Énergie – Parc éolien réunionnais : la volte-face du gouvernement

 

   Le ministère du Développement durable avait lancé,  le 12 novembre dernier, un appel d’offres pour la construction, d’ici 2013, d’éoliennes terrestres dans les départements d’Outre-mer et de Corse.

Aujourd’hui, le ministre a rendu ses conclusions, les candidats avaient jusqu’à fin mai 2011 pour déposer leurs offres.

 

L’appel d’offres devait permettre de produire une puissance cumulée de 95 mégawatts (MW) pour 13 projets.

 

Pour la Guadeloupe et les collectivités de Saint-Barthélémy et de Saint-Martin, il était prévu une puissance ce 20 MW pour un maximum de 3 projets.

Pour la Guyane, 15 MW pour un projet.

Pour la Martinique : 20 MW et 3 projets.

Pour la Corse, 20 MW et 3 projets.

Idem pour La Réunion : 3 projets et 20 MW.

 

Le ministère avait également dit, en novembre dernier, que ces installations devaient permettre d’atteindre les objectifs fixés par le « Grenelle 1 », à savoir un minimum d’énergie renouvelable de 50% dans la consommation d’énergie finale.

L’autonomie énergétique était, elle, affichée pour 2020.

 

Aujourd’hui, après la publication des résultats de l’appel d’offres, on peut constater que l’ensemble de ces parcs devrait bien permettre une production d’électricité d’une puissance totale de 95 mégawatts (MW).

En revanche, le compte n’y est pas.

 

Et pour cause : on nous explique :

« Implantés sur des territoires composés de communes littorales, ces projets sont soumis à une étude.

Ainsi, une mission travaille actuellement sur les contraintes d’implantation des éoliennes sur ces terrains et étudie la nécessité de modifications du cadre législatif et réglementaire ».

 

Alors ça, c’est fantastique.

On fait la boue avant la pluie.

On lance des consultations pour construire des ouvrages puis on se rend compte qu’il y a quelques obligations réglementaires à respecter.

 

En fait, il ne s’agit ni plus ni moins que de … brassage d’air !

Il s’agit, en quelque sorte, d’une agitation de plus de ce gouvernement UMP qui veut nous faire croire qu’il bosse et prend des décisions.

 

Mais ce n’est que de l’agitation.

Rien de concret, une fois de plus !

 

Alors, c’est bien beau d’écrire :

« Les installations, qui devront être équipées de dispositifs de stockage d’énergie électrique et de prévision de production, valoriseront l’innovation en ouvrant la voie à l’intégration accrue des énergies renouvelables dans les zones dite «non interconnectées», sans remettre en cause la stabilité de ces réseaux ».

Ne serait-ce pas une précaution supplémentaire pour expliquer que le calendrier ne sera pas respecté ?

 

Autre problème : pour La Réunion, ce ne sont plus trois projets… mais seulement deux projets qui ont été retenus.

Et c’est la société Alizeo Mascareignes qui a été sélectionnée pour la construction des parcs éoliens de Sainte-Rose et de Saint-Leu.

 

Questions : Pourquoi deux projets au lieu de trois ? Qui porte la responsabilité de cet état de fait ?

 

Article vu 3 246 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Énergie – Parc éolien réunionnais : la volte-face du gouvernement

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    comme d’habitude, beaucoup de bruit d’annonce pour peu de résultat concret avec une fois de plus les intérêts de l’outre-mer bafoués

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web