Sort des agents contractuels : le gouvernement joue l’apaisement

 

Le gouvernement a ouvert, le 11 janvier 2011, les négociations sur la précarité dans la fonction publique, en affichant une volonté d’apaisement après la polémique lancée par l’UMP sur l' »embauche à vie » des fonctionnaires.

Le secrétaire d’Etat à la fonction publique, Georges Tron, et les syndicats se sont séparés après une heure et demie de dialogue, ouvrant un cycle de discussions qui doit se prolonger jusqu’en février, en vue d’un projet de loi préparé au premier semestre 2011.


UN CONTRAT SANS TERME FIXE OU « CONTRAT DE PROJET »


M. Tron a estimé avoir « fait un geste », en faisant notamment valoir qu’il ne considérait pas comme « incontournable » l’idée d’un nouveau type de contrat sans terme fixe, une innovation qui hérisse particulièrement les syndicats.

 

« On a convenu de se revoir prochainement (…). Dans les prochains jours, une seconde réunion multilatérale, avec tous les syndicats, va se tenir », a-t-il précisé.

 

Le ministre du Budget François Baroin avait un peu plus tôt déclaré vouloir « en terminer avec la précarité de la fonction publique », un dossier qu’avait récemment attisé Christian Jacob, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, en s’interrogeant sur « la pertinence de l’embauche à vie ».


« L’un des atouts de notre pays, c’est justement ses fonctionnaires qui garantissent l’impartialité de l’Etat et le statut des fonctionnaires ce n’est pas un tabou, c’est un totem », a martelé M. Baroin.

 

La veille, le Premier ministre François Fillon avait confié qu’il jugeait « franchement inutile » l’initiative de M. Jacob, appelant à « ne pas radicaliser des oppositions factices » et « ne pas laisser entendre que l’Etat distribuerait des rentes à vie ».


OBJECTIF AFFICHÉ : LUTTER CONTRE LA PRÉCARITÉ

 

Le plan gouvernemental vise à réduire la précarité vécue par une partie des 870.000 contractuels employés dans la fonction publique sur un total de 5 millions 200 000 agents.

 

Outre le type de contrat sans terme fixe dit « contrat de projet », il prévoit notamment un passage plus facile du CDD au CDI et la création d’un concours de titularisation spécifique aux CDI, ce qui suscite le scepticisme des fédérations syndicales, craignant qu’un nombre trop modeste de places ne soit offert.


M. Tron a déclaré lors de la négociation qu’il « était attaché à ce que les emplois permanents de l’administration soient occupés par des fonctionnaires.

 

Il a cependant souligné qu’il ne souhaitait plus voir « se renouveler indéfiniment des CDD », a-t-il indiqué dans un communiqué commun avec M. Baroin.

 

Le gouvernement a confirmé vouloir « améliorer de façon pérenne les conditions d’emploi des contractuels en leur ouvrant plus largement l’accès aux CDI », selon le communiqué.


LES SYNDICATS DANS LES STARTING-BLOCKS


Les syndicats CFDT, CFTC, CGC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA « attendent beaucoup » du cycle de négociation, ont-ils souligné dans un communiqué commun, à l’issue de la réunion.

 

Ils souhaitent « en particulier un dispositif de titularisation accessible à tous les agents non titulaires et non aux seuls CDI, la limitation drastique des cas de recours au contrat, et le retrait du contrat de projet », a ajouté le communiqué.


L’ÉTAT, LE PIRE DES EMPLOYEURS


Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, est monté au créneau en estimant que l’État était « le pire des employeurs en France » au regard de la « précarité » dans la fonction publique.

 

« Ce que l’État n’accepte pas pour les entreprises privées » – pas plus de deux CDD d’affilée – il le pratique dans « la fonction publique » puisque « la loi permet de faire cinq, six, dix CDD de suite », s’est-il indigné.

Source : Courrier des maires http://www.courrierdesmaires.fr/P_detail_france.php?id=23619

Article vu 3 018 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

5 Commentaires sur

Sort des agents contractuels : le gouvernement joue l’apaisement

  • AnonymeNo Gravatar |

    il est vrai que l’Etat est un employeur pas toujours respectueux de la loi (voir dans l’éducation nationale, par exemple, avec les TOS).
    il joue l’apaisement. soit. cette reculade – comme celle sur la garde à vue – n’est néanmoins pas de nature à calmer les inquiétudes

  • TwiggyNo Gravatar |

    Une partie des suppressions de postes de fonctionnaires vont immamquablement se transformer , au cas par cas, en embauches CDD, en contrats de projet, et pourquoi pas en stages de toutes sortes comme cela se fait dans le privé. On est bien dans la logique d’une précarité de plus en plus grande de la fonction publique malgré la soi-disant « volonté d’apaisement » du gouvernement.

  • TECHER AiméNo Gravatar |

    Lorsque je suis « entré » à l’ ANPE en octobre 1970 je croyais être fonctionnaire: le même type de recrutement: concours, mutation. Non. J’étais un contractuel. Avec mon syndicat CGT , la CFDT et FO ,nous nous sommes battus pendant des années pour que nous ayons le statut de fonctionnaire. Nous avions les même règles: mutation…promotion… avancement…commission paritaire…augmentation de salaire…tout sauf le statut de fonctionnaire et donc pas de congés boniffiés pour nous les domiens. Le Père de l’ ANPE est
    Jacques CHIRAC. Le gouvernement français venait de « découvrir » comment recruter dans la fonction publique des agents non fonctionnaires : des contractuels. Depuis toutes les nouvelles structures administratives et dépendantes d’un ministère sont des structures avec des agents contractuels.Exemple: l’agence pour l’amélioration de l’habitat…agence pour l’amélioration de la qualité de l’eau. Le tour est joué …Vous avez lu ce qu’est devenu l’ ANPE. Le pôle emploi…et ses 1800 licenciements pour 2011.
    Voilà un exemple concret.

  • BENDAHOU ChaoukiNo Gravatar |

    Bonjour,

    Je cherche tout simplement que les contractuelle comme moi qui ont passé tant d’années dans cette situation de précarité et le sont encore doivent être titularisé. Depuis six ans je fais le même travail que les titulaires de la catégorie B et C avec une conscience professionnelle,amour et abnégation, la loi SAPIN a l’époque vait titularisé pas la mal de contractuels, malheureusement je n’étais pas encore dans la fonction publique. Pour quoi le gouvernement s’acharne à inventer d’autre type de contrat qui d’après nous n’a aucun sens c’est du gaspillage pur et simple et aussi un mepris et une discrimination vis à vis de nous les contractuels. J’espère que je primier trimestes les négociations aboutiront à une fin concrète et perenne qui est la titularisation des contractuel principalement ce qui ont fait plus de trois ans.

    Je remercie la position des groupês syndicals de refuser les propositions du gouvernement en matière de la création des contrats de tous genre et sans fin.

    Salutations.

  • Vigne MickaëlNo Gravatar |

    bonjour,
    voici un mail que je viens d’envoyer à FSU Nord:
    IMPORTANT

    Bonjour,

    Je suis enseignant contractuel à l’IUFM de Gravelines

    J’ai appris (en interne) que les individus qui correspondent à mon statut vont tout être remerciés afin de ne plus enseigner dès la rentrée suivante. On nous proposera (peut-être !!!) des heures TD (40 euros de l’heure environ) en tant que vacataire

    Si cela vous intéresse vous pouvez me contacter.

    J’ai pris connaissance de votre mail suite à la lecture d’un article du 12 octobre 2009 : http://sd59.fsu.fr/?Non-a-la-fermeture-du-centre-IUFM

    Cette décision de dernière minute va dans le sens des revendications d’octobre 2009 puisque la décision du président de l’UA concerne environ une centaine de personnes. Cela montre une volonté sous-jacente de vouloir fermer des sites comme Douai, Gravelines et/ou Outreau afin de concentrer les étudiants sur Arras et Villeneuve.

    Je compte faire passer le message et voir si nous pouvons mobiliser cette centaine de profs, et pourquoi pas rallier la cause des étudiants de ces mêmes IUFM (dont le mouvement s’éteint peu à peu).

    Le président de l’UA va, très habilement, parvenir à ce que le gouvernement souhaite…et pourtant des négociations voient le jour sur les statuts précaires de la fonction publique….laissez-moi rire

    Je ne mourrai pas en silence et je n’irai pas pointer au pôle emploi sans rien dire, j’ai un bac plus huit, je suis qualifié en 19e, 20e et 74e section. Je suis lassé des recrutements par piston et devoir me satisfaire de contractualisation (dans le meilleur des cas !)

    Je vous remercie

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web