» Il faut arrêter la production des plastiques dangereux « 

image  « Il faut arrêter la production des plastiques dangereux » – Cinq questions à Werner Boote, l’auteur de  » plastic planet « .

Propos recueillis par Frédéric Joignot

Après dix ans d’enquête, quelles sont, selon vous, les pires conséquences du tout-plastique ?

Aujourd’hui, le plastique nous encercle comme une sorte de bouclier invisible. 

Il est partout, jusque dans notre sang.
Il est devenu une menace directe pour l’environnement, les animaux comme les être humains.
Hélas !, nous nous en apercevons trop tard.
Désormais, chacun a entendu parler des désastres causés par l’omniprésence des déchets en plastique tout autour du monde, et surtout des énormes quantités qui flottent et qui coulent dans les océans.
Mais peu de gens savent que des substances dangereuses pour la santé humaine entrent dans la composition du plastique, et que des études les associent à certains cancers, à des réactions allergiques et à l’infertilité masculine.

Vous dites que nous sommes entrés dans l' » âge du plastique « …

Aux âges de la pierre, du bronze et du fer a succédé celui du plastique.
La quantité de plastique produite depuis les débuts les années 1960 suffirait à recouvrir la terre entière de six couches épaisses !
Les industriels du plastique génèrent 800 millions d’euros de bénéfice par an.
Aujourd’hui, le plastique nous cerne, il est dans les parquets stratifiés, les innombrables boîtes, les semelles des chaussures, les vêtements, les meubles, l’électronique, les jouets, les voitures, partout.
L’époque où le plastique n’existait pas nous semble inimaginable.

Parlez-nous de votre analyse de sang…

J’ai été choqué de découvrir un taux très élevé d’une substance aujourd’hui considérée comme dangereuse par nombre d’études, le bisphénol-A.
Les membres de mon équipe ont fait les mêmes tests, qui eux aussi ont montré un taux important de bisphénol.
Ces résultats confirment ce que des scientifiques dénoncent depuis des années, à chaque fois contredits par les industriels du plastique et leurs prétendus experts : chacun d’entre nous possède plusieurs substances issues du plastique dans le sang.
Cela dit, je veux envoyer un message positif.
Un an et demi après cette analyse, depuis que j’évite tout usage d’objet en plastique, mon taux de bisphénol a baissé.

Vous êtes-vous rendu sur le  » vortex de plastique  » au large de la Californie ?

Sur place, vous ne distinguez pas grand-chose, le plastique ne flotte pas toujours en surface.
La catastrophe majeure vient de ce que le plastique se désintègre en minuscules billes que les poissons prennent pour du plancton et qui les tuent.
En 1997, quand le capitaine Charles Moore a découvert le grand  » vortex de détritus « , il a observé sur place six fois plus de plastique que de plancton.
Dix ans plus tard, lorsque je l’ai accompagné au large d’Hawaï, il en a détecté soixante fois plus !
Aujourd’hui, des océanographes ont découvert d’énormes plaques de plastique dans l’Atlantique Sud, l’océan Indien et la mer du Nord.

Est-il possible d’échapper au plastique ?

Nous n’y échapperons pas.
Nous sommes les enfants de l’âge du plastique.
Nous en avons besoin.
C’est aux consommateurs et aux hommes politiques d’arrêter la production des plastiques dangereux, de pousser les industriels à fabriquer des bioplastiques – aujourd’hui 0,5 % des plastiques existants –, et d’utiliser des produits de substitution comme le verre.

A lire, à voir :

Plastic Planet. La face cachée des matières synthétiques, de Werner Boote et Gerhard Pretting, Actes Sud, 260 p., 21 €.

Plastic Planet, documentaire de Werner Boote (1 h 35). Sortie en salles en avril 2011, à l’occasion de la Semaine du développement durable.

Lien :
http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2010/09/19/plastique-l-ennemi-intime_1412130_3244.html

Article vu 850 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web