Discours prononcé ce 10 mai 2014 à la 38ème foire agricole de Bras-Panon

image  Photo parue dans la brochure consacrée à la 38ème foire du 9 au 18 mai 2014

La 38ème foire agricole de Bras-Panon a été inaugurée ce matin en présence notamment du maire de la commune Daniel Gonthier, du président de la Chambre d’agriculture Jean-Bernard Gonthier, du représentant de la Cirest Henri Chane Tef, et de la représentante de la Région Yolaine Costes (par ailleurs candidate aux élections européennes du 25 mai… mais il ne faut pas y voir là une intention « coupable », Didier Robert ayant bien dépêché Virginie K´Bidy, conseillère régionale représentant habituellement la Région pour les manifestations agricoles aux Seychelles pour tenter de parler « tourisme »). Quant à moi, je représentais le Département, qui soutient de longue date cet évènement et qui par ailleurs est la collectivité compétente pour la politique agricole Réunionnaise.

Je vous livre ci-dessous le contenu du discours que j’ai prononcé à cette occasion.

Monsieur le maire de Bras-Panon,

Mesdames et messieurs les personnalités,

Mesdames et messieurs,

La foire de Bras-Panon est chaque année l’occasion de mettre en valeur le savoir-faire du monde agricole local.

Cette vitrine de l’agriculture réunionnaise est un rendez-vous incontournable pour les professionnels du milieu mais aussi pour les Réunionnais qui sont toujours plus nombreux à visiter cette véritable ferme géante.

Le Département mène une politique volontariste de soutien au monde agricole local avec un budget annuel avoisinant les 20 millions d’euros.

Une somme significative de par les enjeux fixés dans les prochaines années.

Je citerai entre autres :

– la reconquête des terres en friche,
– le soutien à l’organisation des filières agricoles,
– la mécanisation,
– la création de retenues collinaires,
– la création et l’extension des bâtiments d’élevage,
– les équipements d’irrigation,
– l’organisation de marchés de producteurs,
– le développement de la filière bio,
– le développement de la production locale de qualité (notamment dans les collèges ).

Toutes ces initiatives montrent combien l’intervention du Département est importante. En effet, le Conseil général est la collectivité compétente en matière agricole, ce que beaucoup ont tendance à oublier trop souvent.

Je vais brièvement m’attacher à souligner 4 points.

1° – L’ILO – L’irrigation du littoral ouest

Il convient ici de saluer ce qui constitue incontestablement le plus grand chantier en faveur des agriculteurs de notre île , à savoir le projet d’irrigation du littoral ouest , initié depuis 1989.

Ce projet est aujourd’hui en voie d’achèvement.

Près de 280 Kms de canalisations pour permettre la distribution de l’eau dans les champs , ont notamment été financés à hauteur de 417 millions d’euros pour la collectivité, pour un coût total de 925 millions d’euros d’investissements entre 1989 et 2016.

Les fonds européens ( FEDER et FEADER ) ont bien entendu grandement contribué au financement de ce projet.

Cela mérite d’être souligné à la veille des élections européennes du 25 mai.

A terme, ce sont prés de 7000 ha qui pourront être irrigués ( plus de la moitié de ces 7000 ha le sont déjà ) une fois achevés bien sûr les investissements collectifs et individuels .

C’est un enjeu décisif au moment où, sur la base de décisions stratégiques motivées par des considérations commerciales au plan mondial, pèse une menace sur la filière canne-sucre.

2°-Béjisa –

Alors que l’agriculture réunionnaise se relève peu à peu des dégâts causés par le cyclone Béjisa, l’occasion m’est donnée ici de saluer le courage de chaque exploitant.

Le Conseil général a immédiatement réagit en votant une enveloppe exceptionnelle de 1 Million d’euros ( cette décision est sans précédent).
Je tiens à préciser qu’un soutien financier de près de 580 000 € a déjà été versé au 30 Avril dernier en faveur des agriculteurs touchés et qu’au total plus de 650 demandes ont été traitées .

3° – Le Conseil général autorité de gestion –

Le Conseil Général s’est positionné au fil des années comme l’un des pivots de la politique agricole à La Réunion.
Ce positionnement sera renforcé au cours de l’année 2014 avec le transfert de la gestion des fonds FEADER de l’Etat au Conseil Général.

A compter de cette année donc , et ce jusqu’en 2020, le Département assurera ainsi la gestion de 385 millions d’euros de dotations européennes en faveur du secteur agricole et du développement rural, soit une augmentation de 56 millions d’euros par rapport au programme précédent.

Ce transfert s’effectuera sans remettre en cause le fonctionnement historique de la gestion des fonds européens à La Réunion à savoir le partenariat Etat / Région / Département .

Etre autorité de gestion ne signifie aucunement pour nous gérer et décider de tout , tout seul mais bien de préserver l’esprit de concertation historique .

Ainsi je peux vous annoncer que lors de la deuxième quinzaine du mois de Juin nous aurons l’occasion de nous retrouver avec l’ensemble de la Profession agricole , afin d’échanger sur ces évolutions et sur les perspectives à venir pour notre agriculture .

4° – La reconquête des friches et l’installation de jeunes agriculteurs –

Face à la rareté du foncier disponible, chaque partenaire doit se montrer irréprochable quant à la valorisation de nos espaces agricoles .

Le Conseil Général pour sa part , outre son rôle prépondérant dans la mise en œuvre du dispositif de récupération des terres en friches (dispositif dont les résultats sont souvent à tort sous estimés) , s’attache à mettre à disposition son foncier disponible .

Ainsi un appel à projets a été lancé l’année dernière sur 10 sites ( dont d’ailleurs ici sur la Commune, sur la partie basse de l’ENS de Libéria ) et les premières installations vont pouvoir s’opérer dés cette année.

Avant de conclure, je formulerai le vœu que chaque collectivité publique disposant de foncier valorisable par l’agriculture puisse adopter la même démarche.

Et pour conclure, en ce 10 mai 2014, journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, qui sonne comme un rappel d’une période douloureuse où la Terre Réunionnaise a été façonnée par le sang et la sueur des hommes, je me plais à souligner que notre île a surmonté ces épreuves pour être La Réunion d’aujourd’hui.

Je souhaite un plein succès à cette 38ème foire agricole, rendez-vous incontournable de notre Réunion île verte.

 

Article vu 1 885 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web