L’Île Maurice et la décolonisation

 

ONU Rés 1514   

 

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international de l’Ile Maurice,  Arvin Boolell, a plaidé mardi à Alger pour une application « sans faille » de la résolution onusienne 1514 et de toutes les lois internationales sur la décolonisation.

 

Dans une déclaration en marge de cette conférence internationale d’Alger célébrant le 50e anniversaire de la résolution onusienne, M. Boolell a rappelé que « c’est grâce à la lutte des peuples colonisés que la résolution 1514 a été adoptée ».

 

Il a, toutefois, relevé que 50 ans après l’adoption de cette résolution, des pays et des peuples n’ont pas pu encore disposer de leur droit à l’autodétermination et à l’indépendance, alors que d’autres souffrent toujours du néocolonialisme. 

 

« Il faut que les Nations unies comprennent l’urgence de la situation qui devient critique pour certains pays et peuples colonisés, comme c’est le cas en Palestine et au Sahara occidental », a-t-il insisté.

 

D’autre part, le MAE mauricien a salué l’initiative algérienne d’organiser cette conférence pour célébrer le 50e anniversaire de la résolution 1514, estimant que cette manifestation permettra de « mobiliser l’ensemble des acteurs concernés et éveiller la conscience de la communauté internationale ».

 

Pour le chef de la diplomatie mauricienne, les pays en voie de développement doivent « opérer un forcing » au sein de l’Assemblée générale des Nations unies pour « faire entendre leur voix ».

 

« Le Conseil de sécurité de l’Onu ne doit pas servir les intérêts des grandes puissances au détriment des pays qui militent pour leur indépendance et leur émancipation », a-t-il martelé.

 

Il est difficile, pour un Réunionnais, de ne pas partager ces points de vue.

Mais il y a une question qui mérite d’être posée : Maurice est-elle prête à les appliquer aux Chagossiens ?                                                                                                                                

Article vu 2 692 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

4 Commentaires sur

L’Île Maurice et la décolonisation

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    bonne question: les Chagossiens pourront-ils un jour faire entendre leur voix? et surtout quand seront-ils entendus?

  • ArsinoéNo Gravatar |

    En réponse à Jean-Jacques: une information de l’AFP

    Zone protégée aux Chagos: Maurice saisit une juridiction internationale

    PORT-LOUIS – Maurice a contesté devant le tribunal international du droit de la mer la création, par le gouvernement britannique, d’une zone marine protégée autour de l’archipel des Chagos, dans l’océan Indien, a annoncé mardi le Premier ministre mauricien.

    « La zone marine protégée a été créée en violation de la Convention des droits de la mer de 1982 dont Maurice et la Grande-Bretagne sont signataires, et (elle) n’est pas compatible avec les droits des Chagossiens », a déclaré le Premier ministre Navinchandra Ramgoolam devant la presse.

    Une plainte a été déposée lundi devant le tribunal maritime international, installé à Hambourg (Allemagne), et remise également au ministre britannique des Affaires étrangères William Hague.

    Le gouvernement mauricien soutient dans sa plainte que la Grande-Bretagne n’a pas compétence pour établir une zone marine protégée dans l’océan Indien.

    « En établissant la zone marine protégée, la Grande-Bretagne n’a pas pris en compte les droits de la République de Maurice et des Chagossiens expulsés de façon honteuse des Chagos », a déclaré le Premier ministre.

    « Nous connaissons tous les vraies raisons de la zone marine protégée: empêcher les Chagossiens de retourner aux Chagos », a poursuivi le Premier ministre mauricien.

    Le Royaume-Uni a donné son feu vert début avril à la création de la plus vaste réserve naturelle marine au monde autour des îles Chagos, dans l’océan Indien, une initiative vivement contestée par les anciens habitants de l’archipel expulsés dans les années 60.

    Situées au sud des Maldives, les 55 îles Chagos éparpillées sur une superficie d’un quart de million de kilomètres carrés ont été cédées au Royaume-Uni en 1814 et la population de l’archipel a été expulsée entre 1965 et 1972, à la suite d’un accord américano-britannique pour transformer la plus grande des îles Chagos, Diego Garcia (27 km2), en base militaire américaine.

    Diego Garcia sera exclue de la future zone marine.

    Londres assure pour sa part que la création de la zone marine ne remet pas en cause son engagement de céder l’archipel à Maurice lorsqu’il ne sera plus utilisé pour les besoins de la défense.

  • macadamuNo Gravatar |

    les chagossiens n’ont pas été colonisé par les mauriciens!! c’est d’une grande betise que de comparer le sujet ici present a celles des chagos!
    les chagossiens sont mauriciens au meme titre que les rodriguais les agaleens etc..de meme que les alsaciens sont français (ou meme les reunionnais). dailleurs pour les chagos se sont les britaniques qui sont en cause et qui ont déporté la population locale (l’ile maurice n’est pas une puissance coloniale voyons! la france oui,le royaume unis oui)

  • Pierre VERGESNo Gravatar |

    Évidemment, Maurice n’est pas une puissance coloniale, mais la situation désastreuse des Chagossiens mériterait que l’Etat mauricien s’y attarde pour donner à son intervention « anti-colonialiste » sa pleine mesure…

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web