Tribune libre – NRL et NEO : la douche froide

image C’était prévisible ! J’ai d’ailleurs eu l’occasion d’en faire état sur mon blog dans un article en date du 27 juillet 2013 – http://blog.pierreverges.fr/contribution-au-debat/route-du-litttoral-et-si-on-se-posait-les-vraies-questions – soit il y a plus d’un an.

 Le JIR, dans un article paru hier mercredi 13 août signé Bruno Graignic, intitulé « Annette brandit le spectre d’un péage », évoque l’impasse dans laquelle se trouverait la problématique de la circulation si la NRL venait à être réalisée sans que soit résolue la question de la fluidification du trafic à la sortie de la nouvelle route du littoral sur Saint-Denis.

En fait, la dictature de l’urgence s’impose une nouvelle fois, au détriment d’une logique d’aménagement du territoire.

Route du littoral éboulis mars 2006 Si on veut prendre le problème par le bon bout, on réfléchit en priorité à la résolution du problème suivant : peut-on résoudre d’urgence le risque permanent d’un véritable effondrement de falaise, sans pour autant reporter aux calendes grecques la solution définitive consistant à disposer entre Le Port et la région Nord-est d’une liaison économique importante qui ne serait pas rompue par de tels effondrements ?

4 RL Rond-point Bd Doret En ce qui me concerne, je persiste et signe : Il faut donner la priorité aux usagers de l’actuelle route du littoral sur le Boulevard Sud, jusqu’au rond-point de la Trinité, pour que les embouteillages, même s’ils restent problématiques, ne soient plus à la fin de l’actuelle route du littoral, où un effondrement de la falaise risque de causer un drame pour des dizaines d’automobilistes.

Quant aux usagers venant des hauts de Saint-Denis qui veulent franchir le Boulevard Sud, j’ai montré que des ouvrages aériens peuvent être installés pour ne pas les pénaliser.

Quel temps perdu depuis le publireportage de la Région, paru en décembre 2009 dans la presse, qui mentionnait déjà que la première des urgences était d’élargir le tronçon U2 avant le pont Vinh San, goulot d’étranglement de la circulation.

Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Route littorale jir facture La Commission européenne a formulé des observations (CCI 2014FR16RFOP007) sur le Programme Opérationnel de La Réunion pour la période 2014-2020.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les autorités locales favorables aux projets de nouvelle route du littoral (NRL) et de boulevard nord, administrativement nommé nouvelle entrée ouest (NEO), reçoivent une véritable douche froide.

1ère observation : « La France est invitée à fournir à la Commission toute information additionnelle utile et, si nécessaire, à revoir le programme opérationnel. »

2ème observation : « … les autorités régionales sont invitées à communiquer à la Commission un relevé complet et circonstancié de la prise en compte des observations reprises ci-dessous. »

De quelles observations s’agit-il ?

Intéressons-nous au point 4.7. AXE PRIORITAIRE 6 (OT7), qui concerne les infrastructures lourdes, notamment routières.

route du littoral projet Didier Robert routes transports Il est écrit au point 105, qui concerne grandement le NRL, que « Cet OT est le mieux doté du PO (un quart de l’intervention FEDER). Le diagnostic et l’identification des défis et des enjeux doivent justifier que cette priorité reçoive une telle importance financière. La démonstration de la valeur ajoutée de l’intervention du FEDER doit être accentuée. » Ce qui signifie que pour l’heure, ce n’est pas le cas.

Au point 106, il est précisé qu’une « masse critique doit être dégagée par projet et le FEDER doit pouvoir financer une part significative des coûts éligibles ; le coût total (et donc la contribution régionale/nationale) de ces investissements doit être connu. » Ce qui signifie que pour l’heure, le coût définitif des projets n’est pas « sécurisé ».

Et la Commission européenne de poser cette question au point 108 : « La valeur intermédiaire de 36 % de transports collectifs en site propre (TCSP) réalisé sur le TEE est-elle réaliste pour 2018? »

embouteillages route du littoral transports voitures Et c’est au point 112 que la NRL débouche sur une impasse. En effet, il est précisé ceci : « A l’exception de la nouvelle route du littoral (NRL), aucun projet routier ne pourra être présenté au soutien du FEDER dans cette PI. »

Autrement dit, pas question que le projet NEO alias Boulevard Nord, cher au maire de Saint-Denis Gilbert Annette, bénéficie de subvention européenne conséquente.

La seule « ouverture » faite par la Commission européenne est la suivante, au point 115 : « La maturité du projet de Nouvelle Entrée Ouest à Saint-Denis est incertaine. L’intervention du FEDER devra porter exclusivement sur la dimension transport collectif du projet plutôt que sur sa composante routière, en mettant en exergue les aspects positifs sur la réduction des émissions de GES par le transport au niveau local. Fermez le ban !

Embouteillage Bd Lancastel A ce sujet, je lis et j’entends que le coût de ce projet NEO serait de 485 millions d’euros. Or, le projet NEO devra se faire en 2 phases : la phase 1 au coût effectif de 485 millions d’euros, la phase 2 au coût de 102 millions d’euros. Il convient donc de parler d’un projet dont les financements sont à mobiliser à hauteur de 587 millions d’euros. A ce niveau d’effort, les finances de la commune de Saint-Denis ne pourraient suffire, même avec l’instauration d’un péage. De plus, la jurisprudence du Conseil d’Etat est claire à ce sujet : l’instauration d’un péage ne se conçoit qu’à la condition d’une alternative offerte aux usagers. Et on retombe sur le Boulevard Sud ! Lequel n’étant pas aménagé à cet effet, sera l’objet d’un gigantesque embouteillage. Quand on vous dit pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

Transports Tram Train Mais là où le problème se complique, c’est lorsque la Commission européenne manifeste son souci du financement des politiques de déplacement durable. Ainsi, il est précisé ceci au point 114 : « Un engagement ferme de la région au sujet de la date d’installation future du TCSP guidé devra être inscrit dans la seconde phase du grand projet de la NRL. Cette date devra intervenir avant la clôture de la programmation 2014-2020 (31 décembre 2022). Ce TCSP devra être compatible avec les systèmes de transports en commun en service à chaque extrémité de la NRL afin d’assurer la continuité des moyens de transports. »

Didier Robert Et voilà : si en 2010, le tout nouveau président de région Didier Robert avait accepté la proposition que j’avais faite qu’il conduise une délégation d’élus, toutes tendances confondues, afin d’obtenir de l’Etat une rallonge financière destinée à abaisser de presque de moitié le coût de la redevance du projet Tram Train, l’alternative à l’automobile aurait été possible sans remettre en cause la NRL sécurisée.

En prime, il aurait obtenu les millions de matériaux résultant du creusement des tunnels ferroviaires pour alimenter les ouvrages de la NRL. Laquelle aurait pu faire l’objet d’un aménagement par rapport au projet digue + viaduc, dans un souci de sagesse au plan environnemental, technique et financier.

Pierre Vergès
Conseiller général

Article vu 2 668 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web