qui explique que l’IRT a initié  une campagne chaque année  pour inciter les réunionnais à consommer le tourisme local,

avant l’arrivée de Didier Robert et Jacqueline Farreyrol, qui ont supprimé cette campagne !

 

Dernière précision à partir des chiffres de l’INSEE :

en 2009, un touriste d’agrément passait en moyenne 12,7 jours chez nous, pendant qu’un touriste affinitaire en passait 19,6 !

 

Et bien qu’un touriste d’agrément dépense en moyenne 1416 €, contre 1239 € pour un touriste affinitaire,

je ne pense pas qu’il faille privilégier une catégorie par rapport à l’autre… d’autant que l’une (d’agrément) est volatile, et l’autre (l’affinitaire) fidèle.


. « Paul Verges et sa majorité ont marqué d’une signature malheureusement indélébile cette période .Ce sont des centaines d’entreprises et des milliers d’emplois potentiels- sans doute 5000- qui ont ainsi été détruits par l’Alliance au mépris des besoins économiques de la Réunion et de ses habitants. »

 

Commentaire : arrêtez votre délire ! Pourquoi pas 5001 emplois potentiels ? D’où sortez-vous ce chiffre ?


. « Plutôt que d’agiter des chiffons rouges pour détourner l’attention de ce triste bilan, il serait donc bon que l’Alliance se souvienne que Lénine aimait à rappeler que « les faits sont têtus ».

 

Commentaire : et voilà que vous citez Lénine !

Libre à vous d’avoir votre référence que je respecte.

Mais justement, pour clore cet échange, je dirai : vos écrits sont têtus, comme les miens ! Et ils demeurent !

 

Pour se faire une juste idée de ce qu’ils valent, rendez-vous dans quelques temps pour vérifier si le tourisme se portera vraiment mieux avec l’orientation (laquelle précisément d’ailleurs) prise par l’équipe actuelle.

 

Mais rassurez-vous : je n’en tirerai pas une satisfaction, affecté que je serai par le gâchis financier et économique, et le fait que dans ce domaine comme dans celui du BTP, les erreurs stratégiques seront « payées cash ».


. « Madame Hoareau de St-Louis »

 

Commentaire : nom suffisamment  commun pour conclure à un anonymat « protecteur ». Moi, c’est simple et précis : Pierre Vergès.

 

Post scriptum : au temps des présidences précédentes de Jocelyne Lauret et de moi-même, nous pouvions, du fait que nous faisions partie de la Commission permanente de la Région, être interpellés chaque mardi par les élus de l’opposition dont Didier Robert.

 

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont été étonnamment silencieux, n’ayant aucune critique à formuler.

 

Par contre, aujourd’hui, quand l’opposition demande à entendre la nouvelle présidente de l’IRT, Jacqueline Farreyrol, on leur envoie Pascal Viroleau, le directeur de la structure.

 

Est-ce parce que Mme Farreyrol redoute d’être sous le feu des questions et de devoir alors chanter « ça sent le mombolo, le sounouk et le Jacque Sosso » ?                                                                                                          

Article vu 1 927 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Tourisme : les élucubrations anti-Alliance sur le site pro Région Zinfos974

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    ce n’est pas une analyse à laquelle s’est livré l’auteur du courrier, juste une énième attaque contre l’alliance, contre Vergès, contre le PCR
    un tissu d’affirmation sans preuve ne reste qu’un pot à ragot, une manière de faire croire qu’on est analyste

  • une reunionnaise en metropoleNo Gravatar |

    j’ai recu une offre de sejour sur notre ile dans ma boite aux lettres cette semaine pour le mois de janvier, jusqu’a avril 2011, il me semble.C’est un sejour de 10jours/7nuits hotel, vol Paris/Reunion,hotel, location de voiture compris, pour 1100euros à 1300euros selon la periode au lieu de 3000euros et quelques., une reduction de plus de 40% on me dit.allant jusqu’a 70%, meme plus.
    Mais moi, il y en a beaucoup dans mon cas, on vit dans la famille pour 4/5 semaines par an.Et parfois, on divise les congés par 2.Ces offres ne m’interessent pas.C’est bon pour les touristes ces offres.Et encore, la meme offre à l’ile maurice 880euros.

  • AnonymeNo Gravatar |

    il est fréquent que les vols Paris / Réunion soient à un prix moindre que Réunion / Paris
    ce sont des offres promotionnelles pour remplir les avions à des dates hors vacances scolaires

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web