Caroline de Haas, porte-parole d’Osez le Féminisme : la parité, c’est dépassé ?

 

         Caroline de Haas

Le 93e congrès de l’Association des maires de France s’ouvre cette semaine.

Imaginez un instant  : une foule d’élus composée presque uniquement d’hommes.

 

Sur 36 000 maires, ils sont en effet 31 032.

 

La quasi-absence de la moitié de l’humanité dans leur rassemblement devrait interroger les élus sur leur capacité à produire du progrès dans les décisions politiques qu’ils prennent.

 

Les regards n’ont pas encore été suffisamment exercés à détecter les inégalités femmes-hommes et à permettre ainsi aux spectateurs de les interroger et de les remettre en question.

 

Lorsqu’une assemblée est composée à 100 % de femmes, cela saute aux yeux.

 

Lorsqu’il s’agit de 100 % d’hommes, pas grand monde ne pose de questions.

Exception faite des amies de La Barbe qui débarquent dans ces assemblées pour remuer les mentalités.

 

La réforme des collectivités territoriales, votée mercredi dernier, ne va pas améliorer les choses.

Elle aura pour effet immédiat une diminution drastique de la proportion de femmes élues.

  

Alors qu’elles sont 47 % dans les conseils régionaux (scrutin de liste) et seulement 13 % dans les conseils généraux (scrutin uninominal), c’est ce deuxième mode de scrutin qui a été choisi pour élire les futurs conseillers territoriaux.

 

On estime que le nombre 
de femmes ne dépassera pas les 20 %.

 

La bataille pour la parité est-elle derrière nous  ?

Manifestement, non.

 

J’entends régulièrement des critiques de cette loi, votée il y a dix ans.

Elle aurait mis des incompétentes au pouvoir.

 

Mais où  ?

À l’Assemblée, où elles ne sont que 18,5 %  ?

Dans les mairies, où elles sont moins de 15 %  ?

 

Comme si les quelques femmes, très minoritaires, qui avaient réussi à exercer des responsabilités auraient, comme par hasard, été trouvées dans la catégorie «  incompétentes  ».

 

Nicolas Sarkozy nous parle d’ordre à tout bout de champ  : il ferait bien d’en remettre un peu de ce côté-ci.

 

Apparemment, quand il s’agit d’égalité femmes-hommes, le fait que la loi soit bafouée 
chaque jour ne l’empêche absolument 
pas de dormir.

                                                                                                                                                                                                      

Article vu 3 729 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

10 Commentaires sur

Caroline de Haas, porte-parole d’Osez le Féminisme : la parité, c’est dépassé ?

  • ChloéNo Gravatar |

    la France est vraiment en retard sur ce point. il y a très longtemps que dans d’autres pays, des femmes ont été présidentes de la République
    alors, Sarkozy, il a tort, c’est sûr, mais tous les Français et les Françaises doivent changer de mentalité aussi. rappelez vous ce qu’on a dit de Ségolène pour les précédentes présidentielles.

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    lorsqu’un femme (journaliste) a un compagnon (politicien), on la vire, ni plus ni moins. c’était le cas de Marie Drucker (compagne de Baroin), maintenant d’Audrey Pulvar (compagne de Montebourg).
    demandons à Carla Bruni de ne plus enregistrer ni chanter tant que Sarkozy est président

  • SophieNo Gravatar |

    Arrêtons de dire que les femmes élues sont incompétentes, alors que les hommes élus seraient de facto tous à leur place. Les Français seraient-ils plus machos que les hommes des autres pays ? Les Françaises, très militantes par ailleurs, renâclent peut-être à devoir se battre à la fois sur le plan politique et sur le plan sexiste, à devoir toujours prouver qu’elles sont « au moins » aussi compétentes que les hommes.

  • vanessaNo Gravatar |

    À cinq jours du scrutin en Haïti, le comité de la candidate Mirlande Manigat est gonflé à bloc et confiant qu’elle devienne la première femme élue présidente de ce pays des Antilles.

  • TwiggyNo Gravatar |

    Demain, c’est la « Journée de la jupe », organisée entre autres par l’association « Ni putes ni Soumises ». Cette journée est faite pour protester contre la tendance pernicieuse qui pousse les femmes à gommer leur sexualité : port du pantalon, du voile… pour éviter « le trouble sur la voie publique ». Je suis le plus souvent en jeans parce que c’est pratique, mais je revendique de pouvoir me mettre en jupe (et même en mini-jupe) ou en short si cela me chante. Demain je serai en jupe (si j’en trouve une dans mon armoire…).

  • ArsinoéNo Gravatar |

    ne nous attachons pas seulement aux symboles comme la jupe. le malaise est beaucoup plus profond. peut être y a t il parmi nous, les femmes, des femmes qui ne font pas confiance… aux femmes. quel regard jetons-nous sur nous mêmes?
    je viens de voir une pub sur les jouets pour noël: ils sont sexés.. la fille au ménage, le garçon au légo. quant aux jeux « mixtes », sur la boîte d’un jeu, on voit une gamine regardant son frère jouer… elle est simple spectatrice.
    ce sont des images qui marquent, inconsciemment. donc très dangereusement. tant qu’on acceptera ce matraquage, dans l’inconscient collectif, les femmes seront toujours au 2e rang, derrière les hommes.

  • Eliane T.No Gravatar |

    Je suis d’accord ET avec Twiggy, ET avec Arsinoé. L’un n’empêche pas l’autre : c’est sur tous les fronts qu’il faut se battre. Le symbole est porteur d’une pensée, il faut donc aussi y être très attentif. Et cette journée de demain n’est pas seulement celui de la jupe mais aussi des violences faites aux femmes, et particulièrement du viol. Car ça aussi est quelque chose de primoridal : que les femmes ne pensent pas qu’il est inéluctable pour elles de subir la violence, même et surtout celle de leur compagnon.

  • ArsinoéNo Gravatar |

    oups ! comme le dit Twiggy, on a le droit de porter le jean Et la jupe (alternativement, d’ailleurs)
    pourquoi revenir sur ce qui n’est pas contesté ni contestable? à part peut être la reine d’Angleterre, toutes les femmes « publiques » (tiens, voilà un combat à mener: l’expression au féminin est … tendancieuse, mais pas au masculin…) bref, ces femmes portent indifféremment pantalon ou jupe / robe. rajouter la question du voile, c’est à mon avis mélanger tous les problèmes.
    c’est bien la question de La LIBERTE et de l’EGALITE qui est posée… pour la fraternité…. ça

  • TwiggyNo Gravatar |

    A Arsinoé : je ne crois pas mélanger les problèmes quand je pense aux jeunes filles qui portent le voile pour être tranquilles. Je ne dis pas que c’est le cas pour toutes, mais il n’y a qu’à écouter les témoignages de celles qui sont confrontées aux exigences de petits mâles (grands maux) qui se croient investis d’un « gardiennage des valeurs morales » de leurs soeurs et camarades filles !

  • ArsinoéNo Gravatar |

    @twiggy: c’est donc bien une question de liberté et d’égalité qui est posée
    liberté de porter la jupe ou le voile
    liberté aussi et surtout de ne pas les porter
    mais dès l’instant où c’est contrainte et forcée « pour être tranquille », il n’y a plus de liberté
    quant à l’égalité… ce n’est pas demain la veille que les femmes et les hommes seront sur le même pied d’égalité… pour les salaires par exemple ou pour l’accession aux postes de responsabilités
    Eliane a raison: il faut se battre sur tous les fronts

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web