Rétrospective 12 – Carburants : une fois de plus, Didier Robert propose des solutions ne répondant pas au problème (11 avril 2011) Vu 354 fois

 

   14 mai 2010 – 27 juin 2012

Voilà maintenant plus de deux ans que je partage avec vous mes points de vue sur ce blog.

Plus de 1000 visites quotidiennes, parfois jusqu’à près de 3500.

 

J’y trouve là motif à poursuivre mon exercice, qui nécessite d’une part approfondissement de mes connaissances, et d’autre part effort de présentation pour vous les restituer le plus fidèlement possible.

 

J’éprouve un grand plaisir à tenter de diversifier les rubriques, et de rester fidèle à une ligne de conduite : ne pas succomber à la facilité, ne pas tomber dans l’excès de langage, ne pas me laisser aller à l’invective.

 

Vous comprendrez donc aisément que je me refuse à publier des commentaires dont les auteurs s’égareraient dans ces chemins de traverse.

 

Jusqu’au 24 juillet, j’ai décidé de procéder quotidiennement à une rétrospective des articles parus sur mon blog, en choisissant un article pour chaque mois de mai 2010 à décembre 2011, et en mentionnant pour l’article concerné le nombre de fois où il a été vu.

 

Je m’aperçois que ces articles gardent tout leur intérêt sur le plan de l’actualité.

À vous de juger. Bonne lecture !

 
*****
 

Le prix des carburants a considérablement augmenté, chacun a pu s’en rendre compte.

Les professionnels, eux, l’ont ressenti fortement.

 

Si certains, fidèles à leur comportement irascible et agressif ont cru bon – une fois de plus – de bloquer l’économie, d’autres ont préféré opter pour la voie de la négociation.

Les époques changent… les mœurs aussi.

 

Lors d’une table ronde, la région, par la voix de David Lorion a proposé

«la mise en place d’un fonds de compensation qui peut être abondé par les fonds supplémentaires liés à l’augmentation de l’octroi de mer.

Ce fonds compensatoire pourrait être reversé aux transporteurs.  Nous allons faire en sorte que cette première piste soit pérenne ».

 

Petite précision : les recettes d’octroi de mer alimentent en très grande partie les budgets des collectivités locales, et notamment celle des mairies.

 

Pour les plus petites communes, la partie recette du budget est alimentée à 50% par l’octroi de mer !

 

Une fois de plus, la dérive hégémonique de la Région s’est fait jour.

Sans concertation aucune avec les maires ou leur association, sa majesté la Région pond sa solution… qui prétend engager des partenaires !

 

Le procédé est pour le moins discourtois. Voire méprisant vis à vis des maires réunionnais.

David Lorion, élu municipal, et Didier Robert, adjoint au maire, ont-ils oublié que les budgets communaux sont exsangues ?

 

À cause notamment du gouvernement Sarkozy qui a décidé de geler les dotations aux collectivités pendant trois ans.

Ce gel n’est, rappelons-le, qu’une baisse déguisée, dans le sens où les montants ne sont pas indexés à l’inflation, et que les communes réunionnaises voient leur population augmenter significativement.  

 

Cela ramène donc la dotation par habitant à un chiffre moindre.

 

N’oublions pas non plus que ces communes doivent faire face à des demandes de plus en plus pressantes dans le secteur social (les CCAS le savent bien), la paupérisation de la population réunionnaise n’étant plus à démontrer.

 

Le résultat de la tactique de Didier Robert est donc clair : aggraver la situation financière des communes, pour que celles-ci augmentent les impôts.

 

Sacrée peau de banane sous les pieds de Paulet Payet… et des 23 autres magistrats de l’île, dont Jean-Louis Lagourgue, par exemple.

 

D’ailleurs, on n’a pas entendu le maire de Sainte-Marie émettre la plus petite critique sur ce dossier.

Un assentiment aveugle à Didier Robert ? Un manque de courage politique ? Un aveu d’impuissance ? Chacun pourra analyser l’absence de réaction du maire de Sainte-Marie comme il l’entend.

 

La deuxième piste donnée par David Lorion a été de proposer aux transporteurs de faire apparaître sur leurs factures  « un fonds de compensation de gasoil ».

Ce supplément « serait payé par les donneurs d’ordre ». La belle idée ! Génialissime !

 

Cette pseudo solution montre que Didier Robert est complètement dépassé.

 

En effet, des mesures en faveur des transporteurs routiers ont été annoncées par Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé des Transports, en juin et juillet 2008, et notamment l’obligation de répercuter auprès des donneurs d’ordre l’augmentation du coût du gasoil.

 

Présenter comme solution une possibilité offerte par la loi depuis 3 ans … c’est d’un ridicule consommé. 

Mais néanmoins la marque de fabrique de la politique de Didier Robert : de la com’ et rien d’autre !

 

Enfin le troisième axe proposé par la Région est la mise en place d’un carburant moins cher que le gasoil, le GPL.

Tiens, ça rappelle quelque chose, le GPL, une proposition défendue par un certain élu, ex maire d’une commune de l’Est, ex conseiller général, qui s’agitait beaucoup il y a un an, mais que l’on entend plus – mais alors plus du tout – depuis mars 2010 !

 

David Lorion conclut : 

« Nous sommes dans une crise très dure. Le gasoil était à 1,09 euros en décembre. Il est maintenant à 1,25 euros en avril.

Il faut trouver immédiatement des solutions. Nous avons ouvert les discussions avec l’ensemble du monde des transports et du BTP.

Nous devons définir des solutions pérennes sur un prix du gasoil régional qui puisse permettre aux entreprises de vivre mieux et afin d‘éviter davantage de chômeurs lors de cette crise à La Réunion »

 

Au passage, notons que la question du coût du carburant n’est vue qu’à travers les problèmes posés aux professionnels de la route.

 

Certes, ils sont concernés. Mais quid des travailleurs qui n’ont pas d’autre solution que de prendre leur voiture pour aller bosser ? Notamment depuis que Didier Robert a refusé le tram train.

 

Enfin, il est très révélateur de voir qu’à aucun moment, le communiqué mis en ligne par la Région n’évoque … l’Etat.

Il n’évoque pas non plus les compagnies pétrolières.

  

Et pourtant… elles peuvent et doivent participer à l’effort.

Un seul exemple : Total dégage les plus importants bénéfices du CAC 40 (10 MILLIARDS DE BENEFICE).

 

Et en plus, le groupe ne paie pas d’impôt sur les sociétés en France.

 

Article vu 1 322 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web