Les associations menacées par la marchandisation

 

   Lu sur le site de l’Humanité, un article concernant les risques encourus par les associations.

 

Parallèlement à la baisse constante des aides publiques, les associations sont menacées par une logique administrative de marchandisation concurrentielle, niant leur spécificité et leur rôle essentiel de cohésion sociale et de démocratie.

 

À travers elles, ce sont les citoyens les plus vulnérables, les habitants des zones rurales et des quartiers paupérisés, les migrants – surreprésentés dans les milieux populaires – qui sont visés.

 

______________________________________________________

Le projet UMP de Budget 2011

______________________________________________________

 

Le projet de budget 2011 prévoit de diminuer encore les moyens financiers et humains aux politiques sociales, sanitaires, culturelles et éducatives.

 

Ce désengagement de l’État et l’asphyxie financière des collectivités territoriales mettent en péril de nombreuses associations, atteintes au cœur de leurs missions d’éducation, d’insertion sociale et professionnelle, de logement, de culture, de santé, d’accès aux droits ou de lutte contre les discriminations.

 

Malgré des besoins croissants, les budgets de ce qui restait de « politique de la ville » comme du soutien à « l’intégration » ont quasiment disparu au niveau national et sont fondus localement dans l’enveloppe globale des préfectures.

 

L’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSE) et l’Office français pour l’immigration et l’intégration (OFII) s’inscrivent désormais dans une logique de sous-traitance, sous contrôle et d’exécution des politiques définies en haut lieu par le ministère de l’Identité nationale…

 

______________________________________________________

Mise en concurrence

______________________________________________________

 

Le repli de l’État s’accompagne du transfert de ses missions de service public par appels d’offres, entraînant une marchandisation de secteurs jusque-là préservés.

 

Les associations sont mises en concurrence entre elles, mais aussi avec des entreprises privées à but lucratif.

  

L’homogénéisation et les réponses formatées, que ces commandes publiques suscitent, menacent la diversité du secteur associatif et risquent d’engendrer des coûts sociaux très lourds.

 

Privées de subventions, les associations passent du rôle de partenaires à celui de simples prestataires exécutants des pouvoirs publics.

 

Elles sont contraintes de renoncer à leur projet associatif et à leur liberté d’action.

Seule compte la rentabilité, mesurée à l’aune de l’équation « coûts engagés/résultats (quantitatifs) obtenus ».

 

Alors que le secteur associatif compte 180.000 structures employeurs et près de 2 millions de salariés, l’emploi associatif est précarisé, les postes aidés sont réduits, tout en voulant favoriser le bénévolat et le volontariat.

 

Or, ces formes d’engagement se complètent et se renforcent mutuellement.

Les politiques ultralibérales à l’œuvre fragilisent tout le système.

 

L’application par les pouvoirs publics nationaux et locaux des règles du marché au secteur non lucratif le dénature profondément, le bouleverse dans son essence.

 

______________________________________________________

Institutionnalisation

______________________________________________________

 

De forces de propositions et potentiels contre-pouvoirs, les associations sont contraintes de s’institutionnaliser peu à peu, de se transformer en pures gestionnaires et de devenir un maillon d’un système dominant qui étouffe toute velléité de contestation en son sein.

 

Alors que leur caractère d’utilité sociale est indéniable et qu’elles sont l’un des rouages essentiels du système démocratique, les associations n’ont plus aujourd’hui l’assurance de pouvoir mener les missions qu’elles se sont choisies.

 

Pour garantir leurs rôles socialement indispensables et l’engagement citoyen le plus large, il est urgent de repenser les aides publiques aux associations, petites ou grandes, nationales ou locales, et de réaffirmer leur place spécifique dans notre société.

 

Une réelle clarification des relations financières avec l’État comme avec les collectivités territoriales est nécessaire pour refonder un contrat social au service du progrès humain.

 

http://www.humanite.fr/08_10_2010-les-associations-menac%C3%A9es-par-lamarchandisation-

                                           

Article vu 2 693 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Les associations menacées par la marchandisation

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    La machine à laminer continue sa progression. le moindre espace de liberté est visé, les moyens utilisés sont toujours les mêmes: on coupe les revenus. Brutalement ! Bien sûr qu’il y a des choses à changer, mais cela doit se faire dans la concertation, la réflexion
    on s’enfonce de jour en jour dans une impasse …. va t- on vers le chaos?

  • ChloéNo Gravatar |

    Effectivement ce sont toutes les associations à caractère social qui vont être mises à mal. Comme les associations culturelles et sportives. Pour la grande majorité d’entre elles, – notamment les plus petites – les difficultés étaient réelles. Cela va être pire.

  • EricNo Gravatar |

    ce gouvernement veut tout détruire et place tout sous le signe du commerce: la santé, l’être humain, l’école, les associations, etc. l’ultra libéralisme dans tous les compartiments de la société

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web