Programme présidentiel du Front de Gauche (15/15) – Protection des ressources terrestres et marines

 Comme je l’ai fait pour le programme « national » du Parti socialiste, puis le programme socialiste pour les outremers, je poursuis l’analyse des projets des candidats à l’élection présidentielle en abordant aujourd’hui, le programme du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon, candidat du Parti Communiste Français.

 

La dernière proposition du 4° axe « Faire des outre-mer des leviers d’alternative à l’échelle mondiale » veut « Faire des outre-mer des points d’appui des combats écologiques d’intérêt universel :


« appui à la préservation des forêts (Guyane pour l’Amazonie);

appui aux populations du Pacifique et de l’Océan indien menacées par la montée des eaux; 

défense des  fonds marins contre la prédation pétrolière et minière des groupes privés et la pêche industrielle;

d’où la nécessité de renforcer les moyens pour connaître, étendre et sécuriser le plateau continental français en impliquant les populations d’outre mer dans sa gestion et en mutualisant les ressources tirées de son exploitation ». 

  

Propositions un peu fourre-tout et qui visent au moins à faire rêver, faute d’être suivies de mesures concrètes.


Concernant la préservation de la forêt amazonienne, il y a urgence 

 

D’après un rapport du système de détection de la déforestation en temps réel, le DETER, 268 km2 ont en outre été détruits durant le mois de mai dernier, soit 2,5 fois plus qu’il y a un an.

 

En outre, une nouvelle méthode de déforestation a fait son apparition : l’herbicide répandu par avion.

 

« Les déboiseurs clandestins changent de stratégie car avec ces agro-toxiques répandus par avion, ils parviennent à détruire plus de zones boisées en peu de temps », décrypte Jefferson Lobato, responsable du département de surveillance de l’IBAMA dans l’Etat d’Amazonas (cité par le site zegreenweb).


Quel est le pouvoir d’intervention de la France voire de l’Europe dans ce saccage ?


La montée des eaux est un réel problème 


Cette menace est très peu pris en compte par les politiques.

 

Il est pourtant au cœur de bien des recherches.

Par exemple, un site publie une carte interactive pour voir les effets du réchauffement climatique et de la montée des eaux.


En Belgique, les autorités ont commencé à surélever le niveau des plages ; celles-ci vont être élargies afin de mieux protéger le littoral contre les inondations.

 

Le gouvernement flamand a approuvé le plan de sécurisation de la côte. Certes, les îles sont concernées très directement. Il y a des solutions, comme celle employée en Belgique, mais ce n’est qu’un sparadrap sur une hémorragie.


La question est celle de la limitation des gaz à effet de serre, source des changements climatiques. Toute la planète est concernée.

 

C’est bien d’en parler, mais là encore, les solutions doivent être prises au niveau mondial. Et c’est urgent !


La question des plateaux continentaux et de leurs richesses 


Comme nous l’avons écrit dans notre article du 16 juin : François Fillon a annoncé une refonte de la délimitation du domaine maritime de la France.

 

L’objectif est de « renforcer sa protection juridique ».

Et pour cause :

« Les ressources  minérales profondes vont devenir un enjeu majeur. La France et l’Europe doivent se positionner rapidement », expliquait Fillon.


C’est la présence supposée de pétrole au large de Maurice et de Guyane.

 

Et c’est aussi la question de la raréfaction des ressources halieutiques dans tous les océans, l’océan Indien étant aujourd’hui très convoité.


La question de la gouvernance appelle quelques remarques 


« Impliquer les populations d’outre-mer dans la gestion » des plateaux continentaux et « mutualiser les ressources tirées de son exploitation ».

 

Il aurait été navrant de ne pas faire allusion à une « implication » des ultramarins sur cette question.


Mais quelles sont les limites de l’implication ? Être informé, soit. Mais encore, notamment en termes de PARTAGE des ressources.

 

Curieusement, le Front de Gauche mutualise les ressources et non les moyens ! Que faut-il y voir ?

 

Là encore, face à des lobbies d’une puissance extrême, comment la France pourra-t-elle faire valoir ses droits et imposer son point de vue ?


Ce sont des idées généreuses, qui correspondent à de réelles préoccupations – tout du moins pour une partie du monde politique – qui tentent d’apporter des solutions à de vrais et cruciaux problèmes.

 

Mais une fois passé l’effet d’annonce, que va-t-il rester ?

Le rapport de force au niveau mondial est-il en notre faveur ?


En conclusion, ne nous leurrons pas !

 

Ce programme du Front de Gauche, bien que très intéressant, n’est pas suffisamment explicite pour permettre d’être raisonnablement optimiste quant à notre avenir.


Mais il aura au moins eu cette belle vertu : parler des vrais problèmes et oser dire – et écrire – des faits que certains veulent ne pas aborder.                                                                                                                                                                                              

Article vu 3 408 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Programme présidentiel du Front de Gauche (15/15) – Protection des ressources terrestres et marines

  • Hervé BoismeryNo Gravatar |

    Une fois de plus, le Front de Gauche pose les vrais problèmes avec les bonnes équations, ce qui peut permettre de définir les vraies solutions.

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web