« American way of life » ? Alimentation et climat : un couple qui peut se révéler infernal !

 « Si chaque Américain ne mangeait pas de viande ni de fromage un jour par semaine pendant un an, le gain en termes d’émissions de gaz à effet de serre serait équivalent celui provoqué par 7,6 millions de voitures en moins sur les routes ! » 

 

Telle est la conclusion d’un nouveau rapport sur les effets de la dépendance à la viande aux États-Unis, publié lundi 18 juillet par l’organisme de recherche américain Environmental Working Group.

 

Cette étude, intitulée Le guide du mangeur de viande, mesure et compare l’impact sur le climat, du champ à l’assiette, de 20 types de protéines différents, la viande et les lentilles, donc, mais aussi le fromage, les fruits de mer, les haricots ou les noix.

 

Ainsi, l’ensemble de leur cycle de vie est passé au crible, grâce aux données fournies par le ministère de l’agriculture américain,

depuis les pesticides, les engrais et l’eau utilisés pour cultiver la nourriture du bétail

jusqu’aux émissions générées par l’élevage des animaux, la transformation, le transport et la cuisson de la viande,

en passant par la fin de vie et notamment le gaspillage.

 

Sur les 60 millions d’hectares de terres cultivées aux États-Unis, 8 millions de tonnes d’engrais azotés et 80 000 tonnes de pesticides sont utilisés seulement pour faire pousser l’alimentation du bétail.

 

L’élevage génère par ailleurs près de 500 millions de tonnes de fumier par an, ce qui contribue à détériorer les nappes phréatiques et polluer l’air.

 

Au rayon des protéines les plus polluantes, on trouve

l’agneau (39,2 kg de CO2 par kilo de viande consommée),

le bœuf (27 kg)

puis le fromage (13,5) – donnée dont nous sommes moins conscients – en raison de la production de méthane, un gaz 25 fois plus nocif que le CO2 en termes d’émissions, par le bétail, l’énergie qu’exige l’élevage et l’abattage et le fumier produit.

 

À l’opposé, les lentilles (0,9 kg), les haricots (2 kg) et les noix (2,3 kg) comptent pour peanuts dans les émissions de gaz à effet de serre : selon le rapport, elles sont ainsi de vingt à trente fois moins importantes que celles du bœuf.

 

Le problème réside bien sûr dans le fait que nous consommons trop de protéines animales au détriment des végétales, et, surtout, trop de protéines trop court.

 

Aux États-Unis en particulier, les enfants mangent le quadruple, et les adultes le double, de la quantité recommandée de protéines, selon Hamerschlag Kari, auteur du rapport.

 

« Bien que cela fasse un moment que les scientifiques et ONG soulèvent le problème, les Américains continuent à avoir des taux de consommation de viande très élevés. Notre pays produit et consomme, par personne, 60% de viande de plus que les Européens », explique la scientifique.


En conclusion, le rapport ne nous incite évidemment pas à tous devenir végétariens mais à moins et mieux consommer des protéines animales. 

 

Et à défaut de réduire sa consommation de protéines, mieux choisir leur type et leur origine permettrait de réduire notre empreinte carbone de manière significative.

 

Source : le blog d’Audrey Garric in Monde.fr 

Article vu 3 288 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

« American way of life » ? Alimentation et climat : un couple qui peut se révéler infernal !

  • marie timonNo Gravatar |

    ah ces gros gourmands bouffeurs de viandes, qui mettent le reste du monde sous leur emprise économique mais sont tellement cons qu’ils bouffent de trop ; qu’ils crèvent au plus vite alors et qu’on en finisse de ces gros lards; c’est méchant ce que je dis mais en même temps je pense aux effets néfastes causés par ces mêmes gens et surtout à la faim dans le monde comme en Ethiopie ou plus près de chez nous à Madagascar, et je me dis ; si l’on mettait carrément ces gens gourmands une seconde à la place de ces affamés ; sûrement tellement qu’ils auront faim à la deuxième seconde qu’ils accepteraient enfin que le reste du monde se nourrisse enfin comme il se doit, redonner la dignité à ces pauvres gens affamés , n’est-ce pas là le combat de tout un chacun, ce serait la moindre des choses, au lieu de passer leur temps à se goinfrer inlassablement ils feraient mieux de penser à partager le surplus ; l’obésité disparaîtrait petit à petit et il n’y aurait plus d’affamés dans le monde; donc là au moins le problème de faim dans le monde serait enfin anéanti une bonne fois pour toutes, imaginez le nombre de victimes causés par eux ; ce sont des assassins, à nous le reste du monde de faire en sorte que la roue tourne, l’Amérique si puissant si fort soit-il économiquement parlant ne peut décider pour le reste du monde voyons, seuls les américains sont perdus, ils ont besoin de nous, il suffit que nous nous unissions enfin , que nous travaillions enfin main dans la main pour les battre ces bouffeurs de viande à la noix; mais si nous restons passifs à attendre le 2 août prochain le droit de véto lui appartient et il fera ce qu’il voudra et lui et ses républicains ; ils sont fiers de leur impact négatif sur le monde, la crise mondiale est le cadet de leur souci puisqu’ils mangent à leur faim et à leur fin aussi et cette fin est plus que juste car trop gourmands on finit par s’étouffer, le partage n’est pas fait pour les animaux, nous ne sommes pas des animaux, les affamés doivent se nourrir au plus vite, les effets de serre sont à prendre en considération au plus vite également, soyons actifs et plus que jamais solidaires dans nos actions ; orient ; europe afrique et autres unissons enfin nos forces ; déployons nos énergies positives afin de faire tourner le monde dans l’autre sens, le monde nous appartient plus que jamais, vous ne comprenez pas ou vous dormez de trop comme eux mangent de trop
    arrêtez de dormir ; réveillez-vous enfin et faisons en sorte que le reste du monde se porte mieux; vive pierre et paul vergès pour leurs bonnes actions, au lieu de les critiquer comme vous le faîtes , faîtes comme eux et ensuite vous aurez votre mot à dire ; en attendant lisez mes écrits, que vous les preniez ou non en compte, les hommes de bonne volonté comme les vergès sont soutenus par moi qui ne suis pourtant rien ni personne mais j’existe quand même et j’ai à dire, à écrire que vous soyez d’accord ou pas ?????????????????????????????????????????????????????

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web