Énergie – hydroélectricité : une énergie renouvelable non durable

 

   Un article très intéressant relevé sur le site Actu-environnement.com appelant à la réflexion sur la nécessaire prudence à observer lorsqu’est envisagé des projets susceptibles de générer de forts impacts sur l’environnement.

 

Ainsi en est-il « du barrage chinois des Trois gorges, qui a déplacé plus d’un million de personnes le long du fleuve Yangtze ».

 

En effet, « le développement de l’hydroélectricité à travers le monde a des conséquences néfastes pour les populations indigènes et l’environnement ». C’est ce que révèle un rapport de l’ONG Survival international publié le 9 août.

 

Après une accalmie dans les années 90, la construction de barrages connaît  »un essor démesuré » aujourd’hui.

  

Les mégabarrages apparaissent en effet comme une solution au changement climatique et à la demande croissante d’électricité.

 

 »À elle seule, la Banque mondiale finance 211 projets de ce type pour un montant de 11 milliards de dollars », souligne le rapport. La Chine est aujourd’hui le plus gros investisseur.


DES MILLIONS DE PERSONNES DÉPLACÉES

 

Les populations indigènes sont particulièrement démunies face à ces gros projets.

 

Non consultées, souvent expulsées (leurs terres sont noyées) ou obligées de se déplacer à cause des retenues d’eau les empêchant de cultiver ou faute de trouver les ressources nécessaires à leur alimentation (flux migratoires des poissons perturbés…), elles sont les victimes directes de ces projets.

  

En 2000, la Commission mondiale des barrages, mise en place sous l’impulsion de la Banque mondiale, soulignait déjà dans un rapport que la construction des 45.000 barrages existants à l’époque avait entraîné le déplacement de 40 millions à 80 millions de personnes.

 

Face à ce constat, des recommandations avaient été édictées afin de mieux prendre en compte le droit des autochtones. Mais sans caractère contraignant, ces recommandations sont souvent lettres mortes. »

  

La course permanente à la satisfaction des objectifs d’une croissance nationale peut se révéler à long terme néfaste à la préservation essentielle d’un environnement déjà bien dégradé.

 

Qu’il est difficile de concilier les exigences de responsabilités envers une population de 1,5 milliard d’habitants et la préservation d’un territoire contraint. ainsi, de 1961 à 2008, l’évolution en 47 ans a été de 101 %, la densité par km2 atteignant 142 habitants en 2008, pour augmenter encore selon les prévisions (151 hbts/km2 en 2010).

 

Article vu 1 626 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

2 Commentaires sur

Énergie – hydroélectricité : une énergie renouvelable non durable

  • adrien michelNo Gravatar |

    adyé kamarad my mazine ki fo pa réponde a zinfo 974. komsa jot ipran arpa dinportense. gramou la di lés la mér bat. continér ton conbat pou lo péupe la rénion nou va kose méme langaz partou ensenb nou va rotrouv la fors nou la tonbé mé nou la pariv atér allé si térain partou evéc béne vyé kamarade inproviz ali nartrouv michel sosialis dangé

  • GuillaumeNo Gravatar |

    Merci pour cet article très intéressant.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web