Tribune libre – De l’urgence de mettre la question sociale au coeur du combat idéologique et politique (4)

 

   Je voudrais partager avec vous un appel lancé par un ami, Jean-Claude Mairal, responsable du Parti Communiste Français, vice-président de la Région Auvergne, appel relatif à la nécessaire mobilisation de la population à manifester son inquiétude de l’avenir dessiné par le Gouvernement, sa colère devant les injustices sociales, et son espoir dans la lutte pour changer de politique.

 

Cela concerne la situation en France continentale, mais tant de choses nous ressemblent, et tant de choses nous rassemblent !

 

Cet appel, assez long, sera présenté en plusieurs parties. Alors, bonne lecture !

 

DES INÉGALITÉS QUI S’AGGRAVENT

 

L’État de la France en 2010 est profondément inégalitaire. Rien n’est fait, bien au contraire, par le Président Sarkozy et son gouvernement pour lutter contre ces inégalités.

 

Pire, ils aggravent celles ci par la cure d’austérité qu’ils imposent au pays : recul de l’âge de la retraite, suppression de dizaines de milliers d’emplois de fonctionnaires alors que le chômage explose, suppression de services publics, attaque contre les collectivités, baisse du pouvoir d’achat des salariés et des retraités, etc.

 

Et ce ne sont pas les discours sur l’insécurité du gouvernement et les peurs qu’ils génèrent, ni les sondages, qui feront disparaître la question essentielle qui est celle de la justice et de l’égalité sociale, seule à même de redonner confiance, dynamisme et sécurité à notre société et à nos concitoyens.

 

Il est donc urgent de remettre la question sociale au coeur du combat idéologique et politique et de prôner avec force pour ceux qui nous gouvernent aujourd’hui et pour ceux qui nous gouverneront demain le respect des droits humains fondamentaux tels qu’ils sont énoncés dans la Constitution de la France et dans les différents textes européens et internationaux approuvées par notre pays.

 

RESPECTER LA CONSTITUTION ET LES TEXTES INTERNATIONAUX SIGNÉS PAR LA FRANCE

 

Ainsi la Constitution française de la 5éme république  dans son préambule indique: « Le peuple français proclame  solennellement sont attachement aux droits de l’homme et aux principes de souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la déclaration de1789,confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946 ».

 

Que disaient ces deux constitutions: 

 

– Celle de 1789 dans son article 1er indiquaient :

 

« Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit »

 

– Celle de 1946 indiquaient notamment :

 

« Chacun a le devoir de travailler et d’obtenir un emploi », »tout bien,toute entreprise,dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait,doit devenir propriété de la collectivité. »La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement. », etc.

  

Je rajouterai à cela les différentes chartes et déclarations internationales signées par la France.

 

Comme par exemple la déclaration universelle des droits de l’homme du 10 décembre 1948 qui indique dans son article 23 :

 

« Toute personne a droit au travail,au libre choix de son travail,à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage.

Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale… » 

 

ou dans son article 25 :

 

« Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien être et ceux de sa famille ,notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires… »

 

Comme également la Convention européenne des droits de l’homme adopté en 1950 à l’initiative du Conseil de l’Europe (à ne pas confondre avec l’Union européenne puisque le Conseil de l’Europe rayonne de l’Atlantique à l’Oural, projet cher au Général de Gaulle et comprend 47 Etats.  

 

Un Conseil de l’Europe dont l’action mériterait d’être réévaluée) et sa charte sociale européenne adoptée en 1961 et révisée en 1996 qui indique notamment :

 

« Toute personne a droit à la protection contre la pauvreté et l’exclusion sociale », « Tous les travailleurs ont droit à la dignité dans le travail », etc.

 

Jean Claude Mairal

 

Article vu 1 598 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Tribune libre – De l’urgence de mettre la question sociale au coeur du combat idéologique et politique (4)

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    Droit au travail? des milliers de privés d’emploi
    droit du travail? des conflits qui durent parce qu’il n’y a pas de volonté patronale d’engager la négociation
    droit au logement? des milliers de sans-abris et des milliers de personnes logeant dans des taudis
    droit à protection contre la pauvreté? attaques contre le RSA, le SMIC, les prestations sociales
    Tout est en train de s’effondrer. Avant qu’il ne soit trop tard, réagissons

  • GabriellaNo Gravatar |

    L’insécurité, elle n’est pas dans la rue. L’insécurité, elle est sociale. Pas de travail, pas de toit, des droits à la santé qui diminuent, des droits à la libre expression qui disparaisse. Des prestations sociales qui sont diminuées. Quelle sécurité pour les familles ? pour les jeunes ?

  • EricNo Gravatar |

    Oui, il faut mettre le social au cœur de toutes les politiques. Mais il faut y mettre aussi de la JUSTICE. Tant que celui qui volera un téléphone portable sera puni d’une plus grande peine que celui qui détourne des millions d’euros. Qui sont les plus grands voyous ? Ceux qui brûlent des voitures ou ceux qui licencient des milliers d’employés alors que leur entreprise enregistre des bénéfices ? Alors bien sûr, lorsque c’est votre voiture qui est brûlée, vous râlez, vous avez le sentiment d’insécurité, parce que c’est du concret, et du visible. Mais lorsque des gros zozos ruinent le pays en allant voir du côté des paradis fiscaux, on ne sent pas. C’est probablement pour ça qu’on ne les considère pas comme des voyous ou des criminels.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web