Sarkozy l’a dit, Sarkozy ne l’a pas fait (12ème épisode) – Vous boiriez à la santé… de Sarkozy ?

 

   Quel bilan peut-on retirer du mandat Sarkozy ?

Petit tour d’horizon des déclarations du candidat Sarkozy (certains sites sont d’ailleurs devenus muets sur ce point… et pour cause, ce sont des promesses non tenues.) au regard des actions menées, tout au long de ces cinq ans …

 

Avec Sarkozy, il valait vraiment mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade !

Il nous avait pourtant déclaré :

« Je ne pense pas qu’il y ait matière à beaucoup d’économies dans la santé.

Compte tenu de l’allongement de la durée de la vie, du progrès médical et de l’aspiration bien naturelle de nos concitoyens à vivre en bonne santé, l’investissement dans la santé sera forcément majeur. »

 

On a également eu droit à :

«Je propose de renforcer l’aide à l’acquisition d’une complémentaire et d’améliorer les remboursements des soins dentaires et optiques. »

 

Et encore à cela :

« Je propose un meilleur remboursement par l’assurance-maladie des soins optiques et dentaires.  Ces soins, indispensables à une vie digne et de qualité, sont aujourd’hui très mal remboursés ».

 

Et qu’a-t-on vu depuis 2007 ?

Accrochez-vous pour éviter l’indigestion :

 

– La part des dépenses de santé financées par la Sécurité sociale a été réduite de 77% à 75,8% (2010) ;

– La part belle a été faite aux mutuelles privées, pour qu’elles prennent en charge cette dégradation. Encore faut-il qu’on puisse se payer une mutuelle ;

– La création, en 2008, de nouvelles franchises médicales ; objectif économiser  650 millions d’euros par an. Bien sûr sur le dos des malades, le lobby – pharmaceutique est, lui, épargné ;

 

– Des déremboursements en pagaille : au moins 1.500 médicaments ne sont plus remboursés, au motif qu’ils ne soignent pas. Certains étaient – pourtant utilisés… dans les hôpitaux. D’autres étaient prescrits depuis des générations, sans qu’il n’y ait eu les moindres signes de quelconques effets secondaires graves ;

– Une augmentation, pour 2012, de 5% du tarif des mutuelles, après que ces mutuelles aient été taxées d’une contribution exceptionnelle en 2010 ; in – fine, c’est l’assuré qui paye ;

 

– Certains médicaments sont encore moins remboursés en 2012 (perte de 5 points) ;

– Une augmentation de 2 euros du forfait hospitalier ;

– Les lunettes et les appareils dentaires ne sont toujours pas plus rembourses, loin de là ;

 

– Un ralentissement pour ne pas dire un arrêt du plan hôpital ;

– La maladie d’Alzheimer avait été dite « grande cause nationale » : les malades et leurs familles sont toujours aussi désarmés ;

– Les scandales pharmaceutiques se sont multipliés : le Mediator, puis les prothèses mammaires ;

 

– La gestion des épidémies : une catastrophe, que ce soit pour le chik à La Réunion ou la grippe en France ;

– La promesse d’une refonte en profondeur de la politique française du médicament, dès la mi-2011 : du vent !

– Quid de la mise en place d’un système d’assurance-dépendance pour les personnes âgées qui devait être l’un de ses grands chantiers en 2011 ?

 

En fait, c’est tout le système de santé français que Sarkozy veut réformer : tous les acquis de la Libération. Au profit du 100%privé. Il y a un autre Sarkozy, derrière une grosse structure mutuelle privée. Ceci expliquerait-il cela ?

 

Article vu 1 436 fois
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Vous avez une opinion ? Laissez un commentaire :

Nom *
E-Mail *
Site Web