Éducation – Rythmes scolaires : le changement, c’est maintenant ?

 

   Le gouvernement a fait part de sa « détermination totale » concernant la réforme des rythmes scolaires. Dont acte.

 

Est-ce que cela veut dire que le chantier du calendrier scolaire peut, lui aussi, être abordé ?

 

Lors de la séance plé­nière des uni­ver­si­tés d’été du PS à La Rochelle, le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, a affirmé que le gou­ver­ne­ment était tota­le­ment déter­miné à mener à bien la réforme des rythmes sco­laires et notamment l’instauration de la semaine de 4,5 jours dans le primaire.

 

Le ministre a évoqué

« la pos­si­bi­lité de pen­ser autre­ment l’articulation du temps sco­laire et du temps éduca­tif au sein de la même jour­née avec les mou­ve­ments d’éducation popu­laire, les col­lec­ti­vi­tés locales et tout ceux qui le sou­haitent ».

 

Encore heureux que l’éducation populaire soit cité dans ce domaine !

S’il ne s’agit plus aujourd’hui de « dégraisser le mammouth », les propos du ministre de l’éducation nationale ne sont pas toutefois d’une bienveillance totale pour le corps enseignant, dans le sens large du terme.

 

En effet, Vincent Peillon a souligné que

« il était impos­sible de pro­duire un inté­rêt géné­ral en addi­tion­nant des intérêts par­ti­cu­liers et des égoïsmes cor­po­ra­tistes.

(…). Je vois les polé­miques.

Je vois les forces d’abaissement et d’obscurité (…) mais l’intérêt que nous devons défendre, c’est l’intérêt des élèves ».

 

Concertation

 

Quant à la réforme des rythmes sco­laires, elle  sera

« conduite par la concertation et le contrat, en enga­geant tout le monde, en dis­cu­tant et respectant les repré­sen­tants des ensei­gnants, le monde écono­mique, tous ceux – et en par­ti­cu­lier les col­lec­ti­vi­tés locales -, qui doivent s’impliquer dans cette réforme ».

 

Ainsi, les collectivités – il s’agit essentiellement des communes, puisqu’intervenant dans le secteur du primaire -, vont à nouveau être mises à contribution.

 

Les communes vont probablement devoir investir tant dans des infrastructures que dans du personnel voire redéployer le personnel en poste, le former à occuper d’autres fonctions…  

 

Tout cela a un coût, qui, pour l’instant, n’est pas chiffré.

Pas plus qu’il n’est mis en avant par qui que ce soit !

 

Mais ne soyons pas caustique avant le démarrage de la consultation !

Si un premier pas est franchi avec la question des rythmes scolaires, un deuxième pas pourrait l’être avec la question du calendrier scolaire.

 

Et comme le disait le ministre, cela devra se faire dans la concertation, dans le respect de tous, avec la participation de toutes les forces vives, non seulement éducatives mais aussi économiques… et politiques !

 

Article vu 1 976 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Éducation – Rythmes scolaires : le changement, c’est maintenant ?

  • tipimanNo Gravatar |

    allez sur les sites dédiés (ministère, FSU notamment) qui sont des blogs parlant de la réforme de l’éducation nationale… et on envoie les idées d’un calendrier CLIMATIQUE

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web