Courrier de lectrice – Un peu de calme

 

   Certes, nous sommes en campagne électorale et l’enjeu est important.

Mais cela justifie-t-il l’utilisation de tous les moyens ?

 

Non bien évidemment.

Pas plus que l’on ne peut tolérer tous les écarts de langage et les accusations lancées à l’aveuglette.

 

Je suis très étonnée que Huguette Bello, dans le conflit qui l’oppose au maire de La Possession, ait évoqué la question de l’ordonnance Debré.

 

Mme Bello est bien placée pour connaître ce qu’a signifié cette ordonnance. Comment les victimes de cette ordonnance scélérate ont vécu cet exil. Eux et leurs familles.

 

Pour comprendre les dégâts causés, et qui se poursuivent sur le long terme.

Alors, pourquoi a-t-elle renvoyé à la figure de Roland Robert cette ordonnance ?

 

Comment comparer une mise en exil pour un délit d’opinion et le retrait de délégation ?

Perdre sa liberté, se retrouver chasser de son propre pays, c’est une blessure profonde.

 

Mais perdre ses délégations, et se retrouver privé de bureau ou de voiture, etc., est-ce que cela entraine un bouleversement dans la vie ?

 

Sauf à y voir la question des indemnités d’élus et la remise en cause d’un train de vie.

C’est fort regrettable qu’il y ait eu un tel écart de langage de la part de Mme Bello.

 
Kalidja Patel

 

Article vu 1 982 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Courrier de lectrice – Un peu de calme

  • AndrunNo Gravatar |

    Merci et bravo Kalidja Patel, pour votre courrier exprimant votre étonnement quant au comportement de langage de La Maire(sse) de St-PAUL, qui est de plus encore Député(e), pour quelques jours.
    Ce qui dommage c’est que pour une élue de la République, elle confonde le sens des valeurs qui devraient être: le respect, la confiance, l’honnêteté d’avec l’ignoble ordonnance Debré qui fût, elle, appliquée à partir de signatures, apposées au bas d’un document, de défenseurs de la cause des réunionnais, dont le délit ne fût ni le vol, ni le détournement, ni la tuerie, mais seulement le fait d’exprimer son désaccord, plutôt son mécontentement.
    Si Domin i komans zordi, cet’ hier mi oubli pas non pli.

    Serait-ce un déni de l’histoire de la Réunion, que vous désirez, qui sait de plus, faire supporter par ceux qui l’ont subi.
    Le peuple réunionnais saura se remémorer du film « Sucre amer » lors des prochaines législatives.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web