Sarkozy : ce n’est plus le Président qui parle, c’est le candidat !

 

   N’en déplaise à certains : Sarkozy est sorti de sa posture de Président de la République pour endosser les habitats de candidat à sa propre succession.

Notamment lors de sa prestation télévisée de dimanche soir.

Outre le fait que c’était très technique, force est de constater que ce qu’il a avancé n’est ni plus ni moins que le programme UMP pour la présidentielle.

C’est la question de l’augmentation du taux de TVA.

 

C’est aussi le problème du détricotage des 35 heures.

Depuis le temps qu’il « assouplit » le texte… il était logique qu’il continue sur la lancée.

 

Et il était logique qu’il veuille terminer dans un second mandat ce qu’il n’a pas fini de faire dans le premier.

 

L’UMP estime qu’il faut « franchir une nouvelle étape » vers la sortie des 35 heures.

L’UMP veut « inciter à ouvrir des négociations sur le temps de travail, sans remettre en cause la durée légale du travail de 35 heures ».

 

Ce que Sarkozy a dit à la télé, c’est ce qu’ont proposé ses sbires :

« Dans le secteur privé, ces négociations devraient avoir lieu au niveau des branches ou, à défaut, des entreprises ; dans le secteur public, dans chacune des fonctions publiques ».

 

L’UMP avait même fixé le calendrier :

« L’incitation à l’ouverture des négociations sur l’organisation du travail, se fera dès 2012 et, passera par une modulation des exonérations de charges en fonction de l’avancée des négociations ».

 

Au menu de la prochaine intervention sarkozienne :

« le maintien du régime d’exonération fiscale et de charges sociales sur les heures supplémentaires sur la base de la durée du travail définie dans le cadre de la négociation collective ».

 

Précision : ces propositions ont été formulées par Hervé Novelli, chef de file de l’aile libérale de l’UMP.

Le candidat Sarkozy sera encore plus libéral que le président Sarkozy.

Coppé les défend, lui qui disait qu’il fallait «faire du made in France, comme l’Allemagne fait du made in Germany».

 

L’UMP veut fusionner la prime pour l’emploi et le RSA.

L’UMP explique que les allocations chômage doivent être «dégressives dans le temps, dès lors que le taux de chômage commencera à diminuer».

 

L’UMP envisage que «le cumul de revenus sociaux issus notamment des droits connexes et tarifs mis en place par les collectivités locales ne dépasse pas 75% du SMIC», en dehors des allocations familiales.

Il est en outre question de travailler un quota d’heures par semaine en contrepartie du versement RSA.

 

Nous voilà informés. Il nous appartient à chacune et chacun de faire en sorte de mettre un terme définitif au contrat présidentiel.

 

Article vu 2 613 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

1 Commentaire sur

Sarkozy : ce n’est plus le Président qui parle, c’est le candidat !

  • Jean-JacquesNo Gravatar |

    il ne s’est pas encore déclaré, ultime manoeuvre pour tenter de nous faire croire qu’il reste dans la peau d’un président.
    mais cela ne trompe personne : on va encore avoir un tour de vis budgétaire, puisque le prochain plan de rigueur est en cours d’écriture

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web