A propos d’un courrier paru dans le JIR : une mise au point bienvenue

image Courrier de lecteur… avec ma photo en prime

J’ai reçu hier un courrier émanant d’un fonctionnaire qui souhaite garder l’anonymat. N’ayant pas vu son courrier de lecteur dans le JIR en réponse à un courrier de lecteur me mettant en cause, il s’adresse à moi pour tenter de réparer ce « dommage ». Le courrier signé « Des fonctionnaires de catégorie A, B et C » était une réaction à mon article sur mon blog concernant le débat sur les élections départementales. Je n’avais pas réagi car j’estimais qu’au final, il s’agissait d’une publicité pour mon blog.

La demande de ce fonctionnaire qui souhaite garder l’anonymat vient remettre en question ma position. Celui-ci m’écrit en substance ceci : « Je vous prie de bien vouloir trouver ci-dessous un courrier de lecteur que j’ai envoyé au JIR le 5 avril 2015. Je me permets de vous l’envoyer car je n’ai pas vu mon courrier dans le courrier des lecteurs du JIR. Ce courrier était une réponse à un courrier qui vous attaquait en vous prêtant bien injustement une attitude méprisante vis-à-vis d’agents administratifs. Libre à vous de le publier si vous l’estimez opportun. Je pense pour ma part que ce serait utile. Sincères salutations »

Pour éviter de faire état d’un courrier du JIR que beaucoup d’entre vous n’ont peut-être pas lu, je me permets de vous le restituer avant de publier le courrier qui m’a été envoyé.

Le courrier paru dans le JIR :

« A Pierre Vergès : ne touchez pas à nos techniciens de surface » « Des fonctionnaires de catégorie A, B et C ».

Dans son blog. P. Vergès qui annonce sa « pause élective », s’improvise critique de télé et analyse un débat sur les cantonales. L’occasion pour lui de faire encore la démonstration de son complexe de supériorité : comme son père, M. Vergès distribue bons points et surtout claques, avec un mépris qui doit être la vraie cause de sa pause : aucun des partis démarchés n’a accepté ses offres de service…

Jouant au maître (d’école), P. Vergès n’épargne personne et désigne le niveau des débatteurs, il ne s’est pas entendu expliquer le dossier Car jaune. Il critique Mme Boyer du LPA parce que son leader est un cumulard : très drôle évidemment dans la bouche du fils du recordman mondial de cumul de mandats ! Il critique M. Silotia qui ne « sait pas de quoi il parle « parce qu’il ose parler de diversification agricole ; Il critique moins les représentants de la droite (pour ne pas insulter l’avenir ?).

La critique la plus étonnante concerne M.Séraphin qualifié de « technicien de surface » administratif ( texte corrigé depuis). Rappelons qu’un technicien de surface est un homme ou une femme qui fait le ménage. Maintenant, ces hommes et femmes savent que P. Vergès, leur métier est un défaut. Le fils de Paul a oublié que le PCR s’est longtemps dit le parti du peuple, dans lequel les techniciens de surface mettaient beaucoup d’espoir…

Il a oublié (l’a-t-il su un jour ?) qu’ils font un vrai travail même dans l’administration : qui nettoyait son bureau et ses cendriers débordant de mégots de cigare ? Qui à la belle époque trouvait en plus le temps de vendre les vignettes « Témoignages » au profit du parti et de préparer des repas pour ses cadres ?

Pourquoi est-ce une insulte pour vous, M. Vergès, que d’être technicien ou technicienne de surface ? Parce qu’on est pauvre, en bas de la hiérarchie administrative ? On ne mérite pas de se présenter aux élections ? On ne leur serre pas la main ? Si les pauvres vous hérissent tant, il faut assumer, il ne faut pas les utiliser, dites par exemple à votre ami Ary de ne plus « exhiber » cette pauvre dame propulsée maire des pauvres à chaque élection ou visite ministérielle.

Tout le monde n’a pas eu votre chance : vous êtes le seul Réunionnais titulaire d’une maîtrise de droit à avoir eu comme 1er poste, sans concours et sans appel à candidatures, la fonction de secrétaire général, où vous ne faisiez pas grand-chose d’ailleurs puisque tout était géré par celui que les syndicats du TCO qualifient actuellement de manager « pathogène »… Quel est votre bilan en tant que grand technicien en profondeur de l’administration et en tant qu’élu municipal, communautaire, départemental et régional ?

À chaque fois que vous avez pris en main un gros dossier, il a foiré : l’endiguement de la rivière des galets, le tourisme à la SR21, le tram-train, le réseau Car jaune, le cabinet de l’ex-maire du Port : qu’est ce qui ne va pas : incompétence, malchance, maladresse, confusion de l’esprit ou mélange de genres ? Que de casseroles en tout cas pour un donneur de leçons ! Nous vous laissons face à votre conscience, P. Vergès, mais sachez qu’en tant que fonctionnaires, nous avons été choqués par cette façon que vous avez eu de parler de nos collègues !

Des fonctionnaires de catégorie A, B et C

Et voilà la réponse que j’ai reçue :

Courrier de lecteur

Ne touchez pas aux fonctionnaires en voulant atteindre Pierre Vergès

J’ ai lu avec amusement un courrier des lecteurs intitulé « A Pierre Vergès: ne touchez pas à nos techniciens de surface » et signé « Des fonctionnaires de catégorie A, B et C ».

Je ne suis pas là pour défendre Monsieur Vergès, assez grand pour le faire. Je connais Monsieur Vergès qui a conduit le dossier des cars jaunes. Je connais aussi Monsieur Séraphin, et ce n’est pas mon rôle de donner mon opinion sur ce dernier (les Saint-Paulois sont mieux placés que moi). Fonctionnaire soumis à une obligation de réserve, je souhaite donc aussi garder l’anonymat.

Mais quand ce courrier attaque le nouveau réseau de transport départemental en ironisant sur Monsieur Vergès « il ne s’est pas entendu expliquer le dossier Car jaune », l’attaque porte aussi sur les administratifs qui ont beaucoup travaillé sur ce dossier, dans un contexte difficile à cause des restrictions budgétaires imposées, comme l’a souvent expliqué notre Présidente, tant par les gouvernements de droite que par les gouvernements de gauche.

Le résultat, ne vous en déplaise, est pourtant au rendez-vous : depuis le 11 décembre, par rapport aux prévisions, la fréquentation a augmenté de près de 30%, et les recettes supplémentaires sont de plus de 100 000 euros par mois. La saturation de certaines lignes aux horaires de pointe a conduit Monsieur Vergès à adresser une lettre au président du Conseil régional demandant le financement, comme cela s’est fait dans les autres réseaux, pour l’acquisition supplémentaire de 10 grands bus et de 5 bus de type Wing.

Autrement dit, et là je reprends ce que Monsieur Vergès a écrit sur son blog, « pour une majorité de personnes satisfaites, il y a, et c’est bien normal, quand même des gens qui peuvent être mécontents.

Autrement dit, si on revenait en arrière, ce qui n’est pas chose aisée, ceux qui ont emprunté le nouveau réseau qui les satisfait… reviendraient en arrière, et n’emprunteraient plus le réseau redevenu ancien, abaissant du même coup les recettes. Je ne crois pas que ce soit le but recherché en matière de transports collectifs. »

En fait, ce courrier de lecteur est tendancieux car les auteurs affirment ceci: « La critique la plus étonnante concerne M.Séraphin qualifié de « technicien de surface » administratif (texte corrigé depuis). »

Or, j’ai de nouveau consulté le blog de Monsieur Vergès. Le texte n’est pas corrigé. Et c’est toujours écrit: « 1°- L’Etat, la Région et le Département, unis au sein de l’AGILE, que le technicien de surface administrative Emmanuel Séraphin connait bien, ont redoublé d’efforts pour arracher un montant des aides européennes pour la période 2014-2020 sensiblement équivalent à celui de la période 2007-2013… »

Autrement dit, Monsieur Vergès ne parle pas des techniciens de surface, mais assume toujours le terme de technicien de surface « administrative ». Est-ce flatteur pour les techniciens de surface d’être comparé à Monsieur Séraphin ? Ou le contraire ? Je n’en sais rien. On peut tout au plus supposer que Monsieur Vergès a voulu dire que Monsieur Séraphin met à mal la conscience professionnelle des techniciens de surface en affirmant des choses que même ces derniers n’oseraient pas avancer.

Pour conclure, je me permettrai une confidence, pour en avoir été témoin : Monsieur Vergès est un des rares élus, je ne dirai même pas vice-président, qui prend la peine de dire bonjour non seulement aux agents de sécurité et d’accueil au rez-de chaussée du Palais de la Source, mais également aux personnel du 4ème étage, avant d’entrer dans son bureau, et de commencer une réunion… et pour terminer avec une note d’humour, sans son cigare !

Un fonctionnaire qui souhaite garder l’anonymat 

 

Article vu 1 766 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web