Élections présidentielles – Bilan Sarkozy : NUL de chez NUL

 

   Même le très sérieux, et un peu conservateur, journal « Les Echos » le dit : Depuis 2004, le nombre de pauvres ne cesse de croître.

Et dire que, en 2007, Nicolas Sarkozy avait promis de baisser d’un tiers la pauvreté pendant son quinquennat !

 

8,2 millions de Français vivaient en dessous du seuil de pauvreté monétaire en 2009, selon l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale.

Quelques chiffres (les dernières statistiques disponibles datent de 2009) : 13,5% de la population française vit en dessous du seuil de pauvreté monétaire, c’est-à-dire moins de 950 euros par mois pour une personne seule. 

 

En 2004, le taux de la population française vivant en dessous du seuil de pauvreté monétaire était de 12,6%.

En 2009, 6,7% de la population en emploi est pauvre, un phénomène particulièrement marqué chez les femmes seules chargées de famille (15,5%).

 

La très grande pauvreté augmente :

« depuis 2004, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de 40 % du niveau de vie médian (640 euros pour une personne seule) est passé de 2,5 à 3,3 % de la population totale, soit 2 millions de personnes.

Or à ce niveau d’exclusion, les chances de sortir de la pauvreté deviennent très minces » écrit le journal économique qui a interrogé le président de l’Observation nationale de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES).

 

Celui-ci déclare : « La qualité du système de protection sociale est indéniable en France, mais il a tendance à s’éroder. (…). 

Les minima sociaux protègent aujourd’hui moins bien de la pauvreté, du fait de leur ajustement insuffisant au reste des revenus ».

 

Et le RSA ? Il a peut être permis de « réduire de 150.000 le nombre de personnes pauvres (2%) ».

Mais l’ONPES s’inquiète des « transitions fragiles » entre RSA socle, RSA activité et situation d’emploi autonome qui ne garantie pas pour autant une sortie de la pauvreté.

 

Avec cette phrase terrible :

« Il vaut mieux avoir un emploi pour éviter la pauvreté, mais il n’en prémunit plus autant qu’avant ».

 

Ce sont des chiffres de métropole.

À La Réunion, la situation est encore plus catastrophique.

 

Preuve qu’il faut un VRAI CHANGEMENT POLITIQUE, où l’humain est au cœur du débat, des préoccupations et des actions.

 

Article vu 8 930 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

3 Commentaires sur

Élections présidentielles – Bilan Sarkozy : NUL de chez NUL

  • budelNo Gravatar |

    et pour conclure que depuis le gouvernement actuel à qui nous devons botter le c…, meme avec un travail, on reste pauvre…

  • TipimanNo Gravatar |

    Et dire qu’on accueille cette créature à La Réunion ! (je parle de Sarko)

  • surmely alainNo Gravatar |

    VERDICT DEMOCRATIQUE

    Je n’aime pas l’homme qui dirige la France depuis 10 ans.Mépris pour l’intérêt commun et provocation systématique sont les traits de caractère les plus saillants de celui qui est couramment appelé « Sarko ».L’histoire,la science politique,l’analyse des comportements électoraux,les convictions idéologiques,les conceptions politiques (…etc)tout cela relève de la raison souvent,de la science en partie,de l’objectivité sûrement.Mais ce sont aussi des êtres humains qui font la vie politique.Et ce que l’on pense des hommes et des femmes qui font la politique ainsi que l’idée qu’on se fait de l’humanité comptent bien plus qu’on ne le croit souvent.La démocratie représentative est ainsi faite que les professionnels de la politique nous représentent et décident de l’avenir de notre pays.RIEN ne nous interdit donc de penser quelque chose de ce que ces gens sont et valent humainement dès lors qu’ils sont amenés fréquemment à occuper le devant de la scène et à engager notre avenir.L’absence totale de sincérité,l’arrogance,le mensonge,le goût immodéré pour les affaires,la malhonnêteté,la fourberie,le narcissisme,l’égoïsme,le mépris de l’intérêt général,l’absence de culture,le préjugé qui tient lieu de raisonnement,le goût de l’affrontement et de la provocation ne sont l’apanage d’aucune famille politique a-priori.Il s’agit de traits de caractère,de dispositions de l’esprit ou de l’âme comme on voudra.Nous sommes des hommes et des femmes et nous sollicitons l’indulgence de nos compatriotes,de celles et ceux qui nous cottoient.Cela est bien normal.Les professionnels de la politique sont logés à la même enseigne.Un jugement sera émis dimanche 6 mai sur deux politiques(état de la France,bilan,programme,projet…etc) mais aussi un jugement sur deux hommes.Un jugement démocratique et populaire,un jugement dans la transparence et le sens des responsabilités.C’est de l’avenir de notre pays qu’il est question par-delà le destin singulier de deux hommes politiques.Celui qui exerce la fonction présidentielle doit être peu ou prou à l’image de notre pays.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web