Énergies renouvelables : le démantèlement continue !

 

Après :

 

– les baisses du coût du rachat de l’électricité photovoltaïque,

– le moratoire sur cette filière, au plan national,

 

et au surplus, sur le plan réunionnais, 

 

– le coût d’arrêt donné à l’objectif d’autonomie de production électrique en 2025,

– le glissement prévu de l’énergie thermique des mers du côté des Antilles,

– la place donnée aux énergies fossiles avec la création d’une nouvelle usine à charbon dans le sud,

 

voilà que le gouvernement s’en prend maintenant à l’énergie provenant de la biomasse.


En effet,  un arrêté du 27 janvier 2011, publié au Journal officiel du 30 janvier, vient de modifier  les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant à titre principal l’énergie « dégagée par la combustion de matières non fossiles d’origine végétale ou animale » (c’est-à-dire la fraction biodégradable des déchets industriels ou agricoles ou encore le bois issu directement des forêts).

 

Une modification bien évidemment qui ne se fait pas dans l’intérêt de la filière et des énergies renouvelables… mais au profit du seul Etat.


Un arrêté du même jour abroge ainsi le précédent arrêté tarifaire en date du 28 décembre 2009, lequel avait conduit à un doublement des tarifs (avec un tarif d’achat de 4,5 centimes d’euro/kWh et une prime complémentaire variant de 8 à 13 centimes d’euro/kWh en fonction de l’efficacité énergétique de l’installation).

Le nouveau tarif est quant à lui fixé à 4,34 centimes d’euro/kWh. Le tarif de référence et de la prime complémentaire en vigueur accuse ainsi une baisse de 3,6%.


Conséquences :

 

Diminution des rentabilités des projets de plus de 5 MW sous obligation d’achat.

 

Limitation du bénéfice de la prime complémentaire aux installations d’une puissance comprise entre 5 et 12 MW (avec une efficacité énergétique supérieure à 50%)

 

Restriction des ressources : Les déchets ménagers ne sont pas admissibles pour le bénéfice de la prime complémentaire, ni le biogaz. En revanche, les algues vertes récoltées ainsi que les résidus issus de leur transformation constituent des ressources admissibles, tout comme les déchets de l’industrie agroalimentaire.


Une telle attaque va-t-elle permettre d’atteindre la mise en place de 2.300 MW d’installations de production d’électricité à partir de biomasse à l’horizon 2020 ?

 

Il est loin, très loin, le temps du Grenelle et des souhaits de voir le recours systématique à une « énergie propre » !  

 

Qu’en pense « ti garçon Sarko » Didier Robert, membre du Bureau national de l’UMP ?

                                                                                          

Article vu 1 487 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Énergies renouvelables : le démantèlement continue !

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    La France n’atteindra pas les objectifs fixés par l’Europe… sauf à implanter du nucléaire partout…
    conséquences sur la pollution et accélération des bouleversements climatiques
    affaiblissement ou anéantissement d’une filière (ou des filières) avec impacts sur le chômage
    Vivement 2012 et donnons un avertissement au gouvernement en mars 2011

  • palhumourNo Gravatar |

    le gouvernement est à la (bio)… masse !

  • ArsinoéNo Gravatar |

    et tout cela au moment où Bruxelles appelle à doubler les investissements dans les énergies renouvelables. Pour atteindre une part de 20% d’énergies renouvelables dans la consommation totale, Bruxelles demande aux Etats de bien « mettre en oeuvre les plans d’action nationaux présentés début 201. Et pour continuer à investir dans le domaine des énergies renouvelables, « il faudra avoir massivement recours aux régimes d’aide nationaux », prévient la Commission. Elle invite aussi les Etats membres à « assurer un climat d’investissement stable sans changements rétroactifs qui décourageraient les investissements » car selon elle, « les investisseurs ont besoin d’une cohérence, d’une clarté et d’une certitude accrues ».

    Exactement l’inverse de ce que fait Sarko-fillon

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web