Après MAM : Christine Lagarde prise dans la kol jak ?

 

La Cour de discipline budgétaire et financière, chargée de sanctionner les fautes lourdes commises par les agents de l’Etat dans la gestion des finances publiques, a été saisie dans le cadre de l’affaire Tapie/Adidas.

 

Visés :  Jean-François Rocchi,  président du Consortium de réalisation (CDR), la structure publique chargée de liquider le passif du Crédit Lyonnais, et Bernard Scemama, président de l’EPFR, l’établissement public qui supervise et finance le CDR.

 

Derrière Bernard Scemama, il y a Didier Migaud, premier président de la cour des comptes, et préalablement, à la tête de la commission des finances de l’Assemblée nationale.

 

Derrière François Rocchi, se cache… Christine Lagarde qui lui aurait donné l’ordre de ne pas donner suite aux procédures engagées dans l’affaire Bernard Tapie / Crédit Lyonnais, visant la vente d’Adidas.


Quelques rappels de cette histoire :

 

En 2008, le tribunal arbitral avait reconnu le préjudice moral et financier de l’homme d’affaires dans la vente d’Adidas en 1993, qui avait rapporté une plus-value substantielle au Crédit Lyonnais.

 

L’État avait été condamné à lui verser 285 millions d’euros d’indemnités (400 millions avec les intérêts), dont 45 millions pour le seul préjudice moral des époux Tapie.

 

En septembre 2010, La décision avait alors soulevé une vive polémique dans le monde politique.

 

Cette polémique avait rebondi lorsque «Le Canard enchaîné» avait affirmé que Bernard Tapie empocherait effectivement 210 millions d’euros de l’Etat et non entre 20 et 50 millions comme l’avait assuré Christine Lagarde en 2008.

 

Aujourd’hui, la commission des Finances de l’Assemblée nationale est en passe de publier un rapport, analysant  auditions menées sur cette affaire, et expliquant que ce sont bien 210 millions d’euros que Tapie a empoché.                                                                     


En outre, de nombreux points sont extrêmement flous, quant aux missions et prérogatives des différents partenaires, et à leurs interactions notamment l’Etat et le CDR.

 

 

Article vu 2 172 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

5 Commentaires sur

Après MAM : Christine Lagarde prise dans la kol jak ?

  • jean-JacquesNo Gravatar |

    encore une affaire plus que nauséabonde, les gros sous, les petits arrangements entre amis, entre coquins plus qu’entre copains..

    vivement 2012 mais surtout vivement une vraie révolution, internationale,

    I had a dream

    un monde sans mondialisation, sans omniprésence du grand capital, imposant ses volontés à des gouvernements qui en profitent..

  • ArsinoéNo Gravatar |

    Lu sur le site ‘Le Parisien »: Le président du Mouvement démocrate François Bayrou a estimé mercredi, à propos de la saisine de la Cour de discipline budgétaire et financière dans l’affaire Tapie, que la décision de « spolier » les Français n’avait pu être prise qu’au « sommet de l’Etat ».
    http://www.leparisien.fr/lyon-69000/tapie-la-decision-de-spolier-les-francais-prise-au-sommet-de-l-etat-bayrou-23-03-2011-1373337.php

  • ArsinoéNo Gravatar |

    ou à lire aussi
    Affaire Tapie : la preuve que le pouvoir a illégalement favorisé l’escroc Tapie
    La presse ne semble pas en faire sa une, et pourtant l’affaire est gravissime puisqu’elle met en cause l’administration française, le gouvernement et sans doute plus haut. Cette fois-ci la justice a été saisie contre deux hauts fonctionnaires dans le cadre du règlement arbitral en faveur éhontée de Bernard Tapie : il s’agit de Jean-François Rocchi, président du CDR et de Bernard Scemama, président de l’EPFR, l’établissement qui finance et supervise le CDR.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/affaire-tapie-la-preuve-que-le-91098

  • briceNo Gravatar |

    Largade nous disait que tapie toucherais 30 millions. Maintenant c’est 210 millions.
    En cours d’appel il devait touché 1 euro comme préjudice moral, maintenant c’est 45 millions.
    Elle sait compter comme ministre du budget !!!

  • déguisementNo Gravatar |

    Cette affaire Tapie est bien un abus de bien social organisé par l’Etat au dépens du contribuable. Non seulement l’Etat n’avait pas le droit d’accepter un l’arbitrage privé, même si le CDR est une structure privée, car sous tutelle de l’Etat, mais en plus il y a eu falsification du compromis présenté au conseil d’administration du CDR !

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web