Incendie du Maïdo – Pour une étude approfondie des solutions adaptées à La Réunion… pour pouvoir dire demain : plus jamais ça !

 

 [albumimg]4098[/albumimg]  

Lors de la dernière commission permanente du Conseil général, j’ai proposé à la présidente et à mes collègues, à propos de savoir s’il fallait, au 2ème jour de l’incendie, faire acheminer à La Réunion le Dash 8, que les services de la Protection civile se saisissent une bonne fois pour toute de la question. 


Cela ne résoudra pas le problème dans l’immédiat.

Mais cela nous évitera les uns , les unes et les autres, une fois le désastre achevé, de passer à autre chose jusqu’au prochain incendie.

 

Certains parlent de Canadair, d’autres de Traker, ou de noria d’hélicoptères. La plupart parle du Dash 8.

Chacun y va de ses arguments… ou plutôt de ses affirmations, sans démonstration véritable aux fins d’éclairer les citoyens.

 

Il est plus qu’urgent et nécessaire qu’une étude approfondie soit sérieusement menée sur les options d’avenir, à la mesure des enjeux tels que décrits dans mon autre article du jour.

Je me permets néanmoins de partager avec vous une contribution à la réflexion à partir d’un article paru sur le site HELICO PASSION.

 

À la sollicitation suivante d’un internaute :

 

« Il m’intéresserait vivement de savoir s’il existe une étude comparative concernant l’hélico AirCrane par rapport aux avions Canadair, Trakker, Dash 8  :

 

– Prix d’achat et coût d’utilisation ? (un ordre de grandeur)
 

– Comparaison de l’efficacité : précision sur le sinistre
 

– Nombre de rotations / heure (sur un parcours donné) 

– Quantité de liquide transporté à l’heure (remplissage compris) 

– Possibilités différentes (sites) de remplissage (lac, piscine ?)
 

– Possibilités d’autres utilisation que le transport d’eau. 

– Critique comparative. Les +, les – »   

 

voilà la réponse des responsables du site :

 

« Cette étude existe, mais je vous conseille de ne pas trop vous « trainer » là dedans !!!

 

– Un Aircrane modèle F = 18 millions d’euros

– Un Dash 8 = 32 millions d’euros

– Un Canadair = 23 millions d’euros.


 

La comparaison dans la précision : pas de différence notable si l’incendie a lieu en zone plane.

Sinon, il n’y a pas photo – voyez d’autres casernes de pompiers du sud de la France et Corse.

 

Il est dûr de comparer les capacités en terme de débit horaire.

 

L’Aircrane en moyenne = 85 tonnes à l’heure de vol sur les types de feu standard du sud de la France.

Sur un même feu, il a été estimé à 85 t à l’heure pendant que les Canadairs CL415 (mieux vaudrait des CL215T) étaient estimés à 55 t à l’heure.

Mais cette comparaison est « limitée » car sur un cas bien particulier : il faut également prendre en considération les limitations au vent, au creux de vagues, et au type de relief (le tout est encore à l’avantage des Aircranes).

 

Les Italiens ont d’ailleurs revendu 2 Canadairs pour s’acheter 2 Aircranes (ils en sont à 4 achetés, et 4 loués dont 2 à l’année = un total de 8).

 

Si les rotations sont longues, la différence avec les Canadairs s’amenuise, bien évidemment.

 

Capacité d’emport max :

 

– Canadair = 6t

– Dash 8 = 10 t

– Aircrane = 10 t

 

Capacité moyenne : 

 

– Canadair = 5 à 5.5 t

– Aircrane = 8.5 t

– Dash 8 = ? (de toute façon, il est hors jeu pour cause de facteur de charge maxi très très très limité !!!).

 

Le remplissage des Trackers et Dash 8 se fait exclusivement en aérodrome, alors que le Canadair peut écoper en mer ou en lac. 

 

L’Aircrane peut être rempli au sol, ou en stationnaire, ou en écopage (conserver une certaine vitesse lui permet de ne pas subir les méfaits de l’eau salée, et en plus d’emporter plus qu’en stationnaire).

 

Le stationnaire ne se fera que dans des zones à dimension raisonnable (les « petits » hélicoptères sont bien meilleurs dans ce domaine).

 L’Aircrane peut-être équipé d’une lance à incendie restant efficace à 100 m malgré le souffle rotor.

Il peut intervenir en milieu urbain.

 

Il peut également faire du transport de charges diverses : container de personnels, de bateau hydroglisseurs à fond plat (inondations), de groupes motopompes ou électrogènes et n’importe quoi d’autre ne dépassant pas 12 tonnes,.

 

Il a même une pince hydraulique (cable de 50 m) lui permettant d’enlever des arbres, carcasses de camions, …

 

On voit bien que le problème n’est pas aussi simple que certains le pensent.

 

Maîtriser un feu de forêt déchaîné est une énorme tâche. Si les vents changent de direction, le feu peut lui changer de parcours en l’espace de quelques secondes

 

Mais cela ne doit pas servir de prétexte pour adopter la posture suivante : « circulez, Réunionnaises et Réunionnais épris de votre Île, élus ou non, il n’y a rien à voir ! »

 

Article vu 2 394 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Incendie du Maïdo – Pour une étude approfondie des solutions adaptées à La Réunion… pour pouvoir dire demain : plus jamais ça !

  • ùXBäNo Gravatar |

    définitivement les moyens à mettre à disposition
    tant préventifs , surtout en formation des hommes et aussi l’entretien des sous-bois et autres pare-feu, que d’intervention,effectifs, moyens aériens ou autres dans le cadre d’un parc naturel classé au patrimoine mondial de l’humanité doivent être plus conséquents que pour tout autre lieu qui ne
    le serait pas , c’est pure logique.
    bien entendu , ce panel de moyens aurait dû faire
    l’objet d’une étude et d’accords préalables entre
    le département, la région et l’etat, en parallèle
    avec la démarche de classement pour constituer un
    « package » dès le départ !
    cela nous aurait évité (ou au moins limité) les conséquences des feux de 2010 et ceux de cette année , évitant la pantalonade à laquelle nous assistons et son concert de « yaka-fokon » !
    et je réitère mon opinion , ce classement unesco alors que l’île croûle sous ses déchets et rejette
    tant d’eaux polluées en mer ou dans le lagon , que
    la circulation automobile est paralysée et pollue
    l’air que nous respirons,sans parler des milliard de mètres cubes d’eau que l’on jette à la mer à sainte-rose , me semble une incohérence , sauf à croire que ce classement pourrait avoir un effet
    d’entrainement pour la résolution des problèmes évoqués ci-dessus…

  • manuellaNo Gravatar |

    on regarde toujours vers la France , mais n’y a t il pas dans la zone (Afrique du Sud ou Australie) des moyens qui pourraient nous aider à combattre cet incendie? Moyens techniques, surtout?

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    En Corse, lors des incendies d’octobre dernier, il y avait eu 1 hélicoptère plus deux Tracker plus deux Canadair.
    Deux poids deux mesures?

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web