Assouplissement des visas : la politique du compte-gouttes

photo photo humour découpage cantonal 7  Ainsi donc, la Région aurait reçu une lettre du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui confirme l’extension à La Réunion du dispositif d’assouplissement des visas de court séjour pour les voyageurs chinois.

On peut s’en réjouir : mieux vaut tard que jamais.

Mais les questions que nous pouvons nous poser sont les suivantes :

1°- Pourquoi avoir attendu deux ans après l’arrivée du pouvoir socialiste ? Pourrait-on en connaître les raisons ?

2°- Pourquoi de 2010 à 2012, sous le gouvernement allié à Didier Robert, cette mesure n’a-t-elle pas été prise ? Pourrait-on en connaître les raisons ?

3°- Pourquoi cette mesure ne concerne-t-elle que le territoire chinois ?

Combien de temps va-t-on devoir attendre pour les pays de la zone Océan Indien, pour l’Afrique du Sud, le Mozambique, et un peu plus loin l’Inde ? Pourrait-on en connaître les raisons ?

Et pour bien montrer que cela se décidera sans l’implication des acteurs politiques et économiques réunionnais, Didier Robert précise que « d’autres mesures de simplification du même type seront annoncées le 19 juin lors des conclusions des assises du Tourisme. Elles devraient concerner des exemptions de visas pour certaines nationalités ou catégories de voyageurs. »

Lesquelles, siouplé ?

Encore une fois, cette mesure est prise sans que La Réunion en soit informée en temps utile. En effet :

1°- La lettre du ministre des Affaires étrangères indique que cette mesure d’assouplissement s’applique depuis le 27… janvier !

De deux choses l’une :

– Ou la Région le savait, et pourquoi cette dernière ne communique-t-elle dessus que maintenant ?

– Ou la Région l’ignorait, et c’est quand même terrible comment le pouvoir central traite les élus réunionnais !

2°- Après avoir regretté, en guise d’excuses aux mauvais chiffres de la fréquentation touristique, qu’il n’y ait pas eu un front commun réunionnais pour exiger un dispositif d’assouplissement pour plusieurs pays, et pas seulement la Chine, voilà que Didier Robert claironne que c’est grâce à son action et à celle de Jacqueline Farreyrol.

Il montre que son intention a toujours été de tirer la couverture à lui, oubliant le travail effectué depuis de nombreuses années par ses prédécesseurs, opposants ou amis à lui. Mais bon, passons.

Le plus surprenant est que cette conférence de presse s’est déroulée en l’absence du… nouveau président de l’IRT. Vous avez dit « imprévision » et « bricolage » ?

A ce propos, et pour conclure, le plus dur reste à faire, notamment la définition et la mise en œuvre d’une stratégie adaptée à cette « niche » que constitue la clientèle chinoise.

Et le test des « Iles Vanille » va s’opérer à partir des chiffres de l’année passée : 40 000 touristes chinois à l’Île Maurice, contre 400 à La Réunion. Mais avec la bonne volonté de nos « cousins » mauriciens et de Didier Robert, nous serons vite fixés.

Alléluia !

Article vu 1 118 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web