Tereos : du sucre au rhum et du rhum à la vodka !

 

Le groupe Tereos est décidément en pleine forme financière.  

 

Il vient d’investir 14 M€ pour produire la vodka Grey Goose de Bacardi.

 

Celle-ci reste française mais change de région d’origine.

 

Après avoir été distillée en Charente près de Cognac , ce fleuron international du groupe Bacardi sera produit dans l’Aisne à Origny-Sainte-Benoîte.

 

En partenariat avec Bacardi, le sucrier Tereos investit 14 millions d’euros dans un site de production dédié à de l’alcool de grain.

 

L’entité nommée Distillerie de la Vallée d’Oise (DVO) permettra notamment d’alimenter Grey Goose qui écoule plus de 35 millions de litres.


Plus que jamais, on peut s’interroger sur la stratégie de Tereos à La Réunion… et surtout craindre le pire pour la filière canne / sucre / rhum !                                                                                                                                                                                                                                                                                        

 

Article vu 3 110 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires sur

Tereos : du sucre au rhum et du rhum à la vodka !

  • Bruno 97490No Gravatar |

    la santé financière de Téréos n’est pas celle de la filière canne / sucre de La Réunion. la stratégie du groupe est celle d’une multinationale ne visant que l’augmentation des profits.
    on comprend de mieux en mieux pourquoi Jean-François Moser est parti. C’est tout à son honneur

  • Bruno97490No Gravatar |

    Quelles conditions de travail pour les salariés de TEREOS ?
    réponse: les organisations syndicales de la CFDT et FO, parlaient d’une même voix dans un communiqué commun. Premier point de leur revendication, être reçu le plus rapidement possible par la direction. Ils veulent pourvoir discuter sur les modalités de mise en œuvre d’un nouveau mode de classement des postes de travail.
    La direction voudrait abandonner le système basé sur des coefficients, au profit d’un nouveau mode de classement des postes de travail. Autrement dit, on classe un poste de travail et non la valeur du salarié.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web